Autriche 1915 Romfell Automitralleuse

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 16/04/2020 à 11:36:32



Romfell Automitrailleuse
 
 
Avant le début de la 1e guerre mondiale les armées ont essayé et testé divers types de matériels qui ont vu la jour à l’aube du XXe siècle . Il y a eu des test en partant de modèles civils et d ‘autres en partant exclusivement du domaine militaire
Dans le domaine militaire on peut parler des torpilles des explosifs dans le domaine civil on peut parler des Avions des techniques de propulsion sur route et mer et enfin on arrive dans le domaine qui aura un grand développement le domaine automobile
Ce domaine là va ouvrir des grands espaces de développement et sonner le glas de traction animale
Les militaires vont vite s’apercevoir du potentiel offert par cet étrange attelage sur roues mais mis en action par un moteur
Il peut donc emporter vite et loin des hommes du ravitaillement et peut tracter aussi des pièces d artillerie
Le train de roulement n 'est pas conforme


Dans le domaine il peut transporter des hommes armés il peut donc servir pour la reconnaissance mais comme il peut servir pour la reconnaissance il peut aussi en plus des hommes transporter un système d ‘arme et cerise sur le gâteau on peut protéger l’équipage par un blindage
Mais il faut vaincre les préjugés et les réticences des têtes étoilées qui dirigent les armées qui sont habituées au style des guerres napoléoniennes des grandes masses d’infanterie montant à l assaut baïonnette au canon
Des esprits éclairés avaient déjà prédit la fin de ce style de conflit face au nouvelles technologie émergentes Mitrailleuse avec allonge de la portée des armes donc létalité accrue , radio et téléphone motorisation
Dans tous les états majors des principales armées les tenants de la vieille école sont légions mais la Nouvelle école fait un travail de sape et arrive peut à peut à convaincre
Il faut dire que les nouvelles technologies font partie d’un secteur high tech comme cela se dit actuellement ou les matériels proposés sont fragiles coûteux et assez compliqués à mettre en ouvre
Mais la Première Guerre mondiale s'est avérée une guerre où l’on va utiliser pour la première fois et à grande échelle de voitures blindées et des chars ainsi que des voitures blindées plus économiques en termes de production et d'entretien car généralement construites sur des châssis commerciaux existants donc plus faciles à utiliser avec une équipe de deux personnes ou plus
Nous allons nous déplacer dans le centre de l’ Europe dans l «’Empire Austro-Hongrois dirigé depuis plus de 50 ans par l ‘Empereur François Joseph II
L’empire possédait une industrie de l’ armement de renommée notamment dans le domaine de l artillerie ainsi qu’une industrie automobile assez performante
mais l’immobilisme là aussi était de mise . La présentation de tout matériel automobile se heurtait à ‘hostilité de l ‘empereur et son entourage
En 1905, une automitrailleuse Daimler , très prometteuse
, est rejetée par l'état-major austro-hongrois comme «inapte au service». On raconte que le véhicule avait effrayé le cheval d'un dignitaire lors d'une manifestation officielle.
L'empereur Franz Ferdinand lui-même a déclaré ces véhicules impropres aux opérations militaires.
En 1911 est présenté le char Burstyn et en 1915 une automitrailleuse sophistiquée la Junovicz Mais aucun de ces prototypes ne déboucheront sur une production en série
L'armée austro-hongroise a mis du temps à apprécier l'utilisation de voitures blindées
Cependant, après 1914, l'armée austro-hongroise a vite réalisé son erreur. Le déclencheur est venu des Russes, qui ont largement développé des voitures blindées, car les terrains téléopération du front de l Est se pretten meix à ce style de véhicule et à leurs manœuvres
Un autre engin fut proposé en 1915 ce fut la Romfell une automitrailleuse
Cet engin fut mis au point par Hautpman Branko Romanic chef du k,k Kraftfahersatzdepot ‘ dépôt de véhicules de remplacement et par l’ Oberleutnant Simon Fellner commandant du Hauptwerkstätte (dépôt Atelier ) . Il avait une silhouette assez futuriste pour l’époque
Le nom Romfell vient des premières lettres du noms des concepteurs Rom+Fell
Ce engin est base sur le châssis d’un véhicule civil de marque Mercedes Personenkraftwagen A VI 865 . L’idée était d’avoir un véhicule rapide manœuvrable ayant de capacité de remorquage et pouvant avoir un blindage mettant l’équipage à l abri des balles des fusils Cette forme avait l'avantage de renvoyer les ricochets vers le sol au lieu de les faire rebondir dans les airs.


Aussi le châssis fut renforcé au niveau des soudures et des suspension en vue de pouvoir supporter la caisse blindée prévue pour l ‘équipage
Le moteur fournissait 88 CV et seulement la mise en route de celui ci fut modifié Il avait une boite à vitesse a 4 rapports avant et 1 arrière


la propulsion était assurée par le train arrière via des chaînes . Cet engin avait une vitesse de 75 kms h sur route et 55 kms en tout chemin
La caisse blindée était réalisée en plaque de Nickel Chrome de différentes épaisseurs
6,5/
7 mm pour la caisse et les partie verticales de la tourelle 4,5mm/5 pour les autres parties moins vitales et enfin 2,5/2mm pour le toit


Déjà l »idée de blindage incliné avait été retenue pour faire dévier les balles sur le blindage notamment en faisant des essais avec le fusil 8 mm Mannlincher qui a 100 m ne pouvait percer le blindage par contre à moins la balle G allemande perçait le blindage à 300 m
Une attention tout spéciale avait été apportée au radiateur qui est une zone super sensible et qui sera protégée par un système complexe D’ailleurs deux dessins montrent l Romfell avec différentes grilles de radiateur
Le conducteur avait une très bonne visibilité via des trappes et les accès pour l’équipage étaient faciles avec des trappes notamment pour le chauffeur s’ouvrant en biais
Les autres trappes était pour pour le copilote et un central pour une deuxième mitrailleuse en option), des trappes latérales en deux parties et une petite trappe double supplémentaire sur le compartiment du conducteur
L ‘intérieur était éclairé par 3 lampes et l’automitrailleuse possédait 2 phares et un projecteur Zeiss a acétylène
Les 170litres de carburant étaient stockés dans 5 réservoirs ce qui permettait d’avoir toujours du carburants en cas problèmes sur un des réservoirs
Les roues en bois étaient protégés par un blindage de 5 mm d’acier
La Romfell avait une autonomie de 300 kms ou 10 heures selon le type de mission


Une Tourelle mobile armée d’une Schwarzlose M 7 refroidi par air protégé par un bouclier de canon pouvait tirer sur 360° avec un débattement de -30+45 °
On pouvait l adapter via un montage spécial pour le tir anti aérien . Ce système était stocké dans la caisse de l ‘Automitrailleuse
La Romfell pouvait emporter 20 000 coups mais en fait elle en transportait que 8000 coups
Le restant pouvait être transporté dans un remorque tractée


L'équipement, comprenait également un télégraphe Morse de Siemens & Halske
son équipage était de 4 Chef de bord conducteur et 2 tireurs
La Romfell fut testée à l été 1915 par une équipe dirigée par Oberleutnant Erich Kurzel von Runtscheiner responsable du département 5/M du ministère de la guerre
Le rapport fut excellent
Mais on ne connaît pas trop la suite des évènements
Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles cette automitrailleuse n'a pas été utilisée suivit d’une fabrication en série car elle était exiger une main-d'œuvre qualifiée.
D’ailleurs une autre Romfell a été construite fin 1917, ou peut-être 1918. en utilisant un autre châssis: selon Jung, un M09 Goliath avec un moteur 6 cylindres de 90 ch. Toujours selon Jung, un ou même les deux ont été reconstruits à l'aide de châssis Fiat de 2 tonnes capturés
Il est possible que ces châssis Fiat aient été à la base d'autres Romfell qui auraient pu être en construction à la fin de la guerre

 


Ce que nous savons que 2 engins furent envoyés au front sous le commandement du Oblt,a,D Lud wig von Rakosy au profit de la 7e Armée le 11/10/1945
le XXX° Korps mentionna par la la suite que le Romfell ne fut pas active
Les rapports mentionnent par contre que la remorque ne donne pas satisfaction et elle sera remplacée par un camion léger
La seule action que nous connaissons pour cette automitrailleuse se situé le 11/08/1916 lors de la l’offensive russe de Brussilow

 


Après la retraite l’engin fut envoyé en réparation au Kraftwaggenwerkstätte N) 36 des Etappengruppenkommandos 9 elle reçut alors un immatriculation KN 5965
après la sortie d’ateliers elle fut envoyée dans la Zone de Trieste afin d’assurer la défense côtière
dans la zone de 5e armée
Le 18/6/1917 elle est acheminé par train à Ljubljana (Laibach ) elle est transférée par route à Trieste où elle est stockée au Feldautopark n ° 1 à Udine Cette unité était équipée de deux
Junovicz PA1 , d'un Romfell PA2, d'un capturé Lancia Ansaldo IZ et d'une ancienne voiture blindée russe Austin .
le châssis Mercedes sera remplacé par un châssis FIAT capturé  et le véhicule deviendra alors KN 8428
Après tout est obscur un Romfell est également tombé aux mains des troupes roumaines fin 1919, sous le nom de «Resita». Le sort final des véhicules est inconnu


D après nos sources 2 Romfell furent construites mais nous ne savons rien du 2e Châssis
Les schémas de couleurs sont du domaine de la spéculation
les véhicules pouvaient avoir reçus diverses nuance de gris ou d vert
Ce que nous sommes sur s’est que la croix de fer portée sur un grand carré blanc ne le fut que pour la présentation à, Vienne elle aurai fait une trop belle cible sur le champ de bataille

Conclusion
La Romfell était peut-être été impressionnante et révolutionnaire sur le papier, mais ce fut une déception dans les fait car elle était lente, trop lourde pour son châssis et avait peu ou pas de capacités tout-terrain
 
   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4921823
Nb de visiteurs aujourd'hui:411
Nb de connectés:19