Allemagne Avation 1944 Junker 488

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 13/04/2020 à 15:42:11



Une WunferWaffe  Junker  488

 

Dès le début de la guerre, la Luftwaffe ne possède pas de bombardiers stratégiques lourds. Comme la Luftwaffe ne disposait d'aucun véritable bombardier lourd en compétition pour atteindre des cibles alliées à longue portée, beaucoup d'investissements ont été faits pour fournir une plate-forme de bombardement lourd appropriée pour une telle mission avant la fin du conflit. On a supposé qu'il serait possible de compenser partiellement ce manque par la mise en service du Heinkel He.177, mais les problèmes rencontrées lors de la mise au point de cet avion et aussi lors de son utilisation en service opérationnel ont obligé l’État major de la Luftwaffe de se tourner vers Junkers à Dessau afin de concevoir un bombardier stratégique


Junkers vend son Ju 488 comme un avion comme un avion issu d’un puzzle en utilisant les composants principaux existants de son ancien avion pour accélérer les travaux de développement. La conception a convaincu les autorités de la Luftwaffe que le projet pouvait être poursuivi

 


Junkers proposé un bombardier quadrimoteurs en utilisant des pièces des divers avions de la firme Le Ju 388K devait fournir la cabine pressurisée le Ju 188E fournissait le fuselage arrière, la partie ventrale devait provenir des séries Ju 88A-15 et Ju 388K, les sections d'ailes extérieures du Ju 388K et enfin la totalité de dérive à double aileron. section du Ju 288C.
À cette collection s'ajoutait une nouvelle section centrale de fuselage et une section centrale d'aile parallèle, pour transporter les quatre moteurs. . Un avion à la Frankenstein en somme


Le service technique a immédiatement répondu d’une facon favorable à une offre aussi inhabituelle en décidant qu’un avion comme le Ju.488 peut être viable en mélangeant ces pièces.
Une fois que l ‘accord a été acquit il faut assembler le puzzle
La conception globale du bombardier était conforme aux productions Junkers précédentes - une section de nez fortement vitrée a été utilisée avec un fuselage long et mince et une double dérive
Les ailes montées assez bas le long des côtés du fuselage, seront équipées d'une paire de nacelles de moteur le long du bord d'attaque
Les ailes seront effilées. L'armement du canon dorsal était placé juste à le cockpit et l'armement de la queue placé au milieu de la dérive.
Pour réduire la charge sur la capacité à Dessau, il a été mis à contribution les usines Latécoère qui ont en charge le fuselage avec la section centrale de l'aile, alors que la dérive sera construite à et l'usine de Dessau a effectué le montage final
À Toulouse, les travaux ont immédiatement commencé sur deux avions expérimentaux, le Ju.488-V401 et le V402, pour lesquels des composants venant d’Allemagne ont été utilisés.


En même temps, le programme a été révisé afin de réduire l'utilisation de matières premières stratégiquement importantes et de simplifier la technologie de production.
En conséquence, parallèlement aux deux premiers prototypes, une ligne de production est entrée en service avec un cadres faits de tuyaux en acier soudés, ayant un revêtement en alliage léger dans les sections avant et centrale et entoilé pour la section arrière.
Quatre de ces avions prototypes V403-406 ont été commandés, qui étaient considérés comme des prototypes de la série Ju.488a, qui devait être opérationnel mi-1945.


Le Ju 488 devait avoir une longueur de 23,25 mètres, une envergure de 31,3 mètres et une hauteur de 6 mètres. Le poids à vide était évalué à 21 tonnes contre un poids maximum au décollage (MTOW) proche de 36 Tonnes.
Les Ju.488-V401 et V402 étaient censés être motorisés par quatre moteurs BMW-801ТJ - moteur radial 14 cylindres avec une puissance de décollage de 1800ch et 1710ch à une altitude de 9000m.entraînant des hélices quadriplaces Il emportait  14100 l de carburant dans les ailes  en 4 reservoirs qui peuvent être complétés par  6 réservoirs en soute portant le litrage total à 15675litres


Ainsi paré l’autonomie était estimée à 1800 km à vitesse de croisière et à 2050 km à vitesse économique avec 2 tonnes de bombes.
Il était mis en œuvre par un équipage de trois personnes logé dans le cockpit
L'avion possédait quatre trains d'atterrissage principaux, chacun pouvant être retiré dans sa nacelle. Les premiers prototypes devaient voler non armés pour des tests aérodynamiques.
Le Ju.488-V403 et les avions suivants devaient recevoir un nouveau fuselage, qui ne gardait que la cabine pressurisée du Ju.388k. Il serait alors totalement différent des Ju.488-V401 et V402.


Le fuselage sera placé plus haut et il aurait une longueur totale de 23,25 m (contre 20,3 m sur les premières machines). Son aile a été reculée.
L'avion devait être équipé de tourelles supérieures et arrières télécommandées soit 2 canons MG 151 de 20 mm sur la supérieure et une tourelle arrière commandée à distance, équipée de 2 mitrailleuses lourdes MG 131

de 13 mm t recevoir des moteurs en étoile Jumo-222A-3 / B-3 - 24 cylindres refroidis par liquide. développant 2 500 chevaux au décollage. Les ingénieurs ont estimé une vitesse de pointe de 690kms/h avec une vitesse de croisière approchant 487kms/h une autonomie allant jusqu'à 3395kms, un plafond de service de 11350m


A l’origine, l'avion devait transporter 4 moteurs radiaux BMW série 801J, mais cet élément de conception a finalement été abandonné
En outre, la charge de bombes et l'’emport en carburant seraient doublés. Le carburant était logé pour quatre réservoirs dans chaque aile et six dans le fuselage( reservoirs auxillaires ). Ainsi l'approvisionnement en carburant normal comprenait 10 400 l et pouvait attiendre 15 000 l. avec ces reservoirs auxillaires  La charge de la bombe pourrait atteindre 5 tonnes.
À l'usine de Dessau, la production de la dérive du Ju.288c put reprendre


grâce au fait que les travaux sur le bombardier B , avaient été interrompus l'année précédente.


En juillet 1944 à Toulouse, les fuselages et les sections centrales des Ju. 488-V401 et V402 ont été achevés et ils furent préparés pour être expédiés par train vers l'Allemagne à l'usine Junkers de Bernburg.


Là, ils auraient dû être assemblés avec les autres éléments et être motorisés
La construction était bien avancée lorsque la décision fut prise en juillet 1944 de déplacer les travaux existants jusqu'à présent à Bernburg par train, en raison de l'avancée rapide des forces d'invasion alliées. Dans la nuit du 16 au 17 juillet, des résistants dirigés par M. Elissalde, mécanicien à l'usine de Latécoère, ont réussi à détruire le fuselage et la section d'aile centrale du Ju 488 V401


Néanmoins, le travail sur Ju.488-V403-406 a été poursuivi, mais l’assemblage des V403 et V406 eux-mêmes se sont révélés suffisamment lents pour qu'aucun des prototypes attendus n'ait jamais vu le jour. De plus l’avancée alliée a également joué un rôle dans la disparition du Ju 488 car ses pièces terminées ont été forcées d'être déplacées à Bernburg par chemin de fer.
Le fuselage avant du prototype V402 a été retrouvé plus tard par les forces alliées alors qu'elles traversaient la France.
En novembre 1944, le RLM décide d'annuler l'ensemble du programme Ju.488.
On a voulu vendre ce projet au Japon, mais la proposition n'a pas été acceptée, et les travaux à Toulouse ont été arrêtés et les fuselages finis ont été mis au rebut.
Le Junkers Ju 488 représentait le dernier et le plus sérieux défi lancé à Heinkel, qui faisait la promotion de son Heinkel He 277 mais pour lesquels tous les travaux de conception s'arrêtèrent début avril 1944, le Ju 488 subira le même sort à la fin de la même année.
Les bombardiers de production initiaux auraient porté la désignation Ju 488A.

Caractéristiques
Longueur 20m
Hauteur 7.7 m
Envergure 30.84m
Surface alaire  88 m2
Poids à vide 21  tonnes
Motorisation 4 moteurs Jume  222 A
Poids A pleine charge  36 Tonnes
Autonomie  4500kms
Plafond  11.351 m

 

Merci à Vincent pour son autorisation

 

Par contre je ne comprends pas que l'on puisse trouver ce genre d 'article car si la maquette est assez bien faite le texte d' acommpagnement censé être un historique est totalement faux même si cet article est une traduction informatique

Pendant ce temps, Junkers a commencé le développement d'une entreprise privée d'un bombardier à quatre moteurs basé sur des composants des Ju-188 et Ju-388. Le résultat était que lorsque le RLM a finalement admis que le He-177 ne deviendrait jamais sans problème, Junkers avait un prototype prêt du Ju-488 tandis que Heinkel devait commencer à construire le He-277.
La Luftwaffe a rapidement décidé que le Ju-488 était ce dont elle avait besoin et 200 avions de production ont été commandés après seulement trois vols du prototype. Le premier Ju-488 A-1 a été livré à la Luftwaffe fin 1943 et le reste des 200 A-1 a rapidement suivi.
Le Ju-488 a connu un grand succès et plus de 800 ont finalement été construits dans un certain nombre de versions. Le modèle représente le Ju-488 A-5 qui était propulsé par des moteurs radiaux BMW 801 et utilisé avec grand succès dans le bombardement des installations de production soviétiques derrière l'Oural.

The Luftwaffe quickly decided that the Ju-488 was what it needed and 200 production aircraft were ordered after only three flights of the prototype. The first Ju-488 A-1 was delivered to the Luftwaffe late in 1943 and the rest of the 200 A-1 aircraft quickly followed.
The Ju-488 proved very successful and over 800 were eventually built in a number of versions. The model depicts the Ju-488 A-5 which was powered by BMW 801 radial engines and used to great success in the bombing of the Soviet production facilities behind the Urals.

source http://www.airwar1946.nl/whif/L46-ju488.htm
 

 

 






 

   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4786418
Nb de visiteurs aujourd'hui:559
Nb de connectés:21