Royaume Uni Blindés Le Churchill A 22 Le dernier Infanrty Tank

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 01/04/2020 à 18:27:44



Le Churchill  A 22
Le dernier Infantry Tank
 
 
Le Tank, Infantry, Mk IV (A22) Churchill était un char d ‘infanterie lourd qui peut se définir par 2 caractéristiques principales
Puissance de feu ; importante, apportant ainsi un soutien aux unités qu'il est censé appuyer tout en l'accompagnant
Blindage épais, servant à améliorer sa survivablité sur le champ de bataille, face à une défense organisée pour le détruire.
Mais que dire de ce char ? Le Churchill fut le plus performant des char utilisés par les Britanniques pendant la 2e guerre mondiale . Il fur aussi utilisé par diverses nations dont l’ URSS
Il fut décliné en diverses versions ( Mark ) et donna naissance à une multitude chars dérivés
En effet son blindage puissant son grand châssis longitudinal protégé par des chenilles enveloppantes son moteur puissant et fiable lui permettant de gravir des pentes raide on fait de ce char le couteau suisse de l’armée Britannique de la 2e guerre Mondiale, Ce fut aussi un
des chars alliés les plus lourds de la guerre.
Historique du développement
Les différentes écoles vont produire des chars différents selon les doctrines d’emploi des états majors respectifs
La 1e guerre Mondiale va influencer les États majors des Vainqueurs et ils vont s’orienter vers des chars devant évoluer en liaison avec l’infanterie pour annihiler les défenses ennemies
De plus les alliés vont avoir à gérer un énorme stock d’armes issus du conflit et ne vont trop chercher à évoluer se reposant sur leurs lauriers
En face les allemands partent d’une page blanche où tout à écrire en fonction des analyses du conflit précédent et ils ne possèdent aucun stocks de matériel
Ils peuvent tester des tactiques et mettre au point du nouveau matériel ,L’arrivée de Hitler va encore plus accentuer le processus et face à ce danger du réarmement allemand les démocraties occidentales vont à leurs réarmer avec du nouveau matériel
les Britanniques vont mettre au point des chars légers moyens et lourds . Mais qui est flagrants est que dans les termes choisis on retrouve des termes de marine avec les chars Cruiser
Les français eux aussi vont suivre le mouvement Mais les démocraties occidentales sont parties avec un temps de retard
Revenons aux Britanniques qui partent du principe que la guerre en Europe pourrait être menée dans des conditions similaires à celles de la Première Guerre et mettaient donc l'accent sur la capacité de traverser des terrains difficiles. Mais tout change au début de l ‘été 1940 En 1940, après l'évacuation du BEF des côtes françaises, le gouvernement britannique a chargé Vauxhall Motors, Ltd., de concevoir un nouveau char pour remplacer le Matilda II, qui avait une mobilité limitée et d'autres déficiences
La fiche programme du char d'infanterie britannique A20 date d’avant guerre et elle est destinée à remplacer à la fois le Matilda et Valentine
Il doit pouvoir combattre dans les tranchées. En appui et en collaboration avec l ‘infanterie donc la vitesse n ‘est pas un impératif Il doit être fortement protégé avec un armement adapté uniquement pour détruire les points d ‘appui
Donc il doit avoir un blindage conséquent , un armement puissant pour détruire les fortifications et un châssis large et long pour franchir les tranchées et fossés antichars en écrasant les barbelés
La mise au point du Churchill a été précipité pour pouvoir reconstruire des forces britanniques qui devraient faire face à une éventuelle invasion allemande. Aussi les premiers véhicules avaient des défauts qui devaient être surmontés avant que le Churchill ne soit accepté pour une large utilisation
Le Mechanisation Board a été chargé de la conception mais les travaux prirent du retard et aucun prototype n'a été construit avant 1939. Le e 10 octobre 1939,arrive la fiche programme . Le Comité arrive aux conclusions suivantes car les Britanniques s'attendaient à ce que la Seconde Guerre mondiale soit une autre guerre de tranchées aussi pour pouvoir évoluer dans un terrain bouleversé il faut donc un char ayant un châssis large basé sur le char A.12 qui utilisait la base du A.13 MkIII (Covenanter)


Il devrait avoir un blindage de 60 mm. C’était un char de type Rhomboïde rappelant la silhouette des chars de la WWI


Le char possédait 2 canons QF -2pdr l’un en tourelle et l autre en caisse. Il possédait en outre une mitrailleuse de caisse à l avant et deux autres montés en encorbellement de chaque côté
Mais cette conception jugée obsolète et rapidement on installa une tourelle protégée en acier de 60 mm (2,36 pouces), comme celle du Matilda L'A20 devrait être construit à Belfast en 1940 par les constructeurs navals de Belfast Harland et Wolff (fabricants originaux du célèbre Titanic).

.
Le 28 octobre, le directeur de la Mechanisation Board fait part à Harland and Wolff de Belfast. du désir de l' General Staff l maintenant que la conception et les plans sont terminés de prévoir une production de 50 à 100 chars dont la production doit commencer début de 1941.
Mais comme cela était urgent il faut décidé de réaliser les premiers chars du lot en acier doux. De plus pour Harland & Wolff il y avait à la clef le montage sur ces chars du moteur diesel maison comme alternative au moteur Meadows.
Arrivé à ce point on peut se poser des questions Le Mechanisation Board avait exprimé sa préférence pour un moteur diesel, et aussi la décision de confier ce projet à Harland & Wolff en Irlande . Des réels problèmes liés à la distance entre les deux pole avec un département de conception en Angleterre et le fabricant à Belfast.

 


Du coup plusieurs propositions ont été faites au cours des mois suivants pour promouvoir une intégration plus étroite des deux, et créer un département de conception spécial
Lors d’une réunion l 17/11/1939 le Dr Merritt a demandé si la volée du canon de l'obusier pouvait être raccourcie afin d’éviter de le planter dans le sol .
Le moteur initial prévu était le Meadows 12 cylindres à plat de 300 ch déjà utilisé par le Conventaner
La fiche programme fut validée et a été approuvée et un contrat a été signé pour deux prototypes  Au début de décembre 1939, le financement pour 100 chars y compris 4 quatre modèles pilotes en acier doux,est accordé mais le 12 décembre, ce financement est retiré en cause les modifications apportées aux spécifications d'origine.
En effet l'état-major demandait s'il n’était pas trop tard d’envisager le remplacement du 2-pdr. par le nouveau 6-pdr, dont la mise au point venait d’être terminée

 

 


Une enquête ultérieure montra qu’il était impossible de la monter dans la tourelle A20 et que s’il était monté en caisse le bout du canon dépasserait d'environ 0,60 cm ce qui compromettrait sérieusement les capacités de franchissement d'obstacles, qui ne l’oublions pas était une exigence principale de la conception de ce char.

L'état-major lors d’une réunion l 17/11/1939 a alors proposé le montage du 2-pdr. en la tourelle et un 6-pr raccourci. . Dans le châssis en utilisant le Naval 6-pdr utilisé sur MTB.

Ce canon avec sa vitesse plus élevée, serait probablement tout aussi efficace pour détruire les obstacles. À ce stade, toute idée de monter un 6 pdr sur le châssis a été abandonnée, mais cela n'a pas empêché la recherche d'armes alternatives avec le 75 mm français.
En janvier, le comité de mécanisation s’inquiète des délais pour la construction de la suspension A20.
 

Il demande donc conseil à Vauxhall qui propose une refonte du projet qui impressionne le Mechanisation Board
Vauxhall doit fournir des plans mais également de fabriquer des unités d'essai et d'envisager la production de quatre ensembles complets.
L'implication de Vauxhall a été poussée encore plus loin le 12 février 1940, lors d'une réunion dans les usines de Luton de la société, Vauxhall a été approché afin d’assurer la production du char d'infanterie Mk.IV (A20).
Le Ministry of Supply était prêt à faire construire une usine devant être gérée par l'administration de Vauxhall.

Fin février, la conception a été entièrement revue et elle satisfaisait à toutes les exigences du cahier des charges d'origine à l'exception de l'exigence de franchir une pente de 45e . le char reste limité à 35 ° . La conception rentrait dans les limites du gabarit ferroviaire sauf que pour les premiers modèle il fallait retirér le tourelleau Avec le nouveau modèle de tourelle,prevu cela sera oublié.
En avril, la conception de l'A.20 était pratiquement terminée, sauf pour les détails du système de refroidissement, mais lors d'une réunion tenue le 9 avril 1940, l'armement principal fut à nouveau remis sur le tapis avec la nouvelle tourelle.
De toute évidence, l'état-major poussait toujours pour un canon de 6 pdr et le seul moyen d'y parvenir était de concevoir une nouvelle tourelle.
Une fois de plus, le sujet de l'armement est devenu un sujet de débat et le Conseil s'est retrouvé à discuter de plusieurs alternatives telles que les canons français de 75 mm et 47 mm.
Toutes les alternatives ont été rejetés et il a finalement été décidé que la nouvelle tourelle devrait monter le 6-pdr.
Les travaux sur la tourelle vont continuer car les prototypes 3 et 4 devaient avoir une tourelle avec motorisation électrique, tandis que les n ° 1 et 2 seraient équipés de tourelles A.12 avec une rotation hydraulique.
Entre-temps, la English Steel Corporation a réussi à produire sans difficultés deux tourelles A.20 coulées
Malgré les progrès réalisés, le 7 juin 1940, il fut décidé d'arrêter la commande de 100 A.20. Cela était probablement dû au fait que l'A22 était déjà dans les tuyaux et qu’il présentait des similitudes. Les travaux se sont poursuivis sur les prototypes car ils testent la transmission Merritt.
La confirmation de l ‘abandon du projet tombe le 25 juin 1940, lorsqu'il fut définitivement établi que les prototypes pilotes A.20 ne devaient être utilisés que comme véhicules pour l'essai des composants qui devaient être utilisés en A.22.
En juillet, Sir Albert Stern a après avoir inspecté une maquette de A.20 à Woolwich dit que bien que cette machine soit une cible relativement petite à atteindre elle présente de nombreux défauts Sa critique finale et la plus dévastatrice porte sur la boîte de vitesses du Dr Merritt
Mais il avait tort car la boîte de vitesses Merritt est devenue l'un des rares succès de la conception de chars britanniques de la Seconde Guerre mondiale et a été utilisée dans presque tous les modèles de chars ultérieurs.

 
L A22, Tank, Infantry Mark IV
Pendant la bataille de France, la tactique basée sur une conception héritée de la 1e Guerre Mondiale , basée sur la guerre des tranchées, s'est avérée obsolète, aussi rapidement une nouvelle piste fut envisagée par le Dr HE Merritt, directeur de la conception des char de Woolwich Arsenal. Ce prototype a ensuite été expédié à l'usine de Vauxhall à la fin de juin 1940


Une première commande fut ensuite passée pour la construction de deux prototypes, auprès de Vauxhall en décembre 1940. Mais, il a fallut des dizaines de tests et de modifications avant que la la production ne puisse commencer, et le premier Mark I a quitté l'usine en juin 1941.
L'A22, Tank, Infantry Mk.IV (le Mk.III étant le Valentine) fut nommé Churchill qui était aussi  le nom du leader britannique emblématique de l'époque.

 

Mais - selon Churchill lui-même - le nom honorait la mémoire de son ancêtre du XVIIe siècle, Sir John Churchill, 1er duc de Marlborough. Le fameux duc qui s’en allait en guerre d après une chanson en vogue au XVIIIe siècle Churchill dira de ce char Ce tank a encore plus de défauts que moi

Conception de l'A22
 
Suspension et transmission
Ce char est tout le contraires des chars Cruisers agiles, avec leurs suspensions de style Christie,
Il est conçut avec un un système de suspension uniquement conçu pour franchir les grandes coupures comme les fossés antichars et tranchées et pouvoir se mouvoir sur des terrains impraticables ou extrêmement boueux.
C ‘était une sorte de «retour aux sources» La protection étant également primordiale, la taille et le poids devaient être compensés par une pression au sol minimale possible.
Les ingénieurs 'ont utilisés des vieilles recettes, en ajoutant plusieurs petites roues de route, chacune tirée par des ressorts hélicoïdaux robustes, verrouillées avec les maillons de chenille
Ces maillons furent les plus grands et les plus lourds conçus pour un char britannique


Les 58 maillons de chenilles entraînaient 22 roues de route jumelées de 25,3 cm et 11 bogies, dont deux étaient postées à l'avant t deux à l'arrière, servant de tendeurs de chenilles.
Il n'y avait pas de galets de retour, car les chenilles étaient du type enveloppantes ce qui a permit de ménager sur les côtés une trappe d'accès. Les barbotins (pignons d'entraînement) étaient à l'arrière . Au début, les chenilles n ‘étaient pas protégées sur le dessus, comme sur les chars rhomboïdes typiques de la Première Guerre mondiale.


Mais cela a été modifié en 1942 sur le Mk.II , et en même temps les extrémités recevaient d'énormes garde-boues.
Cette apparence de char de la Première Guerre mondiale était due à la coque qui était beaucoup plus courte que les chenilles, qui dépassait de 1,2 m) à l'avant. Cela a été conçu ainsi en pensant aux terrains bouleversées et aux tranchées profondes.
Ces garde-boues ont souvent été retirés des tanks dans le théâtre. L'une des raisons était que la boue en s’accumulant à l'intérieur et les faisait arracher. Une autre raison était qu’une explosion ou un choc les avait déformés ou enlevés.

Moteur
Le Moteur Bedford Twin-Six (12 cylindres en V) de 350 chevaux du Churchill était en fait composé de 2 moteurs jumelés spécialement construit dans une configuration horizontale opposée, accouplé sur un vilebrequin commun. On l'appelait le «flat twelve Sa puissance était de 350 ch à 2000 tr / min (261 kW), à un régime compris entre 800 et 1600.

Quatre carburateurs Solex, avec leurs propres collecteurs, servaient chacun trois cylindres, formant une seule tête.
Tous les composants du moteur ont été disposés pour faciliter l'accès et l'entretien à l'intérieur du compartiment. L'air nécessaire pour refroidir le moteur était extrait du compartiment de combat, entraînant l’air à travers les filtres à air lors de l'ouverture d'un volet entre les deux compartiments. Les fumées du moteur ont été évacuées par deux grandes ouïes latérales, qui sont une des caractéristiques les plus reconnaissables du Churchill. Celles-ci ont eu différentes formes avec au début une forme cylindrique
L'air refroidi a été soufflé à travers les radiateurs via ventilateur actionné par l'embrayage. Ce ventilateur envoie également de l'air sur la boîte de vitesses et vers l'arrière du châssis.
Transmission
 

La boîte de vitesses à 4 vitesses Merritt-Brown se caractérisait par un système de direction régénératif contrôlé par une barre de barre, au lieu de leviers de frein ou d'un volant.
Cela a suscité des inquiétudes lors de la formation des conducteurs, mais le système non conventionnel avait ses propres avantages. Il était rendu nécessaire par le poids du réservoir, ce qui aurait rendu son contrôle difficile avec une servocommande à entraînement hydraulique moderne. Il possédait pour les premiers chars un système,de direction à huile complexe comparable à celui du char B1 Français qui possédait le même type d’armement fixe en casemate .


 

 
Le canon était pointé vers la cible par le mouvement du châssis
Le système Merrit brown permettait de modifier la vitesse relative de chaque vitesse, offrant, à terme, une capacité de «virage neutre». Le char pouvait tourner entièrement sur place, ce qui était une capacité cruciale compte tenu de la taille et du poids de la coque.
Châssis
Le cahier des charges de 1940 (A20) prévoyait une coque rivetée. Il en fut ainsi jusqu'au Mk.VII (A22F), sur lequel toutes les plaques étaient soudées.
Il s'agissait de simples plaques blindées plates, boulonnées sur un châssis en acier. La coque était longue, mais relativement étroite, pour pouvoir être transporté par les camions standard de l’ armée britannique de cette époque L'accès à l'intérieur se faisait par deux trappes latérales, rondes ou carrées. Deux boîtes de rangement massives ont été installées à l'arrière, de chaque côté du compartiment moteur. Le compartiment conducteur n'était pas séparé du compartiment de combat au milieu, qui était plus spacieux que d'habitude.
Les spécifications de blindage d'origine prévoyaient une épaisseur de blindage de 16 à 102 mm, qui était supérieure à celle du Matilda, et promettaient une protection presque parfaite contre la plupart des canons antichars de l'époque, ou des éclats d'obus lourds.
C'était, en 1941, le char le plus protégé au monde avant le KV 1 Les Allemands n'avaient rien de comparable jusqu'à ce que le tigre I soit en dotation

Mais entre-temps le blindage du Churchill avait été considérablement renforcé. A l entrée en service du Mark VII en 1943, le blindage frontal avait atteint l’épaisseur de 15,2 cm, tandis que l'épaisseur minimale était de 2,5 cm Les blindages latéraux étant épais de 10,2 cm
Seuls les Tigre II Jagdtiger ont possédé des blindages plus épais Le seul problème était que le blindage était vertical et non oblique donc il perdait en efficacité Cette protection a donné une immense confiance aux équipages de ces chars
Tourelle
La première tourelle était relativement petite par rapport à la coque, entièrement coulée, arrondie et suffisamment large pour accueillir le commandant et les serveurs du canon 2 pdr (40 mm) . Le masque du canon tant pour l’armement principal que pour la mitrailleuse coaxiale Besa, était interne. Il y avait trois fentes verticales, avec l'optique du télémètre à droite, le canon au centre et la mitrailleuse coaxiale à gauche, légèrement décentrée. Un petit coffre de stockage a ensuite été installé sur la nuque de la tourelle, dans un premier temps pour offrir un stockage supplémentaire, mais, à la fin de la production Churchill, il servait aussi de contrepoids après les divers réarmements de la tourelle
Un deuxième stockage a été ajouté sur le côté gauche.
La visée se faisait via le Vickers Tank Periscope Mk.IV Il y en avait deux, un pour le tireur, un autre pour le commandant,
A l arrière de la tourelle se trouvait deux trappes Deux autres trappes sont présentes sur l avant du châssis pour le mitrailleur et le conducteur Comme d'habitude, le compartiment radio se trouve à l'arrière de la tourelle, avec deux antennes.
Avec le Mk.III, la tourelle a été agrandie, afin d'accueillir un canon de plus gros calibre le 6 pdr (57 mm ) La forme de la tourelle soudée était désormais hexagonale, avec des côtés plats beaucoup plus haut et plus large. Le canon et la mitrailleuse étaient maintenant étroitement couplés sur le même masque de canon qui était là aussi interne.
La dernière évolution est venue avec le Mk.VII. La tourelle, toujours hexagonale et angulaire, a été partiellement coulée et soudée, asymétrique et allongée à l'arrière, pour loger un canon plus gros de 75 mm
Comme d’habitude le masque de canon était intérieur et réunissait le canon principal, le Besa coaxiale et l'optique du tireur. Deux renflements de déflecteur ont été soudés de chaque côté de cette ouverture, pour dévier les obus puissent pénétrer dans la tourelle.
 
Armement
Pour ce char on a abandonné l’idée initiale de barbettes latérales. l’armement principal du char fit débat Au final, on trouve un compromis inspiré du B1 français , avec un obusier en coque de 3 pouces (76,2 mm) pour annihiler les fortifications en béton, Mais pour lutter contre les autres chars on trouve le canon standard 2 livres (40 mm ) monté en la tourelle.
En 1940, il était certainement supérieur à la plupart des canons de 37 mm en service dans le monde à cette époque, avec une excellente vitesse initiale et une grande cadence de tir.
Rapidement une variante est proposée c’est le Mk. II CS (Close Support), équipé d'un obusier de 3 pouces (76,2 mm), qui ne pouvait tirer que des obus fumigènes.


Le canon à coque s'est révélé inefficace et a été remplacé, sur le Mk.III, par une mitrailleuse à coque.
Ce n'est qu'en 1942, lorsque le canon 2-pdr commence a devenir inefficace contre les nouveaux blindage allemands que la nécessite d’équiper le char d’un nouveau canon dans une nouvelle tourelle vit le jour.
Ainsi va apparaître le Mk.III, équipé du canon de 6 livres (57 mm ) monté dans une tourelle de configuration nouvelle
Cela a donné au Churchill la capacité tant attendue de lutter contre les panzer III et IV en Afrique du Nord et et il s'est avéré déterminant lors de la deuxième bataille d'El Alamein.
Cependant, au moment de la campagne tunisienne, le Panzer IV Ausf.F2 s'est avéré avoir une portée et une puissance de pénétration supérieures.


Une nouvelle fois, une nouvelle mise à niveau était envisagée. Toutefois entre-temps,un officier du nom de Percy Morell, a réussi à installer des canons US de rechange de 75 mm à l'intérieur des tourelles Churchill IV, . Ces canons US provenaient des épaves de Sherman déclassés
Ainsi apparu le «NA-75», qui a combattu lors de la phase finale de la campagne tunisienne, puis en Normandie. Mais même le canon principal Sherman n'était pas à la hauteur, et le Mk.VII, Heavy Churchill», qui fut le premier à recevoir le canon QF 75 (75 mm ) qui avait de meilleures caractéristiques que le 6- pdr, manquait toujours de punch contre les derniers chars allemands, comme le Tigre ou Panther.
La dernière tentative pour adapter la version «longue» de 17 pdr est arrivée trop tard, avec le Black Prince . Seuls des prototypes ont été construits À cette époque, des chars plus modernes étaient au stade de développement final, comme le Centurion.

Production & évolution
Si le premier A22 Mk.I n'était pas si différent extérieurement du dernier Mk.VII / VIII du mois pour le châssis presque tout avait été changé entre-temps, faisant de ces dernières versions les meilleures de toutes.
Les mises à niveau et modifications des versions ont donné les chars suivants Mk.IX, X, XI.
Mais pour identifier un char cela reste très dur Seule souvent la forme de la tourelle est un bon indice, tout comme les détails latéraux.
En conclusion le Churchill était le char le plus lourdement blindé, le mieux armé, mais aussi le plus lent de l armée britannique
Son successeur, l'A43 «Black Prince», était une tentative de donner à l'armée britannique un char lourd capable de traiter, à égalité avec ses derniers homologues allemands, mais n'avait rien à voir avec les premiers chars d'infanterie.
Les versions
 

Churchill Mk. I
 
Première série, avec 303 construits en 1941. Les chenilles étaient non protégées sur le haut
Cette série se caractérisait par une tourelle arrondie avec le canon standard QF à 2 pdr, couplée à un obusier à coque de 76,2 mm. En proie à des problèmes ils ont été relégués à la formation ou reconvertis en versions spéciales.
Churchill Mk. II (Churchill Ia)

 
L'obusier de coque a été remplacé par une mitrailleuse Besa, afin de gagner de l'espace et de simplifier la production.
1127 livré jusqu'au milieu de 1942. De nombreux problèmes ont dû être surmontés jusqu'en 1943. Également relégué en deuxième ligne ou reconverti.
Churchill Mk. II CS (soutien rapproché)

 
La tourelle 2-pdr et l'obusier 3-coque ont changé de place. Fourni avec des ronds de fumée. Peu concluant il en fut construit seulement une poignéee.
 
 
 
Churchill Mk. III

 
C’est in char nouveau avec beaucoup de modifications. Pour la première fois, la tourelle a été soudée et abritait un canon de 6 pdr. Il avait une mitrailleuse Besa coaxiale, une autre à pris la place de l obusier en caisse
De nombreux changements ont été apportés au moteur, à la transmission et à la protection, y compris la protection supérieure des chenilles
675 ont été livrés en 1942.
Churchill Mk. III
Conversion sur le terrain remplaçant le canon de 6 livres de Mk. III Churchill avec le canon de 75 mm.
Churchill Mk. IV

 
C’est le type le plus construits avec 1622 chars
Il a reçu la tourelle en fonte moins chère et moins travaillée Les premiers modèles de production avaient un contrepoids pour équilibrer le canon de 6 pdr, et beaucoup ont été équipés ultérieurement du nouveau canon Mk.V 6 pdr (57 mm / 2,24 pouces) à canon long.
Churchill Mk. V

 
Il s'agissait essentiellement d'un Mk.IV pour un soutien rapproché, avec un obusier de 95 mm alimenté à 47 obus 241 construits en tout en 1943.
Churchill Mk. VI

 
Une mise à niveau mineure du Mark IV, avec le nouveau canon de 6 livres. 200 ont été construits, mais la production a été rapidement remplacée par le mark VII
Les chaînes de fabrication étaient alors occupées à remettre à niveau les versions III / IV en Mark VI.
Churchill Mk. VII

 
Une modification majeure, pour cet engin baptisé« heavy Churchill»,
Il était plus lourd de deux tonnes avec un blindage de 15,2 cm dans l arc frontal et armé avec le nouveau canon QF 75 (75 mm).
Cette version a été reclassée en tant qu'Ordnance A42 en 1945. Il en fur produit 'environ 1400, construite jusqu'à la fin de 1944.
 
 
 
Churchill Mk. VIII
 
 

 
Cette dernière version CS équipée d'un obusier de 95 mm et de 47 obus. Environ 200 ont été construits en 1944.

Versions améliorées
Les versions suivantes ont été réalisées à partir de modèles antérieurs en retour dans les ateliers où ils étaient révisés et remis à jour
D’autres châssis furent modifiés en tant que variantes à usage spécial.
Churchill Mk.IX

 
Mk.III / IV réaménagé avec la nouvelle tourelle, transmission et suspension Mk.VII. Certains n'ont reçu que ces dernières améliorations et ont conservé leur ancienne tourelle. Ceux-ci étaient connus sous le nom de Mk.IX LT (pour «tourelle légère»).
Churchill Mk.X

 
Mk.VI mis à niveau vers la norme Mk.VII.
Churchill Mk.XI
 
Mk.V est passé à la norme Mk.VII, mais reçoit également une armure supplémentaire.
Churchill NA-75
 

 

Pendant la campagne en Tunisie, un jeune officier du Royal Electrical and Mechanical Engineer (R.E.M.E.), le capitaine Percy Morrell, a noté que les équipages de chars des 21e et 25e Brigades de chars ne pouvaient lutter à armers égaler contre les panzers ;En cause les mauvaises performances du 6pdr avec HE.
En tant que commandant en second du 665 Tank Troops Workshop, R.E.M.E, le capitaine Morrell supervise la reforme des véhicules endommagés au combat et il s'aperçoit qu'un grand nombre de canons Sherman de 75 mm  sont  intacts malgré les dommages causés au reste du char. Et si ceux-ci pouvaient être montés sur le Churchill?


Son idée fait son chemin et apres discussions avec ses chefs  la suggestion est rapidement  présentée au général de division W.S. Tope. Celui ci lui repond  «faiter les choses correctement et vous irez loin, Trompez vous et votre carrière militaire n'ira pas plus loin»,
Un Churchill IV est mofidié et la conversion est un succès complet car le Churchill s'est avéré en fait être une plate-forme supérieure au Sherman, le poids supplémentaire du Churchill améliorant la précision.

 


Le processus de conversion présenté peu de problèmes majeurs. Le mantelet  du Sherman a été modifié pour augmenter l'élévation et le support de culasse qui a été tournée de 180 degrés déplaçant  l'alimentation de la culasse de gauche à droite pour s'adapter aux positions de l'équipage de Churchill.



Environ 120 chars Churchill ont été convertis pour recevoir le canon de 75 mm entre avril et juin 1944. Le nom NA75 vient d'Afrique du Nord (NA) où les conversions ont eu lieu, et 75 pour le canon. Churchill Mk IV - NA 75 chars furent envoyés en action en Italie en juin 1944 avec les 21e et 25e Brigades de chars

 
 
Versions spéciales
Présenté par ordre chronologique. Beaucoup sont fabriqués à partir de char de séries antérieures, jamais mis à niveau Ceux-ci étaient populairement connus comme «les Funny Hobart’s».
Churchill Oke
 
Mi 1942, avant le prochain raid sur Dieppe, le major JM Oke a conçu une version lance flamme montée sur trois prototypes de véhicules, nommés «Boar», «Beetle» et «Bull».
Le système de tuyauterie, avec le réservoir étaient monté à l'arrière et était relié au lance flamme Ronson placé à l avant gauche de la coque laissant la tape de la mitrailleuse de la coque droite sans obstruction. Les trois véhicules firent partie de la première vague d’assaut sur Dieppe.
Churchill AVRE


 

 

 

 

Le AVRE fut la modification la plus courante de toutes les versions de génie, conçu après le raid de Dieppe. Il s'agissait du véhicule blindé typique des Royal Engineers, REME équipé du Petard, un mortier Spigot de 290 mm (11,41 pouces), qui tirait une ogive de 18 kg à 130/ 150 m (150 yards). Son but était de mettre hors de combat les bunkers en béton et toutes sortes de fortifications et d'obstacles ennemis. Cette une base à servi à de nombreuses autres versions comme la version à anti mine à fléau le porteur d'explosifs, le porteur de fascines, le porte pont .
Mais le AVRE donna naissance à son tour à des Sous versions
AVRE Porte Fascines

Les AVRE emporteraient également divers autres équipements pour aider les autres unités le champ de bataille.
On peut parler des fascines. Les fascines étaient transportés par des chars depuis leurs débuts sur les champs de bataille dévastés de la Première Guerre mondiale, notamment lors de la bataille de Cambrai en 1917.
Les fascines sont utilisés pour remplir de larges tranchées ou fossés pour permettre aux chars de traverser. Ils sont généralement fabriqués à partir de broussailles, liés étroitement ensemble dans un cylindre. Ces fascines en bois se présentaient comme un fagot d’environ 2,4 mètres de diamètre et environ 3,6 mètres de diamètre.
Les Fascines seraient transportés à l'avant du char au-dessus de la plage avant sur un berceau en bois. La tourelle était pointée à 9 ou 3 heures pour faciliter le transport qui sera déversé dans une coupure. Parfois, les faisceaux étaient transportés sur la plage arriere, mais ce n'était pas recommandé car les faisceaux pouvaient prendre feu

Churchill Small Box Girde

 
L’AVRE pouvait aussi également transporter et placer le pont «Small Box Girder». Ce pont mesurait 9,1 mètres et permettait le passage d’un char classe 40 tonnes (40,6 tonnes).
La caisse du char recevait un câble et un treuil fixés au pont moteur, avec un cadre en A fixé à l'avant du réservoir.
Le pont a été porté suspendu à l'avant du char à un angle d'environ 60 degrés. Le poids de ce pont suspendu à la proue comprime les bogies de suspension avant et soulève ceux arrière du sol.
Aussi la conduite ne devait pas être facile. Le pont est abaissé via le treuil au-dessus de petites rivières, cratères ou autres obstacles pour permettre le passage d'autres chars et véhicules.
Il y a eu des tentatives de transporter une travelure par d'autres moyens. Ceux-ci comprenaient le pliage de la travelure en deux (en ciseaux ) ou son remorquage derrière le char sur roues ajoutées Ce type ne car n’était pas populaire lors des traversées maritimes car ils prenaient le vent.
Aussi ils étaient stockes près à l arrière pour que le bateau puisse se diriger .
 
Bobbin carrier
Cette version a été utilisée lors des débarquements, sur les plages de sable fin et les sols meubles (extrêmement boueux) en général. Une bobine de toile de 10 pieds de large (3 m) a été transportée à l'avant du Churchill AVRE principal, libérée pour créer un chemin de roulement pour les véhicules suivants.
‘Bobbin Carrier’ or ‘Carpet Layer’


Il y avait deux types, le Type C et le Type D. Le Type C était le plus petit des deux et était porté suspendu devant les bras simples du char. Le Type D est le plus grand et le plus utilisés des deux, il était soutenu par un cadre plus grand fixé sur l'extrémité avant du AVRE.
le cadre supportait une grande bobine d'où son nom de nattes de toile ou de poutres en bois. Le char roulerait sur le tapis, le posant en roulant.


Le type D serait utilisé sur des plages douces et offrirait une surface sûre pour suivre les troupes et les véhicules.
Le Type C a été conçu pour aplatir les barbelés et les obstacles similaires.


Une fois le «tapis» posé, l’équipage pouvait le détacher de l’intérieur Les «bobines» utilisées étaient simplement abandonnées sur le champ de bataille.

 

 

 

Bull’s Horn Mine Plow


De nombreux systèmes anti char sur le style de soc et charrues ont été conçues, testées et utilisées avec les AVRE de Churchill.
Le Bull’s Horn, en particulier, est nommé ici parce que, il fut l'un des seuls modèles réussis
et il fut ainsi nomme pour rendre hommage à, la 79th Armored Division avec son blason à tête de taureau


Le Bull’s Horn Mine Plow n'a été utilisé qu'une seule fois pendant la guerre. C'était le jour J, sur Sword Beach.
Le système était constituée d'un grand châssis porté à l'avant du char relié à un treuil qui permettait de le soulever pour voyager. Il y avait deux lames dessus, chacune avec six dents.
À l'avant du châssis, il y avait deux grands patins qui empêchaient la charrue de creuser trop loin dans le sol. La charrue souleve les mines et les pousse sur le côté créant une voie sécurisée


 

Canadian Indestructible Roller Device (CIRD)


 Les méthodes d'explosion des mines par pression dépendaient des fixations des rouleaux. Deux d'entre eux ont été utilisés avec Churchills et Shermans.
L'anti-mine Reconnaissance Castor Roller (AMRCR) était un dispositif de perambulation développé directement à partir des rouleaux Fowler utilisés par les types de chars antérieurs comme le Matilda et le Covenanter. Le dispositif AMRCR était cependant lourd et lourd, et il n'a pas été utilisé de manière opérationnelle.

La version de  beaucoup plus réussi a été le Canadian Indestructible Roller Device (CIRD ou C.I.R.D.) qui, comme son nom l'indique, était d'origine militaire canadienne. Conçu en septembre 1943, il se composait essentiellement de deux rouleaux blindés lourds attachés aux bras latéraux en saillie devant le véhicule, et le CIRD s'est avéré le plus efficace lors des essais.
es rouleaux étaient disposés de sorte que lorsque l'un passait sur une mine, declachant  l'explosant par pression, l'explosion faisait sauter le rouleau vers le haut . Par un agencement mécanique, plus le mouvement du char, le rouleau  revient ensuite à sa position du depart.
Deux tailles de rouleaux ont été mises en production à partir de plusieurs éprouvées, celles-ci étant respectivement de 15 t et 18 pouces de diamètre. Ce dernier était destiné au Churchill. Le CIRD pouvait être utilisé avec le Sherman .

 


Les Sherman CIRD étaient destinés à soutenir les Sherman Crabs dans les régiments équipés de fléaux, bien qu'ils ne soient pas en fait utilisés de manière opérationnelle:
Pour le Churchill  le CIRD faisait partie de l'équipement qui pouvait être adapté via des raccords spéciaux sur le côté du Churchill AVRE. Lle ClRD ne semble pas avoir été utilisé au combat par la 79th Armored Division. Plusieurs équipements expérimentaux ont été développés qui impliquaient l'utilisation du CIRD et un ou deux d'entre eux sont connectés à des dispositifs de déminage explosifs (torpilles de Bangalore).
Le systèmel était disponible pour le jour J et a été expédié via le Channel. Des CIRD Sherman ont été utilisés comme chars pilotes, à l'échelle d'un par troop, aux trois régiments de la 79th Armored Division opérant avec des chars à fléaux dans le nord-ouest de l'Europe.
Les rapports de RAC notent que l'un d'entre eux, 30 Brigade blindée, était équipé de "36 pilotes Sherman V avec 12 équipements Roller". Mais par contre , il n'y a aucun rapport de l'utilisation du CIRD en action et toutes les unités ont été retirées avant la fin de 1944.
Mais il a été testé à nouveau vers février 1945. Avant la traversée du Rhin, la 79e division blindée a formé un certain nombre  de détachements expérimentaux pour faire face aux problèmes attendus lors de la traversée du Rhin
En décembre 1945, le Specialized Armour Development Establishment (SADE) continua de tester le CIRD.


Aucun  système survivant n'est repertorié à ce jout  . Toutefois  un certain nombre de Shermans avec les équipements distinctifs sur les côtés de la coque sont préservés

 

 

 

Conger Mine Clearing Line Charge

 
Le Conger était peut-être la pièce d'équipement la plus dangereuse (pour tout le monde) transportée par les AVRE. Le Congre était une version des Tubes Bangalore .
Il était monté sur un Universal Carrier sans moteur afin qu'il puisse être remorqué facilement
Le dispositif de déminage lui-même était composé d'une fusée de 5 pouces (12,7 cm) et d'un long tuyau. Dans un champ de mines, la fusée est lancée en emportant avec elle le tuyau vide, qui tomberait alors sur la longueur du champ de mines. Le tuyau reçoit alors une charge de nitroglycérine qui en explosant fait détonner par sympathie les mines à proximité , dégageant un chemin à travers le champ de mines.
Le Conger a été l'un des premiers appareils de ce type à être utilisé. Après le Conger, les Britanniques ont développé le Giant Viper.
 
L’armée américaine utilise toujours un appareil similaire appelé M58 «MICLIC». Celui-ci est remorqué mais est également monté directement sur le véhicule Breacher Assualt (ABV).

 
Double Onion
En plus de la Light Carrot tank il y avait le Double Onion se composait de deux grosses charges explosives placées sur un cadre métallique, posées sur un mur de béton et mise a feu à distance sûre de sécurité Une autre variante était la Churchill goat .
 
Churchill ARV
Le «véhicule blindé de dépannage ARV était basé sur un Mk.I sans tourelle. La flèche avant avait une capacité de 7,5 tonnes et un contrepoids à l'arrière. La flèche arrière avait une traction de 15 tonnes, tandis que le treuil pouvait tirer 25 tonnes. Ie châssis possédait une petite tourelle avec un canon factice. Il était équipé d’une mitrailleuse Besa pour son auto défense . Le compartiment de combat était assez vaste pour abriter l'équipage du char endommagé.
Churchill ARK

 
C’etait la version poseur de pont ARK etant l’acronyme de «Armored Ramp Carrier», ce véhicule sans tourelle transportait un pont repliable. Une fois dépliée, on pouvait franchir une coupure de sur 20 m. Les Mark I et II 1 et 2 avaient des voies soit sur les voies, soit directement sur le véhicule lui-même.
En 1945, dix Churchill Great Easterns furent livrés. Ceux-ci conçus par l'ingénieur officier et inventeur Cecil Vandepeer Clarke pouvaient en théorie lancer un pont de 19 M en quelques secondes à l'aide de roquettes. Il semble qu'ils n'aient jamais été mis en œuvre .
Churchill Crocodil

 
Construit à environ 800 exemplaires c’est la version la plus célèbre de cet engin. C'était le principal char allié du lance-flammes en ETO

Basé sur un Mark VII avec un lance-flammes remplaçant la mitrailleuse Besa de coque . Le réservoir de carburant était transporté dans une remorque. La portée était de 150 mètres (137 m), tirant des jets d'une seconde.
Churchill Kangaroo
Une variante sans tourelle utilisée comme véhicule blindé de transport de troupes (APC). Ce sont les versions plus spacieuses et mieux protégées du Kangourou.
 
 
Ce fut la version chasseur de chars basé sur le Churchill. Il a été modifié pour abriter un canon anti-aérien Mk.I de 3 pouces (76,2 mm), Ce canon QF 3 pouces été obsolète au moment du développement du véhicule Apres avoir été utilisé par la Royal Navy dans un rôle anti-aérien il sera monté dans l'un des nombreux prototypes de tourelles comme le TOG II
 
mais ce canon deviendra vite obsolète et il sera remplacé par le Ordnance QF 17-Pdr, qui sera monté sur le char Challenger. Et aussi sur les Archer et Achille
 
 
 

Le Gun-Carrier a été construit sur le châssis non modifié d'un Churchill Mk.III. Le char a gardé le même moteur et le train de roulement. La tourelle et la coque avant ont été remplacées par été modifié sur les superstructures avec une casemate fixe à flanc droit de 88 mm d’épaisseur dans l arc frontal
Cette épaisseur de blindage qui le rend invulnérable à la majorité des pièces allemandes de l’époque. En modifie la position de la mitrailleuse de caisse qui passe du centre du glacis sur le côté avant gauche de la casemate, l’armement principal fut monté sur une rotule. Il s'agissait du canon QF 3 pouces (76 mm) 20 cwt anti-aérien.
Vauxhall reçut un lot de 100 canons quand on lui confia la tâche de construire le char et il fut construits 50 chars en 1942, mais leur sort reste incertain.
Le successeur de ce char peut être recherché dans le Tortoise A39
 
Black Prince (A43)
En 1943, le Churchill était le char le plus lourdement blindé du service britannique,Il pouvait être considéré comme un adversaire pouvant jouer à jeu égal avec le Tigre et le Panther s’il pouvait être armé d’un canon plus puissant, le 17 livres.
Aussi on travailla sur une version plus puissante en 1944 sen partant de la base du Mk.VII chez Vauxhall Motors,
On greffa dessus la tourelle développée pour le Comet Mais son poids en hausse de dix tonnes étouffait le même vieux moteur, et ses performances étaient au mieux médiocres. Et le Centurion montrait le bout de ses chenilles
FV3902 Churchill Toad
 
La dernière utilisation du Churchill au service militaire. Ce char à fléaux de déminage lourd est entré en service, sous la désignation FV3902, en 1956 et était un descendant des célèbres «Hobart's Funnies».
42 des véhicules ont été produits, ils ont servi avec les Royal Engineers mais n'ont jamais été utilisés au combat.
Moins connue du célèbre AVRE de la Seconde Guerre mondiale. Le mortier Petard de 290 mm a été remplacé par un gun Démolition de 165 mm
Il fut très vite remplacé par le FV4003 Centurion AVRE.

Churchill Mk III CDL - Canal Defense Light

Cette  version Churchill Canal Defense Light est souvent citée, mais n'a jamais été photographiée Est-ce Nessy le Monstre du Loch Ness Et pourtant
On connait très L eLee CLD  Sa tourelle projecteur permettait en tilisant une lampe à arc au carbone, de générer jusqu'à 13 millions de bougies qui scintillaient. Cela provoque la dilatation et la contraction rapide de la pupille, aveuglant temporairement le spectateur. Les réservoirs
Certains chars Churchill, Grant et Matilda ont été convertis en Rôle CDL. "
La seulle regference graphique qui existe est ce dessin  du Prime Minsiter se soulageant

 

Mais certains chercheurs ont écrit  que  si le M 3 a été la solution idéale  à long terme et perènne les CDL Matilda et Churchill ont toujours été conçus comme une solution temporaire ou d'appoint
Il y a eu des commandes pour ces type de chars  avec des tourelles 65 mm  pour les Matilda,  et tourelle 85 mm pour les M3  mais aussi les Churchill et M3  Les chiffres 65/85  doivent correspondre à l'armure frontale de la tourelle 
En septembre 1942, 290 tourelles de 65 mm avaient été livrées sur 390 commandées. Aucune tourelle de 85 mm n'avait été livrée sur 100 commandées.
La 35th Tank Brigade  a été équipée à la fois avec des Matildas (49th RTR et 155th RAC) et Churchills (152th RAC), mais on ne sait pas si les Churchill ont déjà été équipés de tourelles CDL.
Donc il est du domaine du  possible (même probable) que certains Churchill possédaient des tourelles CDL, mais seulement celles basées au château de Lowther en Cumbrie, où la formation CDL a eu lieu. "


    Un journal de  marche du 86 Fd Regt RA, indiquant que des Churchill avec des projecteurs ont été utilisés le 9 février 1945 près de Kranenburg: 


" Un char Churchill portant un projecteur a pris position derrière nous et a éclairé la zone la nuit, pointant son faisceau sur la ville. Avec d'autres dans le quartier, cela a transformé la nuit en jour et nos artilleurs travaillant sur les armes à feu se découpaient sur le ciel nocturne. "3

 
 
Churchill Sunshield

 
Une autre façon de cacher votre tank était de changer sa forme. Ce stratagème avait été utilisé par la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale.
Ils fallait changer la silhouette des certains navires armés pour les faire ressembler davantage à des navires marchands inoffensifs .
Lorsque le sous-marin allemand fait surface pour attaquer le navire avec son canon principal, les écrans se sont abaissés pour permettre de tirer une bordée complète d'obus explosifs sur le sous-marin. Ces types de navires étaient appelés bateaux «Q».
Les britanniques durant la 2e Guerre ont utlisé un stratagème identique mais sur Terre
Pendant l'opération Bertram dans les mois qui ont précédé la deuxième bataille d'El Alamein en Afrique du Nord en septembre-octobre 1942, des véhicules factices et et de mannequins ont été utilisés pour tromper les Allemands afin de les induire en erreur sur le lieu de la prochaine attaque.
De vrais chars furent camouflés en camions, utilisant des auvents légers «Sunshield».
Pour que la ruse marche les camions ont été stationnés ouvertement dans la zone de rassemblement des chars pendant quelques semaines. De vrais chars étaient également stationnés ouvertement, loin derrière le front. Deux nuits avant l'attaque, les chars ont remplacé les camions, recouverts d’auvent avant l'aube.

Les interrogatoires des officiers supérieurs allemands capturés ont montré que ce type de tromperie avait réussi:
ils pensaient que l'attaque allait venir du sud où ils avaient vu les chars et les véhicules factices et non dans le nord. L'idée du pare-soleil est venue du commandant en chef du Moyen-Orient, le général Wavell.
Le premier prototype en bois avait été fabriqué en 1941 par Jasper Maskelyne, qui lui a donné le nom de Sunshield . Il fallait 12 hommes pour le soulever.
Le Mark 2 était fait de toile tendue sur un cadre en tube d'acier léger. Le 11 novembre 1942, le Premier ministre Winston Churchill a annoncé sa victoire à El Alamein à la Chambre des communes.
Lors de son discours, il a salué le succès de l'opération Bertram: «Grâce à un merveilleux système de camouflage, une surprise tactique totale a été obtenue dans le désert. Le 10e corps, qu'il avait vu de l'air exercer à cinquante milles à l'arrière, s'est éloigné silencieusement dans la nuit, mais laissant un simulacre exact de ses chars où il se trouvait, et a procédé à ses points d'attaque. » (Winston Churchill, 1942)
Service actif
Lorsque l'idée de l’A20 a été planifié pour la première fois, l'état-major voulait un char de guerre de tranchées. Le cahier des charges a évolué à l'été 1940, donnant naissance à l'A22.
Il était plus puissant et au cours de sa vie des simplifications de fabrication ont été appliquées afin de réduire le temps nécessaire pour qu'il puisse entrer en production, ce qui est devenu primordial. En termes simples, lorsque les tout premiers exemplaires sont sortis des chaînes en juillet 1941, le Churchill avait été engagé immédiatement Les modifications ont eu lieu progressivement
Le raid sur Dieppe a fait une mauvaise publicité à ce char alors qu’il n a pas été employé dans de mauvaises conditions
Afrique du Nord
Le problème le plus urgent, a résoudre avec l'arrivée des premiers Mk.I / II en Afrique du Nord, fut le manque de fiabilité du moteur Meadows.
De plus, il avait été conçu pour un climat doux et souffrait sous le soleil brûlant de la Libye. La ventilation était toujours mauvaise et l'accès limité, empêchant un entretien efficace.
Bien qu'ils soient équipés d'un canon de 75 mm les Allemands avaient des difficultés avec ce char mais au début de 1942, les Allemands ont introduit une nouvelle version de Panzer III, équipé d'un 50 mm
Partageant son canon de 2 livres avec presque tous les autres chars britanniques de l'époque, le Churchill s’est retrouvé impuissant
Mais lors de la deuxième bataille d'El Alamein, les premiers Mk.III furent engagés pour la première fois. Et ils ont permis à la 7e Brigade motorisée, de détruire de nombreuses positions de canons antichars allemands. Aucun char n'a été lourdement endommagé, et un est revenu dans les lignes avec pas moins de 80 impacts non pénétrants. Ce succès amena le War Office à créer trois régiments blindés et une brigade complète,en février 1943 équipés de ce char. Toutes les anciennes versions furent retirées et renvoyées en Grande-Bretagne pour une remise à niveau.
Prévue bien avant août 1942, l'opération Rutter devait impliquer 6 000 Canadiens et plusieurs compagnies de commandos.
La force était censée tester les défenses allemandes et se renseigner sur les opérations de débarquement. 60 Churchill de plusieurs types ont pris part au raid, dont trois versions lance-flammes, Bobbin, des véhicules de démolition et de pontage. L'opération s'est avérée un échec pour plusieurs raisons.
Il faut tordre le cou à la légende de chars Churchill coincés sur la plage et ne pouvaient pas passer sur la plage de galets.
La plupart des Churchill ont débarqué et se sont dirigés vers les sorties mais les accès étant bloqués ils sont revenus sur la plage pour rembarquer à la fin du raid En raison des tirs ennemis, le bateau de débarquement n'a pas pu s'approcher de la plage et les chars Churchill qui ont été mis hors de combat par des tirs directs sur les chenille et leur système de suspension. Ne pouvant bouger ils ont donc été abandonnés par leur équipage.
Tunisie
Lorsque le Churchill a commencé à arriver en masse en Afrique du Nord, la deuxième bataille d'El Alamein avait été gagnée et les forces allemandes étaient en fuite vers l'ouest en Tunisie.
Dans le même temps, les forces américaines et britanniques débarquent en Algérie française et au Maroc (opération Torch), créant un mouvement de tenailles géant pour les troupes de l ‘Axe . Pendant ce temps, le maréchal Kesselring a été envoyé en Tunisie des renforts massifs, y compris le tout nouveau Tigre.
Les Churchill III et IV, équipés de canons de 6 pdr, n'étaient pas à la hauteur, mais ont prouvé que leur le blindage assurait une formidable protection et qu’ils avaient des capacités de franchissement supérieures aux autres chars
La Tunisie a un terrain montagneux, Il pouvait gravir des pentes jugées infranchissables pour un char et pouvait ainsi fournir un soutien à l'infanterie là où il en avait besoin,
À une occasion, un Churchill a réussi un coup de chance en plaçant un coup au but dans l'anneau de tourelle d'un Tigre, bloquant la tourelle. L'équipage l'a abandonné Ce char était d'une valeur inestimable pour les services de renseignements britanniques et se trouve maintenant au musée Bovington.
Italie
Avec sa réputation solidement rétablie, le Churchill a été massivement utilisé pendant toute la campagne d'Italie.
Sa robustesse et son agilité lui ont permis de servir de soutien à l'infanterie, Le Churchill était le premier en ligne pour cette tâche.
Les versions spécialisées de ce chars seront utilisées pour l'ensemble de la VIIIe armée et de nombreuses autres forces alliées opérant en Italie.
L'expérience acquise ici a également ouvert la voie à de meilleures versions, massivement engagées en Normandie. La plupart des NA75 modifiés ont combattu sur le MTO
La portée et l’efficacité du canon de 78 mm étaient meilleures que celles montées sur un Sherman standard, car la plateforme du Churchill était plus robuste et plus stable.
Europe de l'Ouest
Bien que les Alliés aient employé massivement le Sherman, le Churchill était toujours présent
De nombreuses versions spécialisées ont participé aux débarquements sur les plages normandes,
La ménagerie d’Hobbart fit merveilles Le char avec avec ses grandes chenilles s'est révélé agile sur terrain sablonneux. Les mortiers lourds de la plupart des AVRE («pétard») traitaient de toutes les fortifications du mur de l'Atlantique qui avaient été manquées par les avions.
L'excellente motricité du Churchill a été prouvée une fois de plus lors de l'opération Bluecoat (30-31 juillet 1944), tout en capturant une position clé, la colline 309. Ils ont également connu de violents combats dans les Pays-Bas.
À la frontière du Rhin, également fortifié, le Churchill s'est de nouveau révélé très efficace, en particulier avec l'arrivée du Mark VII, invulnérable à la plupart des canons anti char allemands,
La version lance-flammes. Crocodile» est devenu tristement célèbre pour son efficacité à tel point que, dans certains cas, la simple vue de celui qui roulait vers un blockhaus a déclenché une reddition rapide.
Il furent aussi utilisés de façon massive pendant l'opération Véritable qui était l'invasion du territoire allemand ‘Reichland).
Russie et Europe de l'Est
Le Churchill a également été livré à l'URSS via Lend-Lease, pour un total de 301 Mk.
Les III / IV ont été expédiés via Mourmansk (43 perdus en route). Leur action la plus mémorable s'est produite à Koursk, lorsque la 5e Brigade de tanks de la Garde a réussi à contre-attaquer à Prokhorovka.
Les Russes ont apprécié la bonne mobilité et les grandes voies du véhicule, ainsi qu'une excellente protection, comparable au KV-1.
Le Pacifique
Moins connu, quelques Churchill ont également été envoyés aux forces australiennes opérant en Nouvelle-Guinée, à la fin de la guerre.
À la mi-1944, il a été testé aux côtés du Sherman, avec le Matilda déjà en service comme référence. Les Australiens ont finalement choisi le Churchill, qui s'est révélé très efficace pour la guerre dans la jungle. Cependant, seulement 46 des 510 commandés furent perçus par l'ANZACS, car la commande a été annulée à la fin de la guerre.
Après la guerre
Le dernier engagement du Churchill est survenu en Corée. En 1950, un escadron de Crocodile participe à la troisième bataille de Séoul.
Plus tard, quatre Churchill ont soutenu de manière décisive la défense menée par le 1er Bataillon, Royal Northumberland Fusiliers, aidant à maintenir la position alliée là-bas.
Le Churchill en temps que char a été retiré du service en 1952, tandis que des versions spéciales, comme le bridgelayer, étaient toujours en service actif en 1970.
Beaucoup ont survécu et sont exposées dans divers musées et collections, certaines en état de marche.
 
 
 
   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4971141
Nb de visiteurs aujourd'hui:279
Nb de connectés:24