France 1969-70 Revue de Détail Legion Etrangère 2e REP Afrique Tchad

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 06/01/2020 à 09:33:02



France 1969-70 Revue de Détail Legion Etrangère 2e REP Afrique Tchad

Opération Limousin-Bison

 

 

Collection Privée
Merci à Michel  et David
Merci à Charles Janier en sa qualite de Maître es Legion

 

Voir Les Fiches de Michel et David

 

 
  • La France accorde au Tchad son indépendance le 11 août 1960, En 1962 le pays est dirigé par Tombalbaye et cela durera jusqu’en à 1975. mais il est évident que l'Armée Nationale Tchadienne (ANT) embryonnaire et l'administration sont incapables d'assurer la continuité du pouvoir.
    Mais ce gouvernement opprime les minorités en 1961, les premiers troubles éclatent au Logone et à Fort-Lamy en 1963 et rapidement des rebellions voient le jour
  • En 1965, la France, en vertu des accords signés, évacue ses garnisons du Borkou, de l'Ennedi, du Tibesti, du Kanem et du Ouddaï, y laissant ainsi un vide administratif. Aussi le 22 juin 1966 se forme le FROLINAT (Front de libération du Tchad) à partir du Soudan. Ses bandes armées mènent une guérilla qui étend son contrôle sur les campagnes au point de menacer directement la capitale en 1968 et en mars 1968 le Tibesti se révolte à son tour
  • Les réfugiés Toubous de Libye commencent à organiser la rébellion de l'extérieur.
    La première demande d'intervention est adressée à la France par le président Tombalbaye en août 1968 qui en application de ses accords militaires avec le Tchad envoie des troupes
    Mais dans le même temps on assiste en Europe à la remise au pas de la Tchécoslovaquie par le pacte de Varsovie ce qui fait que cette intervention passera inaperçue dans le contexte international
    A l'issue de l'opération, les rebelles sont repoussés. Après l'ouverture de négociations, l'essentiel des forces françaises regagnent la France (à l'exception d'un petit détachement de 7 militaires de l'armée de l'air et de 4 avions Skyraider AD4).
    Mais le problème ressurgit et les troupes françaises doivent revenir en avril 1969.
    Les forces déployées doivent assister l'armée tchadienne et traquer les rebelles du FROLINAT soutenus par l'étranger et dont les forces se structurent.
    On assiste alors à divers opérations qui ont pour nom
    Opération Moquette le 31 juillet 1970
    Opération Éphémère en mars 1970
    Opération Picardie 2 le 21 octobre 1970
    Opération Bison en janvier 1971
    Opération Languedoc en février 1972
  • Bilan militaires des opérations
  • Le RETEX de cette opération est assez mitigé son objectif principal était d'enrayer au plus vite la progression des rebelles et de réorganiser l'armée tchadienne,
  • Le responsable de la mission de réforme administrative et le général délégué militaire au Tchad sont mis en place en avril 1969.sont tous les deux moustachus et connaissent parfaitement le terrain
    Mais ils se heurtent aux cadres de ANT et le climat se détériore rapidement Car les Tchadiens sont rétifs à recevoir les ordres de l’état-major franco-tchadien (EMFT) commandé par le général Cortadellas.
    Les troupes sur le terrains sont
    la compagnie parachutiste du 6° RIAOM
  • insigne du 6e RIC


    EMT du 2° REP, relevé en avril 1970 par un EMT de composition identique mis sur pied par le 3° RIMa et composé de jeunes engagés.
    Fin 1970, la région du BET (Borkou - Ennedi -Tibesti) est stratégiquement important car par cette région transite l aide militaire libyenne aux rebelles
    On dessine donc d’une opération d'envergure qui doit chasser les rebelles et réinstaller sur ses positions l'armée tchadienne après le retrait des forces françaises.
    Pour ce faire le 6e RIAOM fort d’un milliers d’hommes commandé par le colonel Gagnaux, avec des renforts supplémentaires, en appui aérien et de moyens de commandement va mener une offensive qui se déroule du 11 janvier au 10 mars
    D autres opérations vont suivre sous d'autres noms en octobre puis en février - mars 1972.
    malgré de lourdes pertes les bandes rebelles ne sont pas détruites, et le FROLINAT bénéficie toujours d'un soutien libyen


    Toutefois les forces franco tchadiennes permettent une plus libre circulation sur les pistes de vaste territoire
    L’intervention militaire a permis de rétablir l'autorité de l'État tchadien.
    L' EMFT est dissout et la présence française se réduit progressivement. Cependant, le désengagement en août 1972 n'est que provisoire.

  • Le bilan humain est assez lourd avec près de 50 soldats et 200 militaires gouvernementaux tués
    En avril 1972 le Tchad et Libye,se rapprochent .Il faut dire que la Libye vient d’acheter une centaine de Mirage.
    Sous les critiques internationales et malgré des tentatives de coup d'état contre Tombalbaye notamment en août 1971 la France se retire le 28/08/1972 n'y laissant qu'une assistance militaire technique, sans cesser toutefois de leur faire mener des opérations de transport voire d'appui feu avec notamment le cas de l'opération Palétuvier en décembre 72.
    Il est toutefois clair que la Libye a toujours de visée sur le Nord du Tchad
    Après le coup d’état du 4/04/1975 du général Malloum survient la crise de l’otage française Françoise Claustre et l’assassinat du Commandant Galopin
    Cette crise traitée en interne par la France irrite les autorités et entraîne le départ le 27 octobre 1975 des troupes d'assistance militaire technique
    Les rebelles sont désormais soutenus presque ouvertement par la Libye, et n hésitent plus à prendre des otages . Aussi on assiste au retour des forces françaises en 1977 d'aide au redéploiement avec l'opération Camomille et surtout en 1978 avec l'opération Tacaud.
 
 
 

 



 

   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5916687
Nb de visiteurs aujourd'hui:97
Nb de connectés:29