Bataille 1944 Les Sherman Duplex Drive

Article écrit par : Claude Balmefrezol Il faut dire que le char améri

Mis en ligne le 11/11/2019 à 18:23:08




Bataille 1944 Les Sherman Duplex Drive


 

Il faut dire que le char américain M4 "Sherman" ne fut le meilleur char de combat de la Seconde Guerre mondiale mais il fut un des éléments qui ont contribué à la victoire des Allies en 1945 grâce à son grand nombre disponible. Plus de 50 000 Sherman ont été livrés à la fin de la guerre en 1945.

Cette disponibilité on conduit les alliés à utiliser sa base pour créer toute une famille de véhicules Dans cette conception les britanniques furent plus féconds que les Américains
En effet l’'armée britannique a adopté le Sherman, en s'éloignant de la doctrine du "Cruiser / Infantry Tank" adoptée dans l’entre deux guerre
Parmi ces armes on trouve un tueur de Tigre avec le "Firefly" sur base de Sherman V le Lance roquette "Calliope" et aussi le "Sherman DD", qui est un élément de la ménagerie "Hobart's Funnies"

Hobbart officier général britannique avec son équipe a mis au point toute une série de chars spéciaux
Le nom "Sherman DD" provient des mots "Duplex Drive" qui ont été créés afin de garder le secret sur le programme de chars amphibies au cours de son développement.

Conception
L’idée de char amphibie remonté à la première Guerre mondiale en effet les anglais ont conçu une version flottante du char britannique Mark IX qui était à l'essai en novembre 1918,
Des fûts remplis d'air, furent monté par la Royal Navy sur le Mark IX qui reçu comme nom de baptême Camel

 


 

Ces fûts étaient utilisés pour le faire flotter et il est mobile grâce à des pagaies Connu sous le nom de Mark IX Duck, il serait tombé en panne au milieu du lac et a dû être rapidement tiré à terre sinon il coulait
Bien qu’il ait été stocké à Dollis Hill pendant un certain temps après la guerre, il ne semble pas avoir été réutilisé.
Le développement s'est poursuivi pendant l'entre-deux-guerres. Les chars étant lourds pour leur taille, leur fournir une flottabilité suffisante était un problème technique difficile à résoudre.
Les modèles pouvant flotter sans aide étaient généralement petits et légers avec une armure mince, comme les chars soviétiques légers et  amphibies comme le T-37 T 40

 

.
Par contre pour les véhicules plus lourds cela était impossible pour qu’ils puissent flotter sans aucune aide

Le char britannique expérimental AT1 prouva que ce concept ne pouvait être validé
L'alternative consistait à utiliser des dispositifs de flottation adaptés au char qui seront déposés juste après son atterrissage
C ‘est cette approche qui fut adoptée par les Japonais avec leurs chars amphibies légers de type 2 Ka-Mi et moyens de type 3 Ka-Chi.


Les travaux en grande Bretagne furent menées par l’ingénieur d'origine hongroise Nicholas Straussler qui a mis au point des flotteurs pliables pour Vickers-Armstrong pouvant être montés de part et d'autre d'un Light Tank Mark VI afin de le rendre amphibie.

Nicholas Peter Sorrel Straussler
Né le 7 mai 1891, Hongrie - Décédé le 3 juin 1966, Londres



Les essais menés par le British War Office ont montré qu'un tel char, propulsé par un moteur hors-bord, "flottait" assez bien.


Char léger Mark VI avec flotteurs repliables sur le côté

Les allemands de leur cotés vont aussi tester ces flotteurs sur le Panzer II ,Mais ce système s’il était assez efficace n’était pas satisfaisant à d’autres égards, principalement à cause du volume encombrant des flotteurs, qui devaient être assez importants pour faire flotter le char . Il faut se rendre compte que chacun d’entre eux avait à peu près la taille du char


En pratique, cela devient un casse tete pour la logistique de transporter suffisamment de flotteurs,, pour rendre une grande unité blindée amphibie. En outre, de tels flotteurs placés sur les chars les rendre impropres a être largué depuis une péniche de débarquement en mer .
Aussi dès 1940, Straussler résolut le problème en concevant un écran de flottation, un dispositif plié et fabriqué en toile imperméabilisée. La bache recouvrant la moitié supérieure du char créant ainsi une "coque en toile", augmentant considérablement le franc-bord du véhicule et offrant une flottabilité dans l'eau. Une fois abaissé, il n’interférerait pas avec la mobilité ou l’efficacité au combat du char.
Le premier char équipé expérimentalement d'un écran de flottation était un char léger Tetrarch

 


 

Les premiers essais eurent en juin 1941 à Brent Reservoir (également connu sous le nom de Welsh Harp Reservoir), dans le nord de Londres, devant le général Sir Alan Brooke (à l'époque officier général des forces de l'ordre intérieur).
Ce réservoir avait été le lieu des essais de la version flottante du char Mark IX durant la Première Guerre mondiale, 23 ans plus tôt. Les essais en mer du Tetrach ont été satisfaisants dans le port de Portsmouth.

Char léger Tetrarch: à gauche: version standard - à droite: version DD



 par la suite on fit de même avec le char Valentine et un prototype de char Duplex Drive Valentine débuta les essais le 21 mai 1942, mais il coula par la suite (lors d'un essai dans lequel il était sujet à des tirs de mitrailleuse).


En juin 1942, le Ministry of Supply a donné son accord pour la fabrication de 450 Valentine DD
 

Valentine DD avec écran baissé, école de la 79e division blindée,
Gosport, Angleterre - 14 janvier 1944


 
L’opération Jubilé du 19/8/42 sur Dieppe a conforté les états majors dans la nécessité de posséder ce type d arme
En effet durant l’opération il a été mis en lumière la vulnérabilité des les péniches de débarquement de chars Aussi cela a confirmé l’idée de lancer des chars flottants plus au large, là ou les navires seraient à l abri des tirs des batteries côtières.
Les Alliés jugèrent donc que son développement était nécessaire au projet de la future 'invasion amphibie de l'Europe
Mais rapidement, il devint clair que le Sherman était mieux adapté à l’utilisation d’un tel système et la bâche DD fut adapté pour le Sherman en avril 1943.
Bien que les deux types de char pouvaient se déplacer dans l’eau avec leur système d arme prêt à l'emploi dès que la terre ferme aurait été atteinte le char Valentine était également une conception plus ancienne et généralement inférieure.
Entraînement
Les DD de Valentine furent utilisés pour la formation par la grande majorité des équipages de DD américains, canadiens et britanniques
Les équipes ont appris les phases élémentaires de l'équipement DD à Fritton Lake, à la frontière entre Norfolk et le Suffolk. Ici, ils ont appris à imperméabiliser et à entretenir leurs chars, à utiliser un appareil d’évacuation des chars amphibie, à se lancer à partir de maquettes de rampes LCT et à naviguer autour du lac.
Après deux semaines d’entraînement à Fritton, les équipages se sont rendus à Stokes Bay, Gosport, Hampshire, pour suivre un entraînement intensif de trois semaines
Les DD seraient chargés sur les barges et se lancent dans le Solent.

En préparation du débarquement en Normandie, les 13ème / 18ème Hussards se sont entraînés avec DD Valentines.



La formation s'est déroulée dans des eaux agitées dans le Moray Firth.
Pour l’entrainement ils forment des échelons pour traverser les1 100 m d’eau et atterrir dans la baie d’Osborne sur l’île de Wight.
Les régiments sont ensuite transférés dans des centres d’entraînement combinés, comme au Moray Firth en Écosse et à Barafundle Bay au pays de Galles, pour s’entraîner avec d’autres éléments et unités, au cours desquels les équipages vont subir plusieurs pertes. Au moins 10 chars furent perdus durant cette période et reposent au large des côtes britanniques. Un autre DD submergé reste au fond du lac Fritton.

Valentine DD en train de retourner dans une péniche de débarquement (LCT 882)
79ème division blindée de l'école, Gosport, 14 janvier 1944
Valentina quitant une péniche de débarquement (LCT 782)




Le Sherman DD:
Nous n allons pas décrire les modifications apportées au Sherman qui sont amplement détaillées dans cet article
Mais nous allons résumer

Pour assurer l’étanchéité de la partie inférieure,et sa propulsion dans l eau
on a ajouté au char une bâche permettant la flottaison et des hélices piour la propulsion
La base de la bâche ou écran de flottaison en toile était fixée à une plate-forme horizontale en forme de bateau, en acier doux, soudée à la coque du char. La bâche était soutenue par des cerceaux métalliques horizontaux et par 36 boudins de caoutchouc verticaux.


Un système de bouteilles d'air comprimé et de tuyaux gonflait les tubes en caoutchouc pour donner au rideau sa rigidité.


Celui ci pouvait être érigé en 15 minutes et rapidement abaissé une fois que le char a atteint la côte.
En pratique, il y avait environ 0,91 m de franc-bord. Ce système de flottaison était considéré comme consommable aussi l’équipage du char l’enlève et le jette mais certaines unités vont garder l'équipement de flottaison et leurs engins
seront utilisés lors de plusieurs opérations amphibies.

 


Une paire d'hélices à l'arrière assurait la propulsion. L'un des problèmes présentés par le Sherman était que la configuration de la transmission (boîte de vitesses à l'avant) empêchait de faire passer un arbre de transmission directement de la boîte de vitesses aux hélices. La solution à ce problème consistait à installer des roues dentées à l'arrière du char pour que les hélices soient mise en oeuvre par les chenilles.
Les chars DD peuvent se propulser jusqu'à 4 nœuds (7,4 km / h)
Le système hydraulique et la conduite est sous le contrôle du conducteur alors que le commandant via une plate-forme placée à l’arrière de la tourelle peut diriger le char via une grande barre. En cas de conduite à l intérieur ils disposent de périscopes adaptés pour voir au-dessus de la bache

 


Les premiers DD Sherman produits par les Britanniques ont été utilisés par des unités britanniques et américaines.
La production ultérieure a été réalisée à la fois par les États-Unis et le Royaume-Uni. Les Sherman britanniques étaient des conversions Sherman II (M4A1) Sherman III (M4A2) et Sherman V (M4A4).
Les États-Unis ont utilisé les M4A1 et M4A2 pour leurs conversions.

M4A2 Sherman DD - première version - construction par l’usine Firestone’sOhio sur les plans britanniques.
Remarquez le couvercle de transmission avant en 3 parties
M4A2 Sherman DD - première version
Même véhicule au dessus - vue de face




L’expérience acquise durant le jour J a abouti à l’amélioration de la version Mark II du DD Sherman.
La bâche a vu son systèle de fixation renforcé via la tourelle , un nouveau type de pompe de cale a été installé et un deuxième ensemble de commandes de direction hydrauliques a été installé au poste de commandement, bien que sa barre ait été conservée.
Le compresseur d'air a remplacé les cylindres d'air qui fournissaient l'air sous pression pour ériger la bâche
Après le Jour J, l’intérêt de l’armée américaine diminua, recherchant d’autres options, mais pas chez les Britanniques
 Alors qu'en Europe, l'armée américaine utilisait la conception Sherman DD, dans le Pacifique,ils vont utiliser des LVT é legèrement blindés et armés pour permettre les débarquements amphibies Ces AMTRACS étaient supposés supporter l’infanterie.

LVT (A) -1 armé d’un canon de 37 mm et de deux Brownings .30 MG à l’arrière

 

Autres chars DD:
Des plans et des aménagements ont été conçus pour des chars DD sur base de Cromwell et Churchill, mais ils n’ont jamais été achevés.



Il fut même tésté une version flottante d’un DD équipé d’un lance-flammes . Celui-ci remorquait une remorque de carburant blindée, comme celles utilisées par le crocodile de Churchill. La remorque, dans l’eau, était soutenue par un dispositif de flottaison gonflable

 

Utilisation au combat:
Ces chars DD ont été utilisés
Opération Overlord
Operation Dragoon
Opération Plunder,

Italie
Indes Le 25th dragoons était formé à leur utilisation, mais aucune opération planifiée contre les Japonais en Malaisie n'avait eu lieu. .

 


 Le DD Sherman etait présent dans huit bataillons de chars américains, britanniques et canadiens
Les DD britannique ont été transportés dans des péniches de débarquement, (LCT). qui normalement peuvent transporter neuf Shermans, mais ici le nombres de chars sera moins nombreux
Les LCT britanniques et canadiens transporteront cinq chars, tandis que les Américains en transporteront quatre, car leur LCT étaient plus court (environ 37 m).
Les DD sont généralement lancés à environ 3 km du rivage,et progressent vers les plages afin de neutraliser les défenses allemandes. Le bilan de cette opération est mitigée Le desastre sur Omaha est très connu.

Sword Beach

 Sur Sword à l’extrémité est de la zone d’invasion, les chars DD ont bien rempli lmeur mission car la mer était relativement calme. Les chars DD des escadrons A et B des 13th et 18th Royal Hussars sont lancés à 4 km du rivage. Cinq d'entre eux n'ont pas pu être lancés car le premier char de son LCT a déchiré sa bache
Ils ont ensuite été atterri directement sur la côte avec la perte d’un char coulé après avoir été heurté par un LCT.

 



Gold Beach

A Gold la mer était plus agitée. Les chars du Sherwood Rangers Yeomanry ont été lancés tardivement, à environ 640 m du rivage. Huit chars ont été perdus en route . Au moment où le reste des DD a atterri, les chars Sherman Crab avaient déjà détruit les positions d'artillerie et de mitrailleuses allemandes qui étaient les objectifs initaux prevus pour le DD


Les chars des escadrons B et C du 4 / 7e Royal Dragoon Guards ont été débarqués sur des bas-fonds. Ils se sont ensuite dirigés vers la plage avec leurs écrans afin qu'ils ne soient pas submergés par les brisants. Les canons antichars allemands ont causé de lourdes pertes dans certains secteurs de la plage, mais l'assaut a été un succès.
 




Sur Juno les Canadiens de Fort Garry Horse et les 1st Hussars équipés de DD avaient été désignés pour entrer en action, mais seuls ceux du 1st Hussars purent être lancés.


Ils ont été affectés à la 7e brigade canadienne, à l'extrémité ouest de la plage. Certains des chars ont été lancés à 3 658 m et d'autres à 700 m; 21 des 29 chars ont atteint la plage. La 8e brigade canadienne, à l'extrémité est de la plage, a été forcée d'atterrir sans chars DD en raison d'une mer agitée. Ils ont subi de lourdes pertes au début, mais ont néanmoins pu faire de bons progrès.


Utah Beach

A Utah les DD Américains du 70th TankBataillon  est entré en action . Le soutien blindé a été réduit de quatre DD lorsque le LCT a été perdu après avoir été touché par une mine.
Les autres chars ont été mis à l'eau avec 15 minutes de retard à 914 m de la plage.


Vingt-sept sur vingt-huit ont atteint la plage mais la confusion causée par l’énorme écran de fumée les ont fait atterrir à environ 1 829 m de leur point et ils ne firent face qu’à uneoppostion médiocre des allemands.



Omaha
Presque tous les chars lancés au large ont été perdus, et leur absence a surement contribué au nombre élevé de victimes et à la lenteur de la progression depuis cette plage.
La première vague comprenait 112 chars des 741 et 743e bataillons de chars. Chacun de ces bataillons avait 32 DD et 24 autres Sherman (y compris de nombreux bulldozers Sherman pour l'élimination des obstacles).

741th Tank bataillon 743th Tank bataillon

 


À partir de 5 h 40 environ, le 741e bataillon de chars a mis 29 DD à l’eau, mais 27 de ceux-ci ont coulé, et seul deux ont reussi la traversée.
Certains des équipages des chars en train de couler ont réussi à appeler par radio les unités suivantes de ne pas se mettre à l eau si loin.
Les véhicules restants du 741e bataillon de chars et tous les chars du 743e bataillon de chars sauf les quatre à bord d'un LCT qui ont été touchés par des tirs d'artillerie juste à côté de la plage ont atterri directement sur la plage, à partir de 6 h 40 environ.
Il faut savoir que DD ont été conçus pour manoeuvrer sur une mer avec des vagues pouvant atteindre 0,3 m de haut
Cependant, le jour J, les vagues atteignaient 1,8 m de haut.
En outre, les chars du 741e bataillon de chars ont été lancés trop loin à environ 4,8 km au large.
Malgrè la présence d’un appareil respiratoire d'urgence DSEA offrant une autonomie en air de 5 minutes et la présence de radeaux pneumatiques les pertes furent assz lourdes en matériel et 5 hommes
La plupart des équipages ont été sauvés, principalement par les péniches de débarquement transportant la 16e équipe de combat régimentaire
La légende veut que la plupart des DD Sherman du 741ème bataillon de chars avaient été coulés presque immédiatement. Mais on sait actuellement que certains sont restés à flot pendant quelques minutes; Selon les équipages, un char a flotté pendant 15 minute


Durant cette matinée du juin 290s DD ont été utilisés. Parmi ceux-ci, 120 ont été lancés en mer, 42 ont coulé.
Environ 140 réservoirs DD ont été lancés dans des eaux très peu profondes ou directement sur le rivage. Les chars d'assaut américains ont subi une perte de 38% en raison du naufrage, tandis que les Britanniques et les Canadiens ont perdu 31% en raison du naufrage. La différence était que les pertes américaines étaient toutes concentrées dans un bataillon.

Opération Dragoon
Les débarquements de l'opération Dragoon ont eu lieu le 15 août 1944 entre Toulon et Cannes dans le sud de la France. Un total de 36 chars DD a été utilisé par trois bataillons de chars américains - le 191ème, le 753ème et le 756ème.
Le 756ème avait huit chars qui ont été lancés à 2 286 m des plages; l'un d'eux a été submergé par la vague d'étrave d'une péniche de débarquement et l'autre a coulé après avoir heurté un obstacle sous-marin.

 

     


 Les douze chars du 191e bataillon ont tous atterri sur la plage ou à proximité. Cinq des chars de la compagnie C du 191e ont été immobilisés par des mines.
Le 753ème bataillon comptait 16 chars, dont huit ont été lancés en mer et ont réussi à atteindre le rivage; huit ont été débarqués directement sur la plage plus tard dans la journée.

Nord-ouest de l'Europe
Les Staffordshire Yeomanry ont été convertis en chars DD après le jour J et ont été entraînés dans un premier temps à Burton Upon Stather, près de Scunthorpe, avant de partir avec eux en Belgique.


À partir de début septembre, ils étaient basés à Elewyt au lac d'Hofstade. Le 26 octobre 1944, ils entreprirent une marche de 11 km à travers l’Escaut occidental pour attaquer le Beveland Sud pendant la bataille de l’Escaut. La plus longue traversée en eau opérationnelle des DD Tanks s’est déroulée sans faire de victimes, mais ils ont eu beaucoup de difficulté à atterrir. Quatorze d'entre eux se sont enlisés dans la boue et seuls quatre étaient prêts à l'action.

L'opération Plunder,


la traversée du Rhin, a commencé dans la nuit du 23 mars 1945. Outre le Staffordshire Yeomanry, des chars DD équipaient les 736e et 738e bataillons de blindés américains et le 44e régiment britannique de chars britanniques.


Certains chars ont été perdus mais la traversée a été considéré comme un succès. Les chars ont été lancés à partir de points en amont de leurs objectifs, afin de tenir compte du fort courant du Rhin. Des tapis posés aux points objectifs (traversés auparavant par les Buffalo ont permis aux DD de gravir les rives escarpées et boueuses de la rivière.

La dernière opération des du DD ensur le ETO a été la traversée de l'Elbe par le Staffordshire Yeomanry le 29 avril 1945 à Artlenburg.

Italie MTO
En février 1945, les 7e Queen's Own Hussars d'Italie avaient été entraînés et équipés de chars DD, tant Shermans que Valentines.


Les DD Shermans ont été utilisés avec succès lors de la traversée du Pô le 24 avril 195 .
Le 28 avril, les chars ont été utilisés lors d'un assaut sur le fleuve Adige.
Au cours de cette opération, les DD de Valentine ont été utilisés pour transporter du carburant (leur seule utilisation connue en service actif).
Les chars ont continué à être utilisés au combat dans l'avance vers Venise. Il n’ya pas eu d’autres opérations amphibies, mais il a été constaté que le paravent de flottaison plié offrait un grand espace pour s’asseoir, rendant ainsi les chars très utiles pour le transport de troupes.

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154138
Nb de visiteurs aujourd'hui:773
Nb de connectés:76