Rome Fortifications Les Enceintes de L 'URBS Murs Serviens et d'Aurélien

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 30/08/2019 à 10:00:33



 

Notes sur les structures défensives de la Rome antique.
Rome Fortifications Les Enceintes de L 'URBS Murs Serviens et d'Aurélien

 


 

 

Rome fut l'une des plus grandes civilisations de son temps, une "superpuissance" de l'Antiquité née sous les meilleurs auspices, à partir de sa position géographique. Selon la tradition, Romulus, son fondateur mythique, a décidé de tracer un sillon de fondation tout autour de la colline palatine.

Il faut savoir que dans le Latium et l’Étrurie d’après les textes de Varron et Caton l’acte premier de la fondation d’une ville se traduit par le creusement réalisé au moyen de la charrue d’un périmètre tracé
Le soc trace simultanément un sillon ou "fossa " et un remblai ou murus
 Cet acte ne pouvait avoir lieu qu’avec le consentement des dieux que les prêtres augure auraient consultés auparavant
Ce sillon délimité la zone affectée aux citoyens et cette zone devait être pure exempte de tout problème
Pour Rome cela eut lieu sur les pentes nord de la colline du Palatin

Dans le premier cas, il est nécessaire de s'attarder sur ce point. Le premier noyau habité trouvé dans le sous-sol prouve l'existence de plusieurs villages de l'âge du fer au sommet des sept collines.
Sept collines riches en eau qui s’élèvent sur une plaine marécageuse créée par l’inondation du Tibre et qui, en plus de servir de barrière naturelle, sont facilement franchissables grâce à un gué situé sur l’ île Tibérine

 


De plus, le Tibre était navigable (il l ‘est encore de nos jours ) et la ville se trouvait près de la mer, avec des liens beaucoup plus étroits qu'aujourd'hui, ce qui induit des activités commerciales
Tout ce donne des mélanges avec les peuples voisins les Latins, Étrusques et Grecs, qui, au fil du temps, ont donné des caractéristiques particulières à ce nouveau peuple.
Plongeant ses racines dans cet humus, il ne semble donc pas si étrange que Rome ait conduit d'innombrables peuples à marcher sous sa bannière; une force sans précédent au cours de son existence, de 753 av. à 476 après JC,
Durant cette époque la cité n'a eu besoin que de deux enceintes afin de se protéger.
Les recherches archéologiques ont confirmé l'existence d'une structure défensive très ancienne liée aux villages de l'âge du fer qui aurait donc pris forme vers le VIIIe siècle avant J.-C., période au cours de laquelle, comme on le sait, de nombreux auteurs anciens situent la fondation. .
Pour étayer cette thèse il faut prendre en considération la découverte des restes d’une porte près de la colline du Palatin, sous le seuil duquel étaient enterrés les équipements funéraires d’un nourrisson, ce qui constituerait un lieu chronologique plausible précisément à l’époque.
Environ deux siècles plus tard, avec l'expansion de la ville et l'arrivée au pouvoir de Servius Tullius (VIe siècle avant J.-C.), on assiste à la construction relaté par la tradition littéraire, d’un véritable mur d'enceinte.

Les premiers murs de Rome documentés par les sources furent commencés sous le règne de Tarquin Priscus avec des blocs de tuf rougeâtre derrière un fossé extérieur suivi d'une bande de terrain libre délimitée par une palissade au bord de l'excavation. Ainsi va naître le  pomerium qu'aucun homme armé ne pouvait traverser l'entrée sans permis et que tous les morts, en revanche, devaient passer par la sortie pour ne pas contaminer la ville.
Pour assurer la traversée sur quelques petites portions du mur d'enceinte, la charrue avait été surélevée et le sillon interrompu pour être repris quelques mètres plus loin: les portes furent donc ouvertes dans cette partie de sol afin de ne pas rompre la continuité sacrée des murs, placés sous la protection de Janus, dieu des passages.
les murs sont donc res sanctae et sont sous le pouvoir judiciaire des pontifex

L'archéologie a cependant un peu modifié et post-daté l'ère de la construction des remparts, appelés Serviens,pour les placer au IVe siècle av.suite de la prise de Rome par les Gaulois Sénons de Brennus.
Cette tribu celtique installe au centre Bord de la Péninsule dans la région située entre les Marches et la Romagne, après avoir mis en déroute les troupes romaines sur le fleuve Allia, se dirigea vers Rome et s’en empare en 390 av.
Pour la tradition qui attribue la paternité de cette construction à Servius il faut nuancer .et supposer que ce travail a été attribué au sixième roi de Rome en raison de ses grandes réformes territoriales et sociales, telles que la suppression des liens du sang en faveur de ceux fondés sur le recensement (richesse possédée),
Revenons à l ‘enceinte

Le mur de Servius construit à la fin du 6ème siècle avant JC en blocs de tuf local (le cappellaccio des collines) et s’étendait sur une dizaine de kilomètres renforcés par un talus derrière qui est l ‘gger
. Mais au début du IVe siècle av. J.-C. après le sac de Rome par les Gaulois
les Romains décidèrent de remanier et agrandir l’enceinte qui, de plus, avait montré sa faiblesse
Rome a possédé dès le début des défenses pour protéger ses habitants

Mais au début Rome était un ville avec diverses ethnies peuplant les hauteurs des sept collines, cela signifiait que chaque groupe avait son propre moyen, indépendant des autres, afin de défendre son propre territoire en s’appuyant sur ses habitants et sur la toponymie et des aménagements comme des digues ou des fossés creusés uniquement lorsque le besoin s’en faisait sentir
Mais peu à peu les diverses tribus ont ressenties le besoin de s’unir pour défendre l’ensemble du territoire des 7 collines
Sur les Hauteurs c’est la nature du terrain escarpé qui assura la protection par contre dans les intervalles les vallées entres les collines les premières défenses de Rome consistaient en un immense remblai qui fut construit et relié aux défenses individuelles des collines
Les premiers murs ont été construits par Romulus (771 - 716 av. J.-C.), le Ier roi de Rome, mais on ne sait pas si cela était un mur de défense pur ou un mur délimitant un lieu sacré
Tite Live mentionne que c’est Servius Tullius, le 6e roi de Rome qui régna de à 539 av. J.-C. Qui fit construire un mur de 7 km, construit en grands blocs carrés de tuf, avec de nombreuses portes, qui ont aujourd'hui en grande partie disparues . Seules la porte Esquiline et le Celimontana sont conservées. Pour être juste et rendre à César ce qui est à César les murailles dites Serviennes été construites par Tarquin Priscus puis agrandies et pourvues d'un large fossé par son successeur, Servius Tullius, dont elles ont pris le nom.

Les Murs Serviens
Tite Live attribue la construction au sixième roi de Rome, Servius Tullius du premier véritable système de défense unitaire de Rome,
Ce système de défense se greffe sur un projet d'urbanisation plus vaste de la ville,
Ce mur d'enceinte, fut construit en tuffeau, et il était long d’au moins sept kilomètres. Cette enceinte était percée de portes à l’origine située sur chacune des 7 collines
Nous avons donc
la Mugonia pour la colline du Palatin,
la Saturnia pour la colline du Capitole,
les Viminalis pour le Viminal
l'Oppia, Opius
la Querquetulana (Querquetulum était l'ancien nom du Celio) Celio
La Quirinale pour le Quirinale.
Les murailles Serviennes protégèrent Rome pendant plus de 150 ans, du moins jusqu'à l'invasion des Gaulois de Brennus en 390 av. J.-C.,
Suite au sac de Rome ,après le départ des Gaulois, tous les bâtiments incendiés ont été reconstruits de même que les murs et les portes sur les vestiges anciens
Les Romains ont toujours vénéré ces murailles et ont essayée de toujours les dégager et les mettre en valeur  
Par contre ce que nous appelons les Mur Serviens visibles de nos jours sont en en réalité ce qu'il reste de la dernière reconstruction, qui a eu lieu précisément pendant la période républicaine, après le sac de Rome par les Gaulois.
 Tite Live nous dit que ce nouveau mur d'enceinte a été construit en 378 av. J.-C. par les censeurs Spurius Servilius Priscus et Quintus Clelius Siculus
La construction des nouveaux murs a duré plus de 25 ans et a constitué le principal rempart défensif pendant sept siècles.
Mais avec le temps, cette enceinte perdit progressivement son importance stratégique.
Probablement pour toute la longueur des murs, la même technique de construction a été utilisée avec des blocs de tuffeau plus ou moins réguliers, d’une hauteur allant jusqu’à soixante centimètres, disposés en rangs alternés Les travaux ont été réalisés par plusieurs entreprises qui avaient en charge de bâtir simultanément des tronçons de 30 à 40 mètres Aussi les points de rencontre de deux chantiers ne correspondaient souvent pas parfaitement, et il a fallu ajuster
Les blocs étaient marqués de marques des ouvrier . Ces marquages étaient utiles pour les contrôles de l'avancement et de la réalisation des travaux:
Ce sont en général des gravures assez grossières de signes et de caractères alphabétiques apparemment d'origine grecque.
Les travailleurs employés sur le chantier étaient des ouvriers, extrêmement compétents
À certains endroits, ces murailles étaient protégées par un fossé
Elles étaient hautes d'environ 10 mètres de haut et 4 mètres d'épaisseur,
Selon certains textes, elles étaient dotées de 12 portes. .
Ces murailles ont dissuadées les envahisseurs comme durant la 2e guerre punique et Hannibal ou encore contre les gladiateurs révoltés de Spartacus
Progressivement l’extension de l’État a permis à la ville de jouir d’une certaine tranquillité stratégique et les murs ont perdu leur but premier de protection. 
En conséquence, au fil du temps, Rome s’étendit au-delà des murs, avec des quartiers entiers divisés et redimensionnés par Auguste dans ses XIV régions.
Le rôle défensif originel des murailles Serviennes à cette époque n'a absolument aucun sens, et les portes qui y ont été réaménagées et transformées pour certaines et de nouvelles portes ont été percées afin de créer des passages routiers, tels que la Porta Celimontana ou la Porta Esquilina. Mais au troisième siècle de notre ère, la ville fut menacée par les attaques des Barbares. Aussi l'empereur Aurélien fut contraint de faire construire de dresser de nouveaux murs pour la protéger:C’est l enceinte d’Aurélien.
La nouvelle enceinte appelée à tort "servienne » englobait complètement les sept collines et mesurait 11 km de long, environ 10 m de haut, elle délimitait une superficie de 426 hectares. Une palissade de 7 m se trouvait devant un fossé de 9 m de profondeur et d'un peu plus de 29 m
Elle fut construite avec comme matériau de base, le tuf,qui était de deux types différents:
le cappellaccio, de couleur grise, très fragile et moins résistant. et le tuf de Grotta Oscura, avec sa couleur jaune caractéristique, beaucoup plus résistante, dont les carrières ont été exploitées à la suite de la conquête de Véies en 396 av. Les remparts possédaient des tours faisant saillie et étaient percés de portes très simples:
Ce type de construction est resté à la mode jusqu'au Ier siècle après JC
Certaines parties de ces murs sont encore visibles aujourd'hui à la gare Termini, sur la Piazza dei Cinquecento et en son sous sol à l'intérieur, du Fast Food .
Ces murs ont subi une lente dégradation et ont été  partiellement restaurés en 87 avant JC, pendant la guerre civile entre Marius et Sylla;
Pa la suite et cela pendant plus de deux cents ans, l'expansion territoriale rapide de Rome a fait exploser la superficie bâtie de la Cite et à déplacé l le périmètre de plus en plus lointain des murs initiaux . Mais il n y avait pas de danger
Il faut attendre le milieu du troisième siècle de notre ère. C., avec l ‘arrivée d'une période de troubles graves et d'affrontements
Nous sommes, dans une période allant de la fin de la dynastie Severi et la création de la
 la tétrarchie de Dioclétien, lorsque l’Empire Romains voit défiler des empereurs et les usurpateurs, avec des coups d'État et des assassinats, pendant environ un demi-siècle entre 235 et 284.
De cette période seuls deux noms surnagent pour avoir régné pendant une longue période:
Gallien qui régna de 259 à 268 et l’ illyrien Aurélien, de 270 à 275,
Les menaces sur l ‘Empires sont constantes . Menaces intérieurs avec une forte instabilité politique et extérieure avec des menaces à l'est avec les Sassanides qui essayent de faire revivre les anciennes gloires de l'empire perse de Darius et Xerxès et vont réussir a arracher les anciens territoires romains (la Syrie, l'Arménie et la ville d'Antioche ) avec leurs richesses
En Occident, les peuples germaniques installés au-delà du limes se sont unis dans des confédérations avec les Alamans les Francs sur le bassin du Bas-Rhin et les Saxons, présents à l'embouchure de l'Elbe et de la Wesser
Le Limes formait une délimitation artificielle et non naturelle comme un cours d’eau et était défendu par des légions mais peu à peu il ne joue plus son rôle et certaines tribus comme les Goths du Danube inférieur envahissent et conquièrent Thrace et une partie de l'Asie Mineure . À la lumière de ces événements , on comprend pourquoi Aurélien a envisagé d’ériger de nouveaux murs autour de Rome. Cette nouvelle enceinte enserre un espace deux fois plus grand que celui de Servius, environ 2 500 hectares;
Elle coïncidait parfois avec la limite établie deux siècles auparavant par Vespasien et bornée par des bornes par Antonin le Pieux
Le Mura Aurelienne
Aurélien décide donc de la construction d’une nouvelle enceinte qui engloberait toutes les constructions défensives précédentes Ce projet des nouveaux murs était une conséquence directe de la politique de renforcement du pouvoir impérial tant à l'intérieur qu’ à l'extérieur des frontières:
il témoigne do la préoccupation de l Empereur pour le sort de la ville à un moment politique délicat (l'expédition contre Palmyre aurait créé un vide défensif des provinces de l’Ouest);
Il confirmé la toute-puissance du pouvoir impérial devant le Sénat, qui légalement avait la main sour tout décret relatif aux travaux publics et, en particulier, ceux des murailles
Mais Aurélien décide d’aller certes vite mais d’être économe
Ce sont les 2 critères qui ont présidé à la construction des murailles auréliennes, le plus imposant complexe de bâtiments construit à Rome dans la seconde moitié du IIIe siècle de notre ère.
Ayant obtenu l’assentiment du Sénat, le périmètre a été rapidement défini; Compte tenu des dépenses énormes prévues pour l'achat du terrain et la construction, il a été décidé d'éviter autant que possible les expropriations des espaces privés et du domaine public afin d'éviter, du moins en partie, l'opposition des classe sénatoriale déjà irritée pour les mesures prises par l’empereur en matière monétaire. Aussi il a recours à l’utilisation des propriétés du domaine impérial, c’est-à-dire le patrimoine terrestre urbain considéré comme l'apanage du   princeps,   qui était à ce moment-là presque toute la ceinture verte de l’URBS avec ces Horti inclus dans le pomerium,
La conception des murs était donc en partie influencée par cette bande de territoires délimités:sur environ un tiers de leur périmètre total, les murs auréliens entouraient les jardins impériaux
Les murs ont presque coïncidé avec la limite fixée par Auguste avec ses XIV Regio limite fixée donc pour quelques siècles Mais aussi dans le but de protéger plusieurs points stratégiques de la ville, elle fut toutefois élargi pour englober des aqueducs ,des moulins dont la plupart se trouvaient au pied du Janicule
Pour des raisons évidentes, les aqueducs entrants sont inclus dans le mur de défense car en cas de siège, et les invasions des Ve et VIe siècles avant notre ère le prouveront), l’approvisionnement en eau devient essentiel pour la
la survie d'une ville. Par conséquent, la nécessité d'incorporer dans les remparts ces aqueducs, qui se déversaient presque toutes dans la région de Tiburtina-Labicana, i
Elle a aussi englobé des bâtiments existants, comme dans les zones est et sud-est, où les défenses ont pris en compte de grands Bâtiments comme le Castra Pretoria.
La construction aurélienne, complétée par le successeur Probus était à son début un système de défense assez modeste mais jugé suffisant pour arrêter les personnes considérées comme inexpérimentées dans les techniques de siège

Les murs étaient impressionnants, 19 km de long, avec 381 tours crénelées quadrangulaires ou semi-circulaires saillantes positionnées tous les, 30 m la possibilité d'utiliser la chambre haute et la plateforme pour de l'artillerie légère comme certains types de balistes
Ils furent construits avec des blocs irréguliers de tuf et de travertin consolidés avec un mélange de chaux et de pouzzolane, caementa . Ils ont ensuite été recouverts d'une couche de briques ou de tuiles cuites, opus latericium
Les murs d'Aurélien étaient aussi antisismiques.
Ils étaient percés de 29 portes, dont 10 poternes pusterulae
Ces ouvertures peuvent être classées en 4 types

type I
Quatre portes de ce type ont été ouvertes sur les quatre axes routiers les plus importantes: Via Flaminia, Appia, Ostiense Est et Portuense
Elles consistaient en une entrée à double arche recouverte de travertin et flanquée de deux tours semi-circulaires Mais elles furent par la suite modifiées avec clôture d’une arche lors de rénovations ultérieures);
type II
Toujours reliées à quatre grands axes mais d'importance secondaire ouvertes sur des routes secondaires comme les Via Salaria, Latina, Nomentana et Tiburtina. Contrairement au premier, ceux-ci étaient caractérisés par un seul arc de travertin;
type III
Portes ouvertes sur des axes de transit locales ou constituaient de simples ouvertures entre les tours carrées; certaines d'entre elles seront ensuite transformées en portes de deuxième et premier type
type IV
Ce sont les Poternes sans nom utilisés pour les exutoires de drainage, des petites voies piétonnes en correspondance avec le Tibre, comme par exemple dans la section du Tibre allant de Porta Agrippa à Porta Flaminia.
Aurélien avait donné comme mot d’ordre pas ‘esthétisme mais de l efficacité en obéissant à trois règles fondamentales pour la construction de cette enceinte,

La défense était en fait le seul but: elle devait être fonctionnelle pour contrer une menace très spécifique, celle des populations barbares.
On supposait que les murs étaient conçus précisément en fonction du type d’offensive menée par les Barbares eux-mêmes, qui, vivant dans villages tribaux et ne connaissant aucune forme de fortification, ils n’avaient pas d’armes de siège,Par conséquent, ils n'auraient pas pu en mener un siège
Cependant, les murs Auréliens présentaient plusieurs points faibles, correspondant précisément à certaines des sections s’imbriquaent dans des structures ou des bâtiments préexistants.
En se basant sur les fortifications grecques, le fleuve a été intégré au système de défense et au nord, ses rives du Campo Marzio ont été équipées de murs, au sud les murs protégeaient directement le Testaccio et les  grands Horrea ou magasins Le Tibre s'est ainsi transformé en une sorte de fossé gigantesque pour protéger la rive gauche. Vers le centre du cours de la rivière, les murailles ont été interrompues et reliées aux fortifications transtiberines:
Elles assuraient la défense des ponts sud de la ville et au nord, le Mausolée d’Hadrien se transforma en castellum pour la défense du pont Elio.
En ce qui concerne les reliefs naturels du sol, ils furent eux aussi utilisés . Lorsque cela n’était pas possible, comme au nord et au sud de la Cité, la hauteur du mur a été augmentée .
. Outre les reliefs naturels du sol, il a également tenu compte des collines artificielles formées par ces monuments qui, du fait de leur hauteur et de leur position périphérique, pourraient, une fois conquis par l'ennemi, se transformer facilement en remparts au profit des assiégeants:

 

Néanmoins, le mur n'a jamais vraiment été mis à l'épreuve: pendant le règne de cinq ans d'Aurélien, la menace barbare ne s'est jamais concrétisée et, plus tard, l'empereur Dioclétien a donné un temps de répit à l empire avec son gouvernement dit de la tétrarchie.
l’Empire a été divisé en deux grandes parties, l’est et l’ouest, Dioclétien a mis en place un système de partage du pouvoir détenu par deux Augustes flanqués de deux Césars,
Mais ce système ne dura pas car peu de temps après, avec l'abdication de Dioclétien et de Maximien, l'Empire se trouva à nouveau en crise.
En 306, une lutte pour le pouvoir éclate entre Constantin, fils de Constance Chlore (ex-César de Maximien),qui à cette époque contrôlait la Gaule et la Grande-Bretagne, et Maxence, le fils lui-même de Maximien Hercule
l’objectif était de conserver le pouvoir sur l’Italie. Quand la menace de Constantin sur Rome se précisa Maxence prit soin de renforcer la structure défensive de la ville:
il préserva le périmètre des murs d’Aurélien tout en faisant remonter la hauteurs des fortifications de 9 à 15 m mètres
Les défenses des portes furent modifiés avec des constructions de meurtrières pour les archers, et les points faibles ont été restaurés, ( liaisons entres les murs auréliens et les bâtiments existants. Les rénovations effectuées par Maxence sont encore visibles à Rome comme les transformations de la Porta Asinara ou Asinara, situé près de la basilique de San Giovanni in Laterano.
Cette porte, à l’époque d’Aurélien s’ouvrait sur la Via Tuscolana: il s’agissait donc vraisemblablement d’une porte de type IV
Quand son rôle a été modifié elle fut agrandie renforcée et embellie avec le travertin
On y amenage des meurtrières et à l'intérieur, une cour de garde fortifiée a été ajoutée, c’était une sorte de Barbacane intérieure
Il est également important de rappeler que près de Porta Asinara a été retrouvé une borne d’Antonin le Pieux, destinée à délimiter la Rome de Vespasien.
Enfin, il semble que les intentions de Maxence étaient celles de renforcer, sur l'exemple de Porta Asinara, d'autres accès à la ville, mais les événements se sont précipités:
Traversant les Alpes à marche forcée, Constantin et ses légions arrivent rapidement aux portes de Rome et en 312, il défait Maxence qui est tué à la Bataille du Ponte Milvius.
Près d'un siècle plus tard, la menace des barbares se précisent avec les Goths d’Alaric qui traversent en 401 le limes située au nord de l’Empire et progressent rapidement vers le sud, en 402, ils furent repoussés par Stilicon dans la bataille de Pollentia ,
L’alarme déclenchée par les Goths a, ravivé l’intérêt pour les murs: ce sera la dernière fois qu’un empereur romain se chargera de leur restauration
Honorius, dont les actes nous sont parvenus via les textes Consulatu Honorii Augusti
Les travaux ont débuté en 401, date confirmée par des inscriptions épigraphiques encore visibles de nos jours sur les murs.
Mais on voit de profondes modifications comme la Porta Asinara, qui a été murée et n'a jamais été rouverte
Mais ces travaux seront inutiles car dans la nuit du 24 août 410 les Goths entrent dans Rome par la Porta Salaria. Quelques décennies plus tard, cee sac de Rome des Goths, en 476, on assiste à la déposition du dernier empereur le petit empereur Romulus Augustus par Odoacre
Cette date marque la fin de l'empire romain et aussi historiquement le Début du Moyen Age
En conclusion
Les murailles auréliennes de la ville étaient certes le système de défense le plus large de l’empire romain avec 18 837 m) de longueur , mais exigeaient en même temps des sommes énormes pour leur entretien et leurs remise à niveau avec des restaurations et restructuration pour les adapter aux nouvelles menaces
Aussi nous assistons à des rénovations et remises à niveau sous Arcadien (395-408) et Honorius (395-423). En effet les tentatives d’attaques des Goths, a entraîné la construction d’un fossé et la construction de nouveaux meurtrière qui sont des dispositifs spéciaux pour assurer la défense des archers par le général

 

 

Conclusion
Rome qui était un petit groupe de huttes à l’'âge du fer a considérablement étendu son pouvoir mais après près de onze siècles, elle tombe et laisse place à un nouvel age

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4405657
Nb de visiteurs aujourd'hui:536
Nb de connectés:28