Gloire et Empire n° 74 Septembre Octobre 2017

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 05/09/2017 à 09:44:37



Gloire et Empire n° 74 Septembre Octobre 2017

 

Parmi les ennemis de Napoléon, Gebhard Leberecht von Blücher mérite une mention toute particulière. En 1815, le vieux général a 73 ans, la fougue et la hargne intactes, et une sérieuse revanche à prendre. En 1773, alors capitaine de hussards, il avait déjà apporté la preuve de son impossible caractère à Frédéric II qui, outré, l'avait écarté de l'armée. Réintégré en 1787, il s'illustra durant les guerres de la Révolution et, grâce à ses prouesses, devint général en 1794. Le Diable rouge savait déjà ce qu'il voulait !
Humilié une première fois par les Français qui s'emparent en 1803 du Hanovre tant convoité par la Prusse, il vit très mal la terrible défaite de 1806. Après une campagne où ses hussards ne déméritent pas, il tente en vain de sauver l'honneur de la Prusse. Pourchassé par les Français, il parvient à franchir l'Elbe et à investir la ville neutre de Lübeck d'où il espère gagner la Prusse-Orientale mais, encerclé par les Français, ne peut que se rendre à Bernadotte. C'est durant sa captivité qu'il croisa brièvement Napoléon ; ce fut la seule rencontre entre les deux hommes. Libéré le 22 avril 1807, il est l'un des rares généraux prussiens à conserver son poste. Son comportement intrépide et son entêtement dans la bataille constituent ses meilleures défenses. Déjà âgé, Blücher est alors miné par la maladie et sa carrière semble terminée ; c'est mal le connaître !
A peine rétabli, il harcèle le roi auquel il reproche sa prudence et sa soumission à Napoléon ; il supporte mal la passivité de la Prusse en 1809 quand l'Empereur soumet l'Autriche. En 1812, écarté du corps d'armée prussien à la demande de Napoléon, il ne participe pas à la campagne de Russie dont l'échec permit à la Prusse de retrouver son autonomie et à Blücher de prendre enfin sa revanche. Son âge ne militait pas en sa faveur mais le général Scharnhorst, chef d'état-major et brillant réformateur de l'armée prussienne, sut convaincre le roi qui le nomma à la tête du IIe corps d'armée, le point de départ de la future armée de Silésie. A ce poste, le bouillant général sut rappeler que la patience et la prudence ne firent jamais partie de ses qualités.
Il faut attendre le retour de Napoléon de l'île d'Elbe pour assister à l'affrontement final. Nommé à la tête de l'armée prussienne, Blücher sait qu'il tient sa revanche. Battue à Ligny, son armée n'a heureusement pas trop souffert et il fait tout pour rejoindre à temps les Anglais qui, très affaiblis, attendent avec impatience son arrivée sur le plateau de Mont-Saint-Jean. La suite appartient à l'histoire et permet au vieux général de réaliser sa seule ambition d'alors : être le tombeur de Napoléon.

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3599600
Nb de visiteurs aujourd'hui:45
Nb de connectés:11