Etrurie Kainua Marzabotto

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 26/01/2017 à 14:25:06



Kainua Marzabotto

 

 

La ville de Marzabotto abrite sur son territoire les ruines d’une antique cité étrusque qui est connue sous le nom étrusque de Kainua
Cette cité , fondée durant la 2 moitié du VI° sec. Avant JC présente l’exemple parfait et le plus accompli de l’urbanisme étrusque
Au milieu du XVI ° siècle il est sur qu’une cité antique dort sous la terre En 1551 le Frère Leandro Alberti dans son livre Descrittione di tutta Italia signale que suite à des découvertes de Mosaïques et de Monnaies antiques il est fort possible qu’une cité soit enfouie sous la terre
En 1839 l’ancienne cité est découverte mais il faut atteindre 1853 pour voir les premières fouilles d’ampleur .Et depuis cette date cette cité a toujours été un des centres d’intérêt majeur pour les chercheurs et les archéologues .


Un dernier élément troublant La cité de Misa Kainua a été détruite par les Tribus Celtes Les Boïens venant d’Europe Centrale (Bohème) et ayant conquit l’Étrurie Padane Ils s’installeront à Felsina qui deviendra Bologne par la suite . La ville moderne de Marzabotto a été saccagée et 1830habitantsseront  massacrés par des troupes SS de nationalité Autrichienne en 1944 . Le musée de Marzabotto a été d‘ailleurs entièrement saccagé incendié par ces troupes
Étonnant raccourci de L’Histoire sur 2000 ans


Situation Géographique

 

Les ruines se trouvent à 40 km de Bologne .Elle est reliée par la Strada Statale 64 Porrettana (SS64) à la capitale d’Émilie . De l autre coté en aboutie en Toscane à Pistoia
Une partie de la cité antique a été disparue suite à l’érosion du plateau du aux crues du fleuve Reno qui coule à la base de la falaise Sud
Elle est située donc sur un plateau bordée au sud par le fleuve Reno . Elle en occupe tout le plateau Elle se caractérise par son plan urbain orthogonal qui contient des îlots avec des habitations des boutiques des Temples. Nous avons aussi un acropole et 2 nécropoles une au nord et une à l Est et une aire sacrée avec le mundus
Malheureusement de toutes ces constructions il ne reste plus que les fondations car le terrain fut transformé en terrain agricole durant des centaines d ‘années.
Historique
Expansion étrusque en Valle Padana

La vallée du Po et la région autour de Bologne était occupée par une peuplade de culture dite Villanovienne Vers le IX° siècle Av JC les étrusques commencent à franchir les Apennins en venant de Toscane pour venir s’installer dans la Plaine du Po (Valle Padana )
La légende raconte que la première phase d’expansion étrusque dans la plaine du Po doit être attribuée à Tarcon, Tarcon est le fils de Téléphe et le frère de Tyrrhénus . Il est roi de Lydie
L ‘expansion est due au besoin de trouver de nouvelles terres à mettre en valeur.
Au VIe siècle on assiste à une nouvelle phase expansionniste mais cette phase répond à des motifs commerciaux . En effet face à un déclin prévisible et inéducable des cités de l’ Étrurie du sud ( Dodécapole du Sud) suite à des troubles politiques et économiques Il est devenu urgent de trouver des nouveaux débouchés commerciaux par le biais d’implantations de nouvelles colonies
Cela pousse les étrusques à s’établir plus au nord dans la Plaine du Po et à créer la Dodécapole du Nord . Cette expansion étrusque a vu une fusion entre les civilisations villanoviennes et étrusques Les anciens habitats villanoviens se sont transformés en centres étrusques et de nouvelles cités vue le jour notamment la cité étrusque de Kainua qui est la Marzabotto actuelle . Celle ci aurait été fondée par Ocnus, frère ou fils d ‘ Aulestes, fondateur de Pérouse
mais d’où vient le nom de Kainua
Durant longtemps la ville fut appelée Misa, car elle était implantée sur le plateau de Misano. Mais les découvertes archéologiques de ces dernières années et notamment la mise à jour du Temple de Tinia ont permis de faire avancer une autre hypothèse. En effet 2 situles retrouvées lors de fouilles du temple portaient l’inscription de ni kainuaθi k ce qui peut se traduire de la façon suivante Moi je suis à Kainua . La traduction de ce mot en s’appuyant sur les grec ancien donne nouvelle ville car en grec Kainos ou Kainon veut dire nouveau . Cette traduction s’appuie sur les toponymes connus en Etrurie Padane . Le terme ua est présent à la fin de nombreux noms de cités comme: Mantua (
Mantova), Genua (Genova), Addua (Adda), Padua (Padova) e Berua (Vicenza)
Les archéologues ont réussi à distinguer 2 phases dans la vie de la cité
A savoir Marzabotto I (550-500 Av JC)et Marzobotto II (500-350 AV JC):
Marzabotto I (550 - 500 Av JC.):
Cette phase correspond à un simple village de cabanes établis sans aucun plan préétabli sur le plateau ,Les étrusques cultivaient les terrains aux alentours On croit aussi que cette zone d’habitations devait avoir selon les mœurs étrusques des zones réservées aux divinités avec des temples et des autels On pense qu’une zone devait se situer au N-E à proximité d’une source
Il y avait aussi une nécropole un atelier de fonderie une boutique et aussi une ébauche d’un système de canalisation . De cette période peut être daté un objet trouvé au fond d’un puits un couvercle de pixide ou pixis en ivoire appelé depuis le signore dei leoni datable de620-580Av JC . Cette pixis de travail orien
talisant devait appartenir à un noble de haut rang


Marzabotto II (500 - 350 Av JC)
Cette cité correspond à la cité que nous voyons sur le plateau et celle fondée selon l’etrusco ritu, ‘est à dire construite en respectant les subdivisions du templum celeste. La cité était construite sur un plan cadastral issu des préceptes d’Hippodamos de Milet ( rues se coupant en angle droit et formant des îlots . Dans ces îlots se trouvaient des maisons de type
atrium tuscanicum,
Dans la cité on trouvait un acropole divers sanctuaires et lieux de culte et au moins 2 nécropoles des aqueducs un système de tout à l’égout des ateliers de céramique avec des fours et un atelier de fondeur.
La destruction
Vers 350 Av JC les peuplades celtiques venant d’Europe centrale s’installent dans la plaine du Po et
peu a peu s’emparent de principales cités étrusques Et parmi ces tribus se trouvent les Gaulois Boïens qui vont s’emparer de Felsina . Par la suite les Boïens vont essayer de traverser les Apennins . Ils vont détruire la cite de Kainua Toutefois actuellement pour les squelettes en armure trouvés au fond des puits on pencherait vers des sépultures gauloises normales effectu ées lors des périodes de décadences par les Gaulois, En s’emparant de Kainua les Gaulois vont tenir les passages entre la Plain du Po et la Toscane


Ils vont aussi modifier de façon radicale le paysage de la pianura Padana en transformant les plaines en terres agricoles Les points hauts seront fortifiés et transformés en oppida ,Kainua deviendra donc un poste frontière fortifié qui contrôle la vallée du Reno Avec ce mode de civilisation les gaulois vont réduire de façon drastique les échanges commerciaux avec l' Etrurie Tyrrénaïque Les étrusques de la plaine du Po encore indépendants vont alors se réfugier vers les cités de la Spina et de Mantoue alors que les gaulois vont commercer entre eux . Une crise économique sans précédant se développe . Les deux entités présentes sur le territoire sont alors obligées de cohabiter et on assiste à une fusion entre les deux cultures . Les fouilles archéologiques des tombes sont très parlantes et prouvent la fusion entre les deux cultures
A Kainua déjà en partie désertée par les étrusques les Celtes vont se regrouper dans la partie méridionale alors que les peuples d ‘origine étrusques vont occuper la partie nord de la cité
Cette occupation entraîne la destruction des équipements de la cité étrusque
Les puits et les égouts sont progressivement comblés et les édifices abandonnés servent de carrière pour la construction d’autres bâtiments . Les nécropoles aux pieds de l'acropole sont abandonnées et on voit l’apparition de tombes au milieu de l’ancienne cité étrusque.
Au IIe siècle Av JC les romains deviennent les maîtres de la Plaine du Po après avoir battu les Galois La Bologne gauloise devient en 198 av JC Colonia Bononia et on assiste à une romanisation rapide des terr
itoires
Mais Kainua reste à l ‘écart de cette romanisation car la voie romaine reliant le Nord et sud passe plus à l Est . On trouve les reste d’une villa romaine sur la partie N/E de la ville Étrusque (Insula 3 Regio III et en partie sur plateia B )Le reste de la cité étrusque était déjà recouvert par des terres agricoles ou de pâture

Description de Kainua

L’antique cité est située sur un plateau incliné dominant le Reno. Elle possédait deux portes une porte monumentale à l ‘est dont il ne reste que les fondations en cailloux secs, et une porte nord, près de la nécropole du Nord , Kainua ne possédait pas d’enceinte mais seulement un terre-plein avec fosse, Kainua est à ce jour la seule cite qui soit connu pour son plan d urbanisme régulier et bati sur la base d’un projet théorique spécifique
La cite a éé implantée sur le site de part et d autres de 4 axes orthogonaux ou plateiai en grec qui sont orientés selon les 4 points cardinaux Un axe nomme Plateia A trave
rse le site N/S il correspondrait au Cardo Latin Par contre nous avons 3 axes Plateiai qui sont orientés E-W comme le decumanus romains. A partir de ces 4 axes on a tracé tout un réseau qui divise la citéen 8 zones de forme carrée qui on été appelées Regioni comme les Regiones romaines ; Dans ces Regioni on trouve des série de rues secondaires ou Stenopoi en grec qui sont parallèles au cardo et qui divisent ces regioni en Isolati îlot ou insula en Latin de forme rectangulaire ( longue et étroite). Pour Marzabotto la partie méridionale qui se trouve en surplomb du fleuve Reno a été emporté par un glissement de terrain . Dans cette zone devait se trouver sûrement des nécropoles . La partie nord par contre si elle est bien connu n’a pas pu être fouillée entièrement car elle se situe dans une zone de propriétés Privées comme celle de la famille Aria

Le rite de Fondation Étrusque

Le rite de Fondation Étrusque ou etrusco ritu, est un rite de fondation d’une cité étrusque très précis et régit par les Libri Rituales .
Ces livres contiennent une description scrupuleuse et détaillée des rites religieux à effectuer dans des moments très précis
Le rite de fondation d’une cité est le suivant


IL faut tracer avec le lituus qui est un bâton dont l’embout est recourbé et qui est seulement utilisé par les prêtres ou les autorités civiles ,2 traits perpendiculaires le Cardo et le decumanus qui vont former au lieu de croisement la Croix sacrée . En ce point une fosse est creusée qui est aussi considérée comme la porte entre le royaume des vivants et des morts ; Cette fosse est recouverte de pierre et le prêtre se tourne vers le Sud en prononçant la formule suivant Ici c’est mon devant Ici est mon dos Ici est ma gauche Ici est ma droite . Ensuite avec un soc de bronze on trace les limites de la future cité en faisant bien attention que la terre soulevée retombe à l intérieur du périmètre et non à l extérieur ,La butte de terre verra s’édifier la muraille alors que le fossé servira de vallum ; Au passage des portes la charrue est soulevée , Les cités devaient avoir un minimum de 3 portes une dédiée au dieu Tinia l’autre à la déesse Uni et la 3e à la déesse Menrva . Ces 3 divinités devaient aussi être vénérées dans 3 temples et avoir des rues nommées en leur honneur
La porte située à l est était une porte heureuse et portant chance par contre celle de l’ Ouest était une porte maléfique ( par laquelle passent les condamnés à mort ) ; De chaque coté des murailles tant à l extérieur qu’à l intérieur se trouve un espace appété Pomerium sur lequel il était interdit de construire ou de cultiver . A l intérieur de cette enceinte on traçait enfin un réseau de rues se croisant à angle droit comme un échiquier chaque carré correspond à un ilot
Les libri rituales sont Libri Acherontici qui parlent de l’au delà et de rites les Libri Fatales sur la division du temps et le Ostentaria qui sont des livres permettant de comprendre les songes
L'Etrusca disciplina est très en vogue chez les romains qui en firent la traduction et elle se fonde sur la projection ds trajectoires terrestres la voûte céleste ou templum celeste rendant ce lieu aire sacrée . En effet pour les étrusques la voûte céleste est traversée par 2 axes N-S EW qui la divise en 4 secteurs . Afin de déterminer les 2 axes le piètre étrusque se base sur les points de levée du soleil à l horizon à deux moments précis .Celui des solstices d’été et d’hiver . C’est à ce moment que d’après la religion des étrusques et beaucoup d ‘autres religions que le soleil surgissant du monde des enfers semble toucher l’horizon terrestre unissant ainsi idéalement les 3 mondes Le ciel la terre et les enfers .

 


La premiere phase appelée auguratio) consiste a individualiser les axes spatiaux d’orientation du templum celeste: D’un poste d’observation auguraculum situé en hauteur afin de dominer l’horizon le prêtre muni du lituu délimite dans le ciel une aire qui est consacrée au templum et il analyse aussi les divers signes pouvant être envoyés par des dieux comme le vol des oiseaux
ensuite arrive la 2e phase la spectio,qui voit le prêtre designer les points cardinaux du templum celeste sur le terrain La cité devient alors templum in terris
Ces points cardinaux sont soigneusement désignés les jours des solstices Ces points en leur centre forme la croix sacrée dont le centre de la future cité . En réalité pour ne pas attendre les solstices d’hiver ou d’été il y a un rite complémentaire qui permettait de placer sur le terrain la première diagonale souvent nommé diagonale génératrice
En observant de la sedes augurationis située sur l ‘acropole ( ici se situe le point extrême de la diagonale, qui correspond avec le point de coucher du soeil durant le solstice d’’été au nord-ouest le lever du soleil au solstice d'hiver (sud-est) doit donc se situer à l autre extrémité de la diagonale.


Le  point médian de la diagonale est ainsi le centre ou se trouve la croix sacrée, . A cet endroit le prètre durant une cérémonie creuse une fosse ou mundus ou plus précisément, umbiliculus dans laquelle il place un cippe avec decussis (dessin gravé avec un croix dans les bras indiquentles points cardinaux Ce puits sacré est le canal de communication entre le ciel la terre et les enfers (on trouvera le même puits dans l’acropole . Cette fosse est aussi le zone ou doit etre placée la sedes inaugurationis, et d’où le prêtre commence la phase d’ inauguratio, en désignant la 2e diagonale en observant le point de coucher du soleil lors du solstice d’hiver . Une fois cette subdivision effectué on place des cippes de délimitation s aux principaux carrefours et aux extrémités des 4 axes principaux ou limitatio) Ils doivent être tous parfaitement aligné avec le mundus
Ensuite on peut tracer les divers axes orthogonaux principaux . Ensuite on utilisait une charrue pour délimiter le périmètre extérieur de la cité avec son pomerium,
Pour Kainua on a un mélange de tradition avec le templum céleste étrusque mais aussi le pragmatisme des théories d’Hippodamos de Milet . Ce qui fait que nous avons une cite avec de grandes artères of
frant beaucoup de possibilités de circulation pour les trafics internes et externes La disposition de la cite montre que les grands axes orientés selon les points cardinaux permettent de repartir les habitations en 4 grandes régions exactement comme dans le templum celeste,

Les rues

Plan avec regio

Le cardo (plateia A), comme les 3 autres grandes artères (plateiai B, C, D), a une largeur de 15 mètres au total mais seulement 5 mètres sont carrossables sen effet le restant est réservé aux piétons ; Les rues secondaires ou stenopoi sont larges de 5 mètres . Leur fonction fluidifier le trafic et délimiter les îlots(insula).
Le revêtement était constitué de dalles provenant du fleuve avec par endroit des passages piétonniers en hauteur
Les trottoirs étaient recouverts de gravier et il sont séparés de route par une rangée de galets

Voie Portique et toiture


On pense que les trottoirs étaient recouverts par des portiques car des restes de tuiles ont été retrouvés ainsi que des trous à intervalle Nous trouvons actuellement ces fameux portiques à Bologne
Sous ces portiques les marchands pouvaient installer leurs étals
En dehors de la localité nous pouvons voir les restes de 2 routes une au nord de la ville, qui amène à Felsina, l'autre au sud-est, qui relie Kainua à l’ Etrurie.

Le système de tout à l’égout

Canalisations Canalisations


De chaque côté de rues principales, se trouvent des conduits ou des drains d’un largeur de 50 cm, construits pour collecter et drainer les eaux de pluie et l’eau usée domestique. Seules quelques habitations avaient leur propre réseau d’évacuation des eaux usées via des tuyaux d'argile qui évacuaient le tout à l'extérieur de la ville.

Canalisations


Les parois des canalisations étaient en pierre sèche et le fond en galets de rivière ou parfois seulement en terre battue. Les canaux étaient couvert
Ce système de tout à l’égout fut possible grâce à la pente naturelle du terrain (nord-sud et ouest-est); qui renvoyaient l’eau collectée vers le Reno ; La plupart du réseau secondaire était dépourvu de tout à l’égout
Les rues étaient construites de façon que l’eau ne puisse stagner et soit rejetée vers les canaux d’évacuation

Le réseau hydraulique

Les puits
Les habitations du secteur résidentiel possédaient souvent une placette avec en son centre un puits fournissant  l’eau pour les usages domestiques 



L'utilisation de ces  puits fut  possible grâce à la présence d’un réseau souterrain Selon la profondeur le puits pouvait  être creuse dans le sol Il avait une paroi en cailloux et ensuite le puits était creuse dans la marne ? Le rebord du puits était en grosses dalles et parfois il possédait une margelle en terre cuite ou en pierre sèches. Afin de lutter contre la sécheresse estivale on trouve à la base du puits un puisard servant à collecter le trop plein 

Canalisations Plan
afin que l’eau  puisse  être tirée  dans les mois d'été (quand le niveau de la nappe phréatique d'eau est basse.Certaines maisons avaient leur propre système d'alimentation en eau courante

 


Parfois on peut trouver des puits au centre de la cour intérieure de la maison Ces puits sont souvent bâtis avec un revêtement en argile, 
Ils pouvaient aussi recevoir une couverture en tuile


Avec les invasions  celtiques, les puits ont ét abandonnés et comblés et parfois ils furent utilisés comme tombeaux par les gaulois
Aqueducs
Si les puits servent à assurer le quotidien d’une famille il faut une autre source d’approvisionnement en eau pour assurer une vie normale dans la ville et pour fournir une source d’eau abondante pour certaines industries comme les tanneries les fabriques de céramique Aussi il a fallu construire des systèmes hydrauliques comme les aqueducs ;
A Marzabotto au pied de l'acropole a été trouve en 1872 à plus de 5 mètres de profondeur  un aqueduc Celui ci a été remonté  sur l acropole et le lieu de la découverte a été  transformée en puits 


La structure mise a jours mesure  1,2 x 1,87 m Elle comprend un regard haut de  50 cm  6 pierres en travertin On peut déduire d’après les restes découverts qu’à proximité se trouvait un bassin de décantation et un bassin de dérivation genre castellum dividarum qui distribuait l’eau dans la cité via 2 grosses canalisations une Nord Sud et l ‘autre Ouest est  Les ateliers de céramique étaient ainsi desservis . Par la suite une autre canalisation fut installée    toujours dans le sens Nord Sud
Les canalisation étaient en céramique  elles étaient de forme parallélépipédique à l extérieure pour une forme circulaire à l intérieur Elles avaient un diamètre de 14 cm 





 L'Habitat

Le plan réticulé formé par l'intersection des routes (plateiai et stenopoi) subdivise chaque Regio en différents îlots, des zones de surfaces différentes sur lesquelles les bâtiments ont été construits. Les bâtiments sont des bâtiments civils à usage privés ou professionnels et administratifs les autres sont des habitats à usage religieux
Les maisons d’habitation
Celles ci sont en général à un étage mais elles s’étalent en superficie,certains peuvent atteindre une superficie allant de 609 m² à 805 m² ( Regio IV, Insula 1). En général ces bâtiments occupent toute la largeur du bloc (par exemple 35 mètres, ce qui était la largeur de Insula 1, Regio IV).


Ces maisons présentent des similitudes entre elles Elles ont de plan toscan .En effet la maison étrusque est l´ancêtre   de la maison romaine à  atrium : son plan, adopté dès le VIème  siècle, est un rectangle fermé sur lui-même et symétrique par rapport à  un axe central tripartite (c´est la domus iusta =qui suit les  règles comme l'urbs iustia).Elles  sont donc à 1 étage avec un atrium tuscanicum qui est typique de la construction étrusque. L'entrée, se fait par un portique , donnant sur un couloir  vestibulum qui partage la maison pour toute sa longueur Un porche donnait sur une cour à ciel ouvert ou impluvium  Par cette cour nous avons accès à toutes les pièces et au centre se trouve en général un puit pour l'approvisionnement en eau. Les fondations sont  en pierres équarries ou en gros galets  les murs en  en briques crues  séchées au soleil ou parois en treillis (poteaux et branchages)entrelacés) remplis d´argile. La toiture est en  tuiles plates et  couvre-joints (tuiles creuses) = toits très lourds soutenus par une solide charpente.
Toutes les maisons même si elles sontt alignées n’avaient pas de mur mitoyens. En effet un canal de drainage passait entre les maisons

   


Elles étaient bâties sur des fondations profondes de 1 m formées de cailloux secs

Internet


Nous avons très peu d’information sur les étages supérieurs car tout à été détruit . mais on pense que l étage devait être construit en bois ou brique en terre crue, simplement séchées au soleil et partiellement cuits, ou avec le système de treillis
Enfin nous avons retrouvé au cour des fouilles de grandes quantités de bardages de toiture et de tuiles
Ce qui voulait dire que pour une construction de ce type la toiture devait être supportée par des piliers en bois
Les toits étaient orientés soit vers l’extérieur Impluvium soit vers l intérieur Compluvium . L
La couverture du toit était assurée par des touilles plates et rondes et souvent nous trouvons des acrotères en face qui outre leur but artistique avaient aussi la missions d'empêcher toute d'infiltration de pluie

 


 

Nous trouvons aussi à Kainua des maisons avec des ateliers qui possèdent 2 zones bien délimitées en zone de production et zone résidentielle.
La zone atelier est placée aussi près que possible de la route, de façon à avoir un accès direct aux routes et à encourager le commerce. Elle est composée d'une série de pièces, dont chacune destinées à un stade différent de traitement ainsi sur la maison 1 Regio IV, Insula 2, qui est spécialisée dans la production de la céramique, on trouve des pièces pour l 'extraction directe de la matière première (argile), une pièces pour collecte l'eau avec ses réservoirs pour travailler avec de l'argile, une pièce située à proximité de la cour à l'air libre pour le séchage des produits à cuire et une ou des s pièces avec four pour la cuisson des produits.
Dans la Maison 6 de la Regio IV, Insula 1 Les locaux étaient peint de couleur différentes afin de permettre une meilleure visualisation des locaux.

Les Zones industrielles
Dans la ville il a été trouvé à ce jour 2 zones ou des industries étaient concentrées
A savoir  une zone liée à la fabrique de poterie et une autgre ou il y avait un atelier  de fonderie
La Grande Fornace ou Le Grand Four


Il se trouve dans la Regio II, Insula 1  soit dans la partie Nord   Ici a été trouvé les restes d'un grand four utilisé pour la production de la céramique et des briques. Cet ensemble daté dz la fin du VIe siècle avant JC était divisé en trois zones: La zone de traitement de l'argile et de fabrication ,la zone de séchage des produits qui est à l'air libre, mais protégé par un toit car il a été trouvé des trous de poteau  pour servir d'appui à une toiture et la zone occupée par le four La zone de sechage devait servir aussi de zone de stockage des produits finis. De cet atelier sont sortis des éléments architecturaux, de la poterie et des objets d'usage quotidien et domestiques, des tuiles, des parapets pour les puits et les éléments pour les conduites d'eau. En effet des élements ont été retrouvés in situ Les produits domestiques sont  des pots, bols, tasses, pichets, assiettes, tasses, des mortiers et d'autres. Si certains produits sont achromatiques  d'autres ont recu de enduits de peintures.
Un autre four a é été localisé à coté du temple  de Tinia, d'où on du sortir les éléments ayant servi au temples comme les tuiles par exemple.
Ce four été "protégé" entre 1960 -2010 par une construction en beton qui a été detruite récemment
La fonderie
Dans le centre  Regio V, Insula 5 on trouve une fonderie,  Son emplacement dans le centre-ville est assez curieux et anormal  car dans les cités grecques les zones d'artisanat sont reléguées à la périphérie. alors pourquoi cette implantation centrale . puissance de la corporation qui s'es installé sur ce lieu au VIe siècle avant J.-C.
Elle fut construite en trois étapes . Au debut du VIe lorsque le village n'etait qu'une réunion de huttes primitives Ensuite auVe siècle avant JC la fonderie s'agrandit  et enfin à la fin du Ve on assiste à une restructuration du batiment
Cette fonderie travaillait principalement le bronze avec un production de  poterie, des boucles, des ex votos comme des statues  ou des memebres du coprs comme des bras, pieds et  jambes.
Comme il n'y avait pas de gisement de minéraux dans la région, celui ci a été importé  surtout l'étain et le cuivre d' Étrurie, principalement de l'île d'Elbe et des collines du Latium. Malgré  cette absence de gisements minéraux Kainua fut l'un des principaux centres pour le traitement des minéraux dans le métal, grâce à la présence sur le territoire de grandes quantités d'eau et d'arbres  nécéssaires pour le travail de fonderie (comme celui de la céramique)

Dans  toutes les cites antiques ou villes actuelles il existe des lieux de culte  et des lieux sacrés  et Kainua n'exhappe pas à cela
Actuellement nous connaissant sur le site divers lieux de culte et aires sacrées L 'Acropole  le sanctuaire Fontile et le temple de Tania Commençons par l arcropole
L'Acropole est situé au nord-ouest de la ville, sur un plateau   qui surplombe la cité d'environ 15 mètres Le site  à fait l'objet de travaux d'aménagement par les Étrusques au VIe siècle avant JC afin d'avoir deux terrasses naturelles oriéntées vers le Sud  et où ont été construits les édifices sacrés L'acropole était relié au village par la plateia B par une route partiellement excavée car occupée par la Route actuelle la Va Porrettana  .La découverte est fortuite car  entre 1830 - 1860, le comte Giuseppe Aria  propriétaire des lieux decide de créer un parc et entreprend des travaux de génie civil . Au cours des travaux, il est découvert les ruines de cinq édifices sacrés, sur la terrasse inférieure et d'un autre sur la terrasse supérieure  . C'est un e zone qui a été fortement endommagée par l'érosion naturelle du temps et aussi  par les travaux de réaménagement du milieu du XIXe siècle  (disparitiontion de la terrasses de l'Acropole  et des vestiges construits dessus
Des bâtiments d'origine  il ne reste  la plupart du temps que les fondations  ce qui donne des podium et des petits autels Également au cours des fouilles du XIXe siècle ont été trouvés sur la terrasse supérieure, les restes d'une plate-forme de travertin, qui ont été démolies
Cette position haute, fait de la terrasse  le lieu idal pour les sedes augurationis  et elle serait le lieu de l'Auguraculum) ou se déroulaient  diverses cérémonies dont celle du rite de de fondation de la ville qui, était célébré chaque année sur un  autel spécialement dédié à cela.
À ce jour, rien n 'a été retrouvé permettant d'identifier le type de culte pratiqué dans l'acropole mais on peut supposer que les dieux qui oété vénérés en ce liue  étaient les dieux liés au rituel de la fondation et les cycles saisonniers, avec une attention particulière aux divinités infernales.
Voyons les Constructions qui sont nombre de 5

De droite à Gauche A. Temple divinités spéciale B. Mundus; C. Temple aux divinités Infernales D. Aire; E. Temple aux dieux célestes F. Tour


Le Temple ou bâtiment A


C'est le batiment le plus au nord C'est un temple unicellulaire situé juste à côté de la bordure orientale de la terrasse inférieure  . Il a été très abimé par les opéations de génie civil durant les travaux de réaménagement de propriétés Aria au milieu du XIXe siècle, Les pierres qui apparaissaient ont été systématiquement enlevés et déplacées  ailleurs, modifiant considérablement le plan du temple.
ON voit encore des blocs rectangulaires de travertin qui reposent sur trois couches de cailloux secs (dans le nord-angle correspondance ouest, la couche de cailloux est remplacé par un autre bloc de travertin de renforcement), Mais avons des doutes sur ses dimensions originales  qio devaitent être de13,93 mètres (nord-sud) et plus de 8,20 mètres (est-ouest°. De nouvelles sur ce batiment lui donne la forme d'un temple périptère, reposant sur un podium  avec une cellule centrale et pronaos.
Bâtiment B: le Mundus


Situé à l'ouest du bâtiment A, cette ,constructionen forme de podium est la plus ancienne construction de l'acropole. Il se présente comme un carré de 4x4 m  haut de 1,20 mètre du sol . en son centre se trouve un puit qui descent à plus de 5 mètres sous la surface.  Ce puit bati en pierre seche devait atteindre la nappe phréatique  . Le fond du puit est évasé . A l 'interieur il a été retrouvé  des fragments de tuiles mais aussi des rests d os preuve de sacrifices . Les animaux sacrifiés étaient des boeufs du gibier, des chèvres et des porcs 
Tout cela l'identifie au  puits sacré  ou mundus, sorte de porte qui reliait, les trois mondes: le Ciel, la Terre et 'Enfer  . Ici  ont été pratiqués les rituels sacrificiels d'animaux en l'honneur les divinités infernales  Ce concept du mundus a été conservé par les Romains En arrivant aux enfers nous sommes acceuillis par  Aïta (Puton) qui est le dieu des enfers Il est coifféé d'une tête de loup, et on  épouse Phersipnaï (Perséphone). A ses cotés se trouve Charun dont le nom est très semblable à celui du nocher grec (Charon) Sa fonction  est d'assener avec un maillet,le coup de grâce aux mourants; toutefois certains mythographes ne vont pas dans ce sens. Il est assisté par Tuchulcha qui est sans doute une sorte de Harpye. Nous retrouvons aussi Charron dans les combat de gladiateurs

.A disparu lors de fouilles  du XIXe siècle un bassin de lustration  de 1,59 x 1,08 x 0,80 mètres recouvert par un auvent . Celui ci avait été initialement pris pour une tombe par Gozzadini
Bâtiment C


Les ruines de ce temple, situé à l'ouest de l'autel podium-B, oest peu connu car il est tres abimé et les fouilles entreprises ont nécessité d'arraser les mur des.040cm  Nous n'avons de visible que le côté ouest et du nord (ou l'arrière du temple), tandis que la partie avant,qui se trouve au sud, a été détruite peut-être dans les temps anciens . Ensuite l'abandon du site archéologique pendant une longue période, et les dommages causés par les bombardements de  1944  sur l'Acropole suivis par des restaurations ont, inexorablement modifié la structure sacrée du bâtiment, ce qui rend difficile de le restituer dans sa structure d'origine. S
D'apres les relevés du XIXe siècle  ildevait  mesurer 18.20 mètres de large pour 21,40 mètres de long
Cela devait être un temple,de type templum Tuscanica  avec un portique à deux rangées de colonnes sur le côté sud et peut-être de trois cellules contigues au nord (pars postica) ou d'une cellule centrale pourvue d'ailes latérales, avec un espace peu profond derrière. Beaucoup de tuiles et antéfixes trouvés lors des fouilles
Bâtiment D:


Podium( Ara)  à ciel ouvert
Situé à l'ouest du temple C, c'est la seule structure de ce complexe à posseder des blocs de travertin scuilptés contrairement aux autres trouvées dans le site.Cette constructionet c'est la seule  possède une avancée à laquelle on accède par un escalier  à 5 marche  parlaquelle on accède au podium .Ce batiment fut restaurer  en 1865, en 1889, puis suite au bombardement de 1943 il fut persque entierement refait après la guerre
C'est un  bâtiment presque carré (9,20 x 9,10 mètres),avec un  podium de 3,30 x 2,80 mètres. Lors de sa mise à jour Gozzadin croyait avoir découvert un tombeau monumental,et il a creusé au centre croyant trouve la chambre funeraire. Les murs extérieurs, sont constitués de blocs de travertin reposant su un lit  de cailloux
Son utilisation a donné lieu à diverses hypothèses Ses caractéristiques  qui sont absence de murs et detoit laisse supposer davoir affaire à un autel-podium  ou une enceinte monumentale cultuel en plein air, dans lequele seraient effectués rituels sacrificiels et, peut-être, des cérémonies rituelles liées à la fondation( Voir Ara pacis de Rome )  .Cet autel est situé sur unela terrasse supérieure à cote de  l Auguraculum du siège avec lequel il serait un communication

Bâtiment E
Ce batiment est connus par less fouilles du XIXe siècle qui ont mis au jour seulement un segment de mur d'enceinte au nord-est-sud-est (en cailloux secs) dos sur les pentes de la terrasse supérieure,. Plusieurs hypothèses ont été émises par les archéologues sur la nature des ruines trouvées:Pour Gozzadini s'était un un bâtiment funéraire divisé en plusieurs chambres funéraires alors que Brizio le considérait comme un temple en trois cellules de type toscanes. De son coté  Guido Mansuelli y voit  un contrefort de maçonnerie, à savoir une sorte de mur de soutènement non-fonctionnel  ( qui ne doit pas soutenir la colline),alors que Giovenni Colonna y voit  un temple  ayant la façade inhabituellement orientée à l'est, contrairement à d'autres édifices sacrés, toutes exposées plein sud ou vers le village
Des fouilles récentes réalisées entre la fin de 1990 et 2000 ont permis de donner la solution . C'est un temple de plan rectangulaire de 27 x 16 mètres, ayant  une cellule centrale et deux cellules latérales moins  larges. Le temple, avait sa facade toutrnée vers la ville  au sud et il est aligné avec les autres bâtiments sacrés de l'Acropole, pourrait avoir des services de culte probablement liées à celles effectuées sur la terrasse supérieure. Une restauration récente a de nouveau réinhumé partie du mur ouest du bâtiment et de le protéger contre le risque d'effondrement .
Il se drressait au dessus de la source qui sourd aux pieds de l'Acropole . On y a retrouvé des restes de tuiles etet antéfixes ce qui rpive que cette source était couvertes . Des exvotos  avaient déjà éta recupérés au XVIII° siècle sur le site.
bâtiment Y
La présence de plusieurs blocs rectangulaires de tuf calcaire sur la terrasse supérieure de l'Acropole,atteste de la présence d'au moins un autre édifice sacré,qui a été partiellement excavé, et  détrui en 1856 lors des travaux de genie civil de la construction du parc
On decrit ces restes comme ceux d'une tour . Ce bâtiment de 14 x 3,20 mètres était équipée d'un escalier d'accès et il avait un porche donnant sur le versant nord Depuis 1979, une nouvelle hypothèse  y foit l'Auguraculum, ou un observatoire permettant d'avoir une position élevée afin d'avoir une vue d'ensemble du ciel et de l'horizon du plateau  nécessaire pour l ' l'exercice du rite de la fondation de la ville.
Temple Tinia
Les fouilles de 1999 ont mis à jour dans la Regio I, Insula 5  les ruines d'un temple monumental,  dont seules les fondations en pierres sèches apparaiss,nt. C'est actuellement le seul lieu de culte trouvé dans la cité en dehors  de l'Acropole,C'etait un grand temple de 35,50 mètres de long x 21,75 mètres de large  et il était immédiatement visibles pour les voyageurs venant de Felsina . Situé à l'intersection du cardo (plateia A et la première rue de la lateia B), ce temple est un mélange d'éléments architecturaux typiquement étrusques avec des éléments du temple grec avec sa structure peryptère qui est  classique dans le temple grec.
L'influence étrusque se retrouve dans la double entrée (une au plateia B et l'autre près de la stenopoi, à savoir la rue à l'est),  et son podium  d'un cité alors que le  portique classique qui se trouve à l'opposé est  typiquement grec 
Grecque est aussi la colonnade qui entoure l'ensemble du bâtiment  On trouve les même élements  dans les temples étrusques de Vulci et Pyrgi. L'intérieur du temple se composait d'une seule cellule centrale pourvue de cloisonnements internes

Ce temple a été probablement dédié au dieu Tinia (dieu étrusque, équivalent au dieu grec Zeus et romain Jupiter);
On y a decouvert des objets qui permettent de l'identifier formellement comme clute de Tinia ( dédicace au dieu Tinia.)Cependant, on pense que le temple  devait servir aussi comme un lieu de rencontre de la communauté étrusque un peu comme l'agora grecque et le forum romain). Ce temple a une position  particulière: En effet selon la division du templum céleste, sa position  correspond parfaitement  à la projection terrestre de la maison céleste du dieu étrusque Tinia.

 

 


Les ruines du sanctuaire Fontile


Au nord-est à coté du Musée actuel a été mise à jours les restes d'un autre édifice religieux Le bâtiment mesure 9 x 7,50 mètres  est situé à proximité d'une source naturelle. Le sanctuaire, couvert par une toiture était consacré au culte des eaux saines, comme en témoigne l'existence  au centre d'un bassin  permettant la récuperation de l'eau de la source  L'eau  s'ecoulait dans le bassin , pour ensuite revenir vers le nord à travers un canal de dérivation  fait en  galets de rivière et des éléments de travertin. Il daterait de la 2e moitié du VIe siècle
Beaucoup de sanctuaire de cet type ont été découverts dans la région:  On y a découvert aussi de ex votos(bras, jambes et pieds), mais aussi des statues votives avec la pose classique Orante ( mains tendues et les paumes vers bas),Les alantours du sanctuaire devaient  recevoir des ofrandes comme des vases des statures car des fragments de récipients en céramique et des bassins de bronze, en marbre et en terre cuite. et des restes de statues votives ont été retrouvées. Ici a été retrouvé des restes d"un vase représentant  Agamemnon et Achille jouant aux dés
Sanctuaire de la Terza stipe
A l 'estérieur de l 'enceinte urbaine, à environ 40 mètres au nord-est de Fontile  a été retrouvé les restes d'un autre lieu sacré, En effet une quantité importante d'éléments architecturaux et orthostates composés de fragments de blocs de traverti alliés à la présence d'exvotos importants  donne à penser que nous avons affaire à un édifice sacré (appelé anctuaire de la Terza stipe);Toutes ses découvertes  on été faite dans un canal, à l'origine d'environ 20 mètres de large, construit pour evacuer l'eau en dehors de la ville.
Les fouilles ont identifié trois étapes de l'occupation. Une première remonte au  VIe siècle avant JC  avec une zone sacrée, toute simple avec un fossé naturel dans lequel s'écoule les eaux de la plaine de Misano,  quelques travaux de génie civil  font de ce ruisseau un canal  pour l'evacuation correcte des  eaux.
Ensuite au début du Ve siècle avant JC, les travaux de réaménagement ont été effectués . Reconstruction du canal et  construction d'un sanctuaire sur la rive ouest
Des restes d'éléments architecturaux (y compris un acrotère) des pierres sacrées et votives  ainsi que des bois de cerf et des fragments céramiques celtiques donnent à pan,ser que cette zone sacrée a été abandonnée entre la fin du IVe et au début du IIIe siècle avant J.-C.
Enfin  troisième et dernière phase , en conjonction avec l'occupation celtique  le manque d'entretien du canal a probablement provoqué une accumulation de débris qui provoquent une retenue d'eau qui à  provoqué  l'effondrement de la rive ouest du canal, emportant avec elle le mur adjacent à l'édifice sacré, et donc une grande partie de la sanctuaire.
Parmi les restes  retrouvés on a une statue de bronze qui, contrairement à la plupart des statues votives trouvées, qui sont en géneral tres simples, est tres décorée  Haute de 30 cm elle a du être fondue dans les ateliers de Marzabotto

Signora di Marzabotto Signora di Marzabotto

Cette statue de jeune fille  appelée signora di Marzabotto  est dans une  attitude solennelle . Elle est vétue dans le pur style étrusque  Cette statuette, daterait de la fin du VIe siècle avant JC et le début du Ve siècle avant J.-C.et doit représenter une femme étrusque de haut rang, Sa présence ici en fait un exvotro eu de l'événement près du sanctuaire, suggère qu'il était un ex-voto à une divinité étrusque, comme Turan 'équivalent de l'Aphrodite grecque et la Vénus romaine
Ces statues se trouvait habituellement dans des temples construits juste en dehors de la ville, dans les zones  destinées à accueillir les étrangers.

Apres la cités des vivants voyons l'autre Cité celle des défunts
Les Nécropoles
Nous avons à ce  jour deux nécropoles  l'une au nord et l'autre au sud-est de la ville, toutes situées  l'extérieur des portes de la ville.
Elles sont situés le long de voies de circulation   le long de la route vers  Felsina (cimetière nord) et de l'autre avec l'Etrurie  (nécropoles est). A l'origine, les tombes étaient totalement enterrées et leur présence était signalée  par une cippe

. Elle avaient des formes diverses ( forme d'un œuf, probablement choisi pour sa valeur symbolique ). suite aux diveres fouiles effectuées au XIX° siècle il était trèus difficle d'avoir une idée précise de la position initiale et l'orientation des tombes. Il semble, cependant, qu'il n 'y ait pas eu de disposition avec une orientation particulière (à l'exception d'un cas dans de la nécropole orientale)
Il n 'y avait pas aussi de distinction de classe sociale,  Mais tout cela n'est que suppostions Autre chose il est possible de faire la distinction entre les tombes des femmes et des hommes par le mobilier funéraire . Le mobilier retouvé est un mobilier local ou d'importaiton  en particulier de la Grèce et de l'Etrurie tyrrhénienne
Ces tombes receuillent en général les cendres de la  personne décédée; Seule une tombe de nécropole est contient les restes de trois corps enterrés.
Nécropole Nord


les tombes du cimetière nord, ont démantelées  pour être remontées à proximité du lac artificiel de Villa Aria
A l'origine ce cimetière nord se trouvait dans une position légèrement surélevée par rapport à celle de la ville, ce qui n'est plus visile actuellement car il est coupé en deux par la via Porrettana,  et donc isolé
Les premières découvertes de tombes ont eu lieu entre 1856 et 1861 ce , qui coïncide avec les travaux effectués pour la construction d'un parc à l'anglaise et le lac artificiel adjacent près de la villa,
 Les travaux effectuées aussi sur la Via Porrettana vont accélerer les fouilles   Au début, on pensa avoir affaire à des tombes isolées; donc elles  furent déplacées pour etre remontées le long de l'étanf  à des fins ornementales.
Seulement à la suite des fouilles officielles dirigées par Gozzadini entre 1865 et 1869 on se trouva en face d'une  véritable nécropole, composé de 168 tombes monumentales divisées  en deux zones distinctes (dont aujourd'hui sont visibles 53 sépultures à l ouest et 91 à l'est)  Elles sont séparées par la route.
Mais ici on a tres peu d'éléments car il n ' a pas eu de fouiles  lors des  travaux de deblaiement faits à la barre mine donc nous n'avons pas beaucoup d'informations
Nécropole Est


Ell est situé au  sud-est de la ville,  à l exterieur de l' enceinte sur une terrasse fsurplombant le fleuve Reno . Elmle fut entièrement fouillée Gozzadini entre Septembre 1867 et Décembre 1873, 
Les documents attestent de la présence de 125 tombes monumentales dans  zones distinctes séparées par une route centrale (comme le cimetière nord):
Sur le seteur nord on trouver 22 tombes)et au sud 28 tombes 
On suppose,  qu'une partie de la nécropole de l'est s'est effondrée dans le Ren
La nécropole a été relié au village par la porte monumentale est, dont ne  sont visibles aujourd'huique  seulement les fondations. Dans ce cimetière contrairement à celui du  nord, il semble y avoir une distinction entre la classe de sépultures, et un aligment des  tombes alignées en rangées parallèles à la route et orientées dans la direction est-ouest.

 

 

 

 

 

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3464193
Nb de visiteurs aujourd'hui:670
Nb de connectés:21