Egypte Le Scribe et son materiel

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 09/03/2016 à 22:06:40



Le Scribe et son Matériel


Le mot scribe n’est pas un mot issu de l’égyptien ancien mais il est issu  du latin "scribere" qui peut être traduit par  "écrire". En égyptien il se nomme Sesh
 Le scribe est donc un personnage qui  sait lire et écrire Pour l’Egypte ancienne nous savons que l’écriture a apparue à la fin du IVème millénaire av JC,  le scribe apparaît donc presque simultanément  pour pouvoir écrire et lire les hiéroglyphes dont le nom dérive du grec ερογλύφος / hieroglúphos ce qui veut dire écriture sacrée . Les égyptiens appelaient leur écriture, medou-netjer  ou  parole divine 
Rôle de l’Ecriture
L’Ecriture est un moyen de communication qui représente le langage à travers l'inscription de signes sur des supports variés L’homme a décidé arbitrairement que l’'apparition de l'écriture distingue la Préhistoire de l'Histoire . L’Ecriture a donc joué un rôle dans la conservation de l’Histoire et  la diffusion de la connaissance. Mais les hommes qui vont se réunir en communautés urbaines de plus en plus grande autour du Ive Millénaire Av JC vont avoir besoin de tout consigner car le nombre d’habitants va entrainer une hiérarchisation de la société et la création de règles de vie  Dès lors la complexité du commerce et de l'administration va dépasser les capacités de mémorisation des hommes .L’écriture va devenir ainsi  une méthode plus fiable d'enregistrement et de conservation des transactions des textes de lois  Le proverbe Les paroles s’en vont mais les écrits restent trouve tout son sens
Ainsi dans les premières grandes civilisations qui ont vu le jour au Moyen Orient et en Egypte on trouve une abondance de textes et les fouilles archéologiques ont mis a jour des bibliothèques complètes où étaient conservées non pas des textes littéraires mais des décrets de lois et des inventaires


Ces textes ont été écrits par des scribes qui sont des personnages importants dans ces civilisations antiques Des centres d'apprentissage de l'écriture et de la lecture assuraient la formation des scribes, des prêtres et des fonctionnaires. Cette maîtrise du savoir leur conférait pouvoir et prestige. Pour l’Egypte qui est une civilisation de l'écrit :on trouve dès les premières dynasties, des documents qui  prouvent  la volonté de mettre en mémoire les données  indispensables à la bonne marche de l'Etat.
L'invention de l'écriture était considérée comme un présent du dieu Thot, maître du calendrier, de la science, de l'écriture et des scribes.
 Les Egyptiens appelaient d'ailleurs leur écriture "médou-nétjer" ("paroles divines"), et le terme Hiéroglyphe peut être traduit en grec  comme caractères sacrés . D’ailleurs avant d'écrire, les scribes récitaient toujours une prière adressée à Thot  ou  Djehouty Dieu de la connaissance, de l'ordre et de la sagesse, qui règne sur toutes les opérations intellectuelles : il a inventé le langage  (langue d'Atoum ) Il est le  maitre du temps car  il régit les cycles Il  était le grand dieu Khemenou  ou (Hermopolis Magna) en Moyenne-Égypte. Il est représenté comme un Ibis au plumage blanc et noir ou comme un Babouin Hamadryas Comme Ibis c’est le maitre du savoir car L'ibis est connu pour sa capacité à différencier une eau potable d'une eau non potable. De ce fait, sa transposition divinisée en fait un animal-dieu du savoir. Par extension, il est celui qui détient le savoir, et donc qui le transmet 


comme Babouin il est le dieu qui veille sur la terre la nuit remplacent  Rê  qui fatigué des querelles humaines décida de gagner les hauteurs célestes afin de se reposer. il chargea alors Thot d’ éclairer la terre  la nuit Il dit alors à Thot : «  Tu seras à ma place, mon substitut. On t’appellera Thot, celui qui est à la place de Rê. Tu entoureras les deux cieux de ta beauté et de ta clarté». Ainsi, naquit la Lune qui marquait la nuit de sa clarté. Il aida Horus a retrouver son œil qu’il avait perdu lors de son combat avec ros Lors de son combat avec Seth Cet œil fut appelé  Oudjat  œil représente la victoire de l'ordre légitime, Horus étant l'héritier du défunt Osiris sur le chaos représenté par Seth, qui perturbe l'ordre dynastique, et par conséquent l'ordre du monde. Porté sous forme d'amulette, il était censé écarter le mauvais œil ; on le place notamment sur la proue des navires, pour échapper aux dangereux hippopotames sur le fleuve Nil ou en mer pour se protéger des tempêtes et enfin Thot préside à la pesée du cœur lors du jugement des défunts, en se plaçant à côté de la balance


Il faut savoir que déposer une palette de scribe dans une tombe avait également une valeur symbolique : c'était assimiler le défunt à Thot, patron des scribes, car il symbolisait l'invention de l'écriture, du calcul et de la mesure du temps, des sciences et des arts.
Apres cette digression dans le domaine des dieux revenons sur notre bonne terre
Mais Dame Nature est forte et impose sa loi sur le pays . Qu’est ce qui se passe  chaque année  en Egypte  et qui fertilise les champs ? Le Nil sort de son lit et débarque partout  laissant en se retirant un limon fertile qui permet d’abondantes récoltes

 


Mais à chaque crue le paysage est transformé  .IL faut donc un croquis  qui montre les limites des parcelles de chacun. Ainsi né le cadastre  qui est un document écrit et dessiné. Sur ce cadastre sont  enregistrées les parcelles Mais cet enregistrement s’il permet de délimiter les parcelles de chacun permet aussi par là même  le calcul de l’impôt. Ensuite on assiste aux recensements  des biens et des personnes. Et enfin il faut savoir que sans les textes  il aurait été impossible au pharaon d'imposer son autorité sur un pays aussi étendu du Nord au Sud. Car c’est l'écrit qui donne  force  loi aux décrets des pharaons  gravés sur des stèles, les palais et les temples.
Ensuite nous trouvons des scribes qui racontent l’histoire  de leurs peuples qui  établissent sur ordre les listes des rois, en racontant les événements importants dans un cadre chronologique.
Mais il faut savoir que l’écriture qui permet de tout consigner possède une fonction magique car elle permet de garder en mémoire tous les faits et  actes des souverains  qui permettent d’assurer la Maât  soit la victoire sur les ennemis, Elle permet les fêtes religieuses ave la célébration de rites religieux et royaux . Des parchemins sont inclus dans les fondations des édifices.
Mais venons à nos hiéroglyphes
Selon nos connaissances actuelles c’est au environ du IVe Millénaire que  l'écriture apparaît dans la vallée du Nil, avec les premiers hiéroglyphes. Ces signes sont des représentations simplifiées de la réalité : êtres humains, parties du corps, animaux, plantes, outils, sceptres Sous l’Ancien Empire ils sont au nombre de700 environ mais il vont atteindre plus de trois mille sous les Ptolémées au début de l’ère chrétienne.
 Toutefois une découverte datant de 1990  faite dans une tombe d’Abydos semblerait repousser cette date de 300 ans environ soit vers 3250-3200 av. J-C., l'écriture hiéroglyphique serait donc antérieure à la civilisation pharaonique d'environ deux siècles.
En Egypte nous avons  3 genres d’écriture

 


1.L’ hiéroglyphe qui est  une écriture réservée aux monuments, et utilisée pour tout ce qui devait être établi pour l'éternité. Cette écriture est donc réservée pour des textes religieux, des inscriptions historiques et politiques.
 


C’est l’écriture officielle.
2. Ensuite nous  trouvons  L’ Hiératique  ("écriture sacerdotale") qui est réservé à des  textes qui n'étaient pas destinés à être éternels, . C’est une simplification des hiéroglyphes transcrite en écriture cursive).


3. Ensuite  vers le VIIème siècle av JC, apparait une nouvelle écriture  simplifiée et abrégée : le démotique ou écriture populaire qui remplace le hiératique qui reste cependant en usage pour les textes religieux.


Le scribe
Le métier de scribe était en théorie ouvert à tous du moins durant l’Ancien empire  Mais peu à peu une caste se constitua  à la fin de l'Ancien Empire. On était scribe de père en fils en général. Mais rien n’était acquit car il fallait passer par une école et ensuite être recruté comme fonctionnaire par le pharaon.
Le métier de scribe était en principe réservé aux hommes, cependant des femmes scribes ont exercé ce métier sous le Moyen Empire et à la Basse Epoque.
Le scribe était un homme universel par ses connaissances et compétences à la fois homme de lettres, architecte, géomètre, mathématicien, astronome, théologien, médecin et magicien  Le scribe se devait d’être un sage, valorisant les notions de morale, de mérite et de justice. Mais cet idéal était parfois bafoué  par certains  et la corruption, la pédanterie, les abus de pouvoir n'ont pas été rares dans leurs rangs. Le scribe devait être loyal  compétent et obéissant  Des châtiments corporels pouvaient lui être infligés.


L"egyptien ancien a été déchiffré au debut du XIX par Champollion qui c'est basée sur la pierre de Rosette pour resoudre l'énigme
La Formation
Les écoles, dirigées par les scribes, dépendaient de la cour. Il y avait également des écoles privées gérées par des prêtres.
Dès 5 /6 ans la formation du jeune commençait et la formation durait environ 10 ans
Il fallait d’abord  acquérir les bases savoir  lire, écrire et compter

Internet


Une fois ces bases acquises il leur été dispensé un enseignement de culture générale  sur la  botanique, la zoologie, les éléments du corps humain, des notions de religion, les langues étrangères. Pour ce faire le jeune élève avait à sa disposition une bibliothèque avec des manuels scolaires et dictionnaire
Pour économiser le papyrus matière chère on utilisait des tablettes en bois recouvertes de stuc . On pouvait aussi utiliser des tessons de poterie (ostraca )
Les jeunes scribes passaient ensuite par divers postes où ils complétaient leur formation dans les diverses administrations civiles, religieuses (les "maisons de vie") ou militaires ou il devait écrire une lettre, faire des exercices comptables, calculer des surfaces et des volumes. C’était donc un fonctionnaire polyvalent qui pouvait passer d’un service  à un autre sans grande difficulté
Une fois leur formation achevée le scribe devenait fonctionnaire du Pharaon
On trouve des scribes à tous les niveaux de la société : dans les champs dans les bureaux et dans  l'administration centrale du palais. Les scribes pouvaient exercer aussi des charges cléricales et militaires.


Le scribe était dépositaire du  pouvoir du pharaon  dans tous les domaines : économiques, politiques, militaires et religieux car en Egypte Antique toutes les grandes entreprises économiques appartenaient à l'Etat et étaient dirigées par des fonctionnaires. Le scribe tenait les registres d’entrées et de sorties des aliments dans les magasins de la cour ou dans les greniers à blé des grands sanctuaires. Il avait aussi le rôle du percepteur d’impôt dans les nomes
Il était payé en nature et il recevait des terres et il profitait de redistribution des bénéfices  redistribution faite en fonction des grades . le Pharaon pouvait aussi y ajouter des cadeaux.
Le monde des scribes était fortement hiérarchisé, tous obéissaient au scribe suprême : le vizir
A la fin de leur carrière, certains scribes recevaient des charges lucratives de prêtre dans les grands temples.
De plus comme une grande majorité de la population étant analphabète, il pouvait aussi exercer le métier d'écrivain public en écrivant les lettres  ou les lisaient
Il établissait aussi les contrats légaux les plus divers et servaient aussi parfois de témoin,.


Les Outils du  scribe
La palette  qui est un plumier avec 2 cavités

   


La palette était en bois mais on en trouve en ivoire, et certaines notamment celle des pharaons  étaient recouvertes d'argent ou d'or.
La palette possédait 1 mais souvent 2 cavités dans lequelles sont broyeés les pigments . Il y avait une pour l'encre noire obtenue à partir de la suie  utilisée pour le texte courant, l'autre pour l'encre rouge fabriquée à partir d'un mélange de cinabre, de sulfure de mercure ou de minium et d'oxyde de plomb, destinée aux titres ou les éléments à mettre en valeur. ,. La palette servait aussi  de rangement aux pinceaux en tiges de papyrus (calames) dans un compartiment central et de réserve à encre solide elle pouvait aussi servir de règle. 
Parfois nous avons de palettes avec des pigments multiples
Le Calame


Au moyen des calames, le scribe écrivait sur différents supports comme le tissus le bois et surtout le papyrus, tissu, bois qui découpait avec un petit couteau. Pour les monuments ou stèles il  traçait le contour des signes  sur la pierre qui étaient ensuite gravés  Le calame est un morceau de jonc souple dont le bout mâchonné pour former un petit pinceau. Attention >Il ne faut pas  le confondre avec le calame en roseau qui fait office de stylo plume


 Ensuite il y avait le godet à eau additionnée de gomme d'acacia  dans lequel le scribe passait son pinceau Ensuite il passait son instrument détrempé d'eau sur les pigments contenus dans les cupules placées au bout de la palette.
On trouve aussi un mortier pour réduire en poudre les pigments à encre et un encrier
Le scribe avait aussi
un polissoir à papyrus qui servait  à travailler le papyrus afin de le rendre lisse pour être utilisé  ou réutilisé après grattage du vieux texte
Le texte était gommé  à l’aide des bâtonnets de grés

 

 

Et enfin le scribe possédait un  sceau  En effet les papyrus  étaient scellés avec des cachets d'argile . Le sceau inviolé garantissant l’intégrité du document .

 


Le tout était conservé dans un pochette en cuir généralement
La position du Scribe

Nous connaissons tous la position du scribe écrivant, assis en lotus avec le registre sur les genou Cette position a été reprise par divers grands personnages qui ainsi veulent se  faire passer pour des lettrés.

 

Dans cette position il écrit en lignes horizontales en commençant par la droite  Toutefois le scribe peut adopter d’autres positions. il peut
 

 

être courbé ou posant un genou à terre, tenant le rouleau de papyrus dans la main gauche. Cette position est adaptée à une écriture en colonnes verticales de haut en bas et de droite à gauche, puisque le rouleau se déroule vers la gauche. Il faut savoir que l’ancien «égyptien s’écrit de gauche a droite de droite à gauche de haut en bas ou de bas en haut. C’est simple il faut trouver le début du texte et là on devine comment lire le texte
 


Je peux vous en parler  car j ai pratiqué l’ancien égyptien ( pour les beaux yeux d’une charmante damoiselle pendant 3 ans entre 1974 et 1977  qui m’ gentiment plaqué par la suite donc il m’ en reste encore quelques éléments ).Rappelez-vous 1976 et la visite d’état de  Ramsès II à Paris accueillie par la Garde républicaine . Son séjour fut ponctué de nombreuses visites à des Radios  pour voir le mal dont il souffrait. Rien de grave  seulement de l’ arthrite  De profil sur les photos en VGE et Ramsès on pouvait se tromper seule la couleur des cheveux de Ramsès II roux permettait de faire la différence .
La tenue du scribe est bien particulière : il porte toujours un pagne court trapézoïdal, et ses cheveux sont coupés courts, en calotte.

 

 


 

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3491491
Nb de visiteurs aujourd'hui:593
Nb de connectés:20