Belgique Fort Eben-Emael

Article écrit par : Jean Marie Brams et André Dalemans

Mis en ligne le 30/10/2012 à 22:19:30




Le nouveau fort d’Eben-Emael
Position fortifiée de Liège
Bassenge - Province de Liège - Belgique

Par Jean-Marie Brams  avec la collaboration d’André Dalemans


 

 

Historique

Depuis plusieurs siècles, le caractère géographique de la « trouée de Visé » constituait un axe favorable à toute progression militaire entre l’Allemagne et la France.
D’importantes tensions subsistent entre les grandes puissances européennes depuis la guerre franco-allemande de 1870-1871. Pour pallier à toute invasion de la Belgique lors d’un conflit entre la France et l’Allemagne, il fut décidé de construire une ceinture de forts autour de la ville stratégique de Liège (PFL – Position fortifiée de Liège) et de Namur (PFN). La position fortifiée d’Anvers (Antwerpen) fût aussi renforcée.
Entre 1888 et 1892, 12 forts furent construits autour de Liège sous la direction du Général Henri-Alexis Brialmont. Cette ceinture était incomplète. La « trouée de Visé » n’était pas entièrement protégée par les forts liégeois et Brialmont ne fût pas suivi dans son projet de construire un fort supplémentaire pour remédier à cette situation. L’aile droite de l’attaque allemande d’août 1914 s’engouffra d’ailleurs par cette trouée.
Une commission militaire spéciale fut créée en 1926 afin d’examiner si une modernisation des forts liégeois était justifiée. Elle décida la construction d’un nouveau fort sur un point stratégique situé à proximité d’Eben-Emael et destiné à verrouiller la « trouée de Visé » et à protéger les environs de Liège.
La construction du fort débuta en 1932 et le gros œuvre fût terminé en 1935. Les travaux de finition et d’adaptation se poursuivront jusqu’à l’attaque du fort le 10 mai 1940.
Des experts militaires de différents pays l’ont visité et ont déclaré que c’était un des plus puissants forts d’Europe et qu’il était imprenable.
La possibilité d'atterrir sur le fort était connue et révélée par le Major Decoux et confirmée par un aviateur. De plus, l’emploi tactique de parachutistes allemands lors de l’invasion des Sudètes en 1938 et de la Norvège en avril 1940 était connu mais rien n’a été réalisé pour parer à une telle éventualité.
Le fort était vu par certaines autorités militaires dont le Major Jottrand commandant les lieux comme une sorte de pénitencier. Des officiers derniers de promotion ou punis étaient désignés pour le fort alors que d’autres étaient des réservistes. Les sous-officiers et les soldats mal notés à la PFL y étaient mutés.
La garnison avait mauvaise presse, était considérée comme indisciplinée et manquait de conscience professionnelle et de moral. L’instruction était insuffisante et une grande part de la garnison n’avait jamais tiré d’obus réels. De plus, le matériel était incomplet (périscopes), mal mis au point ou tombait en panne.
A l’aube du 10 mai 1940, les Allemands allaient, cinq minutes avant l’offensive à l’ouest, attaquer le fort non par la voie terrestre qui était inadéquate mais par la voie des airs en déposant, au moyen de planeurs d’assaut sur l’immense plaine du fort, des troupes et du matériel inédits (charges creuses de 12,5 et 50 kg) (1).
Une grande partie des moyens défensifs  (j'emploie le terme defensif au lieu d'offensif  car le but du fort était de défendre et non d'attaquer ) furent mis hors d’usage durant les 15 premieres minutes de l'attaque alors qu’elle devait être réalisée en 60 minutes maximum et, 31 heures plus tard, la garnison se rendait après encerclement du fort.

Vue Aerienne Google

 

Description du fort
 

 Plan d'ensemble du Fort  Plan d'ensemble du Fort pendant attaque Mai 1940

Le fort, construit dans une montagne de tuffeau sur 3 niveaux, se présente sous forme générale d’un triangle irrégulier large de 750 m et haut de 950 m. La superficie totale du domaine militaire s’élève à 75 ha dont 40 pour le massif central.
Sur le côté nord-est du fort coule le canal Albert large de 54 m. Il traverse la tranchée de Caster longue de plus de 1.500 m et haute de 60 constituant un obstacle impressionnant.
Du côté nord-ouest un fossé humide dont les terrains voisins peuvent être inondés par le Geer limite l’accès au fort.
Un long fossé sec antichar borde les côtés sud et est. Cette défense est renforcée de réseaux de barbelés et d’obstacles antichars.
L’armement du fort se base sur 2 batteries.
- La première batterie occupant la partie supérieure du fort comprend les ouvrages d’artillerie à longue portée et de
défense de la superstructure (2) : Cu 120, Cu Nord, Cu Sud, Vi 1, Vi 2, Ma 1, Ma 2, Mi Nord et Mi Sud. Les
casemates orientées vers le nord (Ma 1 et Ma 2) et le sud (Vi 1 et Vi 1) peuvent battre rapidement un terrain
prédéterminé.
- La deuxième batterie comprend les bunkers de défense rapprochée occupant la partie basse du pourtour du fort :
Bloc 1, Bloc 2, Bloc Canal Nord, Bloc Canal Sud, Bloc 01, Bloc 4, Bloc 5 et Bloc 6.
La puissance de feu maximale du fort permet d’envoyer 2.100 kg de projectiles à la minute.
Les rives ouest du canal Albert et de la Meuse sont défendues par une ligne de bunkers complétée par des ouvrages de campagne. Quatre-vingt-dix pièces d’artillerie de campagne dispersées dans les environs sont pointées sur les ponts de la Meuse et du Canal Albert. Selon le Commandement de l’Armée belge, l’ensemble du dispositif suffit à stopper toute invasion terrestre de l’armée allemande.

Plans divers Plans divers

 

Le niveau 0 (-45 à -60 m sous le niveau supérieur)

Il est occupé par la caserne souterraine destinée à l’hébergement de 1.198 soldats. L’accès de fait de plain pied par le Bloc 1. La caserne se compose notamment de : 1 centrale électrique, 3 salles des machines (6 moteurs de 175 CV), 1 citerne à mazout, 1 cheminée d'évacuation d’air avec 2 ventilateurs et un filtre à air, des ateliers, des magasins, des dépôts, des commodités, des armureries, 1 lavoir, des douches, 1 local de télécommunication, 1 infirmerie, 1 salle d’opération, 2 salles des malades, 1 local de stérilisation, de nombreuses chambres, le bureau du commandant, des bureaux d’administration, 2 cuisines, mess, puits … Ce niveau est relié au niveau intermédiaire par 1 ascenseur et 2 escaliers et comprend tout ce qui est nécessaire pour résister pendant une longue période sans aide extérieure.

Le niveau 1 ou niveau intermédiaire (-20 à -25 m sous le niveau supérieur)

Il comprend 5,5 Km de galeries conduisant au PC, aux bureaux de tir, aux salles des filtres, aux pieds des puits des casemates, des coupoles et autres ouvrages du niveau 2 situés entre 18 et 25 m plus haut, aux dépôts de munitions et à tous les ouvrages de défense du niveau 0. Il est doté de 2 moteurs de 115 CV relié à la prise d'air principale et de 3 autres prises d'air de secours.
Dix-neuf minutes de marche dans des galeries sép arent le Bloc 1 (entrée) et le Bloc 01 (observatoire Eb 1).

Le niveau 2 ou niveau supérieur (superstructure du fort)

Cp 120 : Coupole mobile avec 2 canons FRC modèle 1931 de 120 mm d’une portée de 17,5 Km sur 360°.


 

Cp Nord : Coupole mobile éclipsable avec 2 canons de 75 mm court modèle 1934 d’une portée de 10,1 Km sur 360° et FM pour la défense du débouché d’infanterie. Cp Sud (Bloc 5) : Coupole mobile éclipsable avec 2 canons de 75 mm court d’une portée de portée 10,1 Km sur 360°.

Cp 120 : Coupole mobile avec 2 canons FRC modèle 1931 de 120 mm d’une portée de 17,5 Km sur 360°.

Coupole de 120mm

 

Chariot Munitions 120mm Chariot Munitions 75mm


Cp Nord : Coupole mobile éclipsable avec 2 canons de 75 mm court modèle 1934 d’une portée de 10,1 Km sur 360° et FM pour la défense du débouché d’infanterie.
Cp Sud (Bloc 5) : Coupole mobile éclipsable avec 2 canons de 75 mm court d’une portée de portée 10,1 Km sur 360°.

Ma 1 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km Ma 2 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km et d’1 cloche d’observation d’artillerie avec périscope (Eb 3).


Ma 1 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km.
Ma 2 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km et d’1 cloche d’observation d’artillerie avec périscope (Eb 3).

Vi 1 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km. Vi 2 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km.


Vi 1 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km.
Vi 2 : Casemate équipée de 3 canons GP de 75 mm long d’une portée de 11 Km.

Mi Nord : Casemate équipée de 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, de 2 phares, 1 FM pour la défense du débouché d’infanterie et d’1 cloche d’observation d’artillerie (Eb 2). Mi Sud : Casemate équipée de 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, de 3 phares et d’1 cloche d’observation. Une sortie de secour


Mi Nord : Casemate équipée de 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, de 2 phares, 1 FM pour la défense du débouché d’infanterie et d’1 cloche d’observation d’artillerie (Eb 2).
Mi Sud : Casemate équipée de 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, de 3 phares et d’1 cloche d’observation. Une sortie de secours.
Mi CA : Position antiaérienne à 4 Mi Maxim sur trépied.
Leurres : Trois fausses coupoles de 6 m de diamètre.

Bloc cheminée.

Pourtour du fort
 

Bloc 1 : Deux canons antichars de 60 mm d’une portée de 3 Km, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 FM pour la défense de la poterne, 1 pont escamotable libérant un fossé, 1 grille double, 2 phares et d’1 cloche d’observation. Bloc 2 : Deux canons antichars de 60 mm, 2 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 FM pour la défense du débouché d’infanterie, 2 phares et d’1 cloche d’observation

Bloc 1 : Deux canons antichars de 60 mm d’une portée de 3 Km, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 FM pour la défense de la poterne, 1 pont escamotable libérant un fossé, 1 grille double, 2 phares et d’1 cloche d’observation.
Bloc 2 : Deux canons antichars de 60 mm, 2 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 FM pour la défense du débouché d’infanterie, 2 phares et d’1 cloche d’observation.

Bloc Canal Nord : Un canon antichars, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 cloche avec 1 FM, 2 phares et 1 cloche d’observation. Bloc Canal Sud : Un canon antichars, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 cloche avec 1 FM, 2 phares et 1 cloche d’observation. Une sortie de secours.


Bloc Canal Nord : Un canon antichars, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 cloche avec 1 FM, 2 phares et 1 cloche d’observation.Une sortie de secours
Bloc Canal Sud : Un canon antichars, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 cloche avec 1 FM, 2 phares et 1 cloche d’observation. Une sortie de secours.

Bloc 01 : Un canon antichar de 60 mm, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 2 phares et d’1 cloche d’observation d’artillerie avec périscope (Eb 1). Bloc 4 : Deux canons antichars de 60 mm, 2 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 2 phares et d’1 cloche d’observation. Une sortie de secours


Bloc 01 : Un canon antichar de 60 mm, 3 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 2 phares et d’1 cloche d’observation d’artillerie avec périscope (Eb 1).
Bloc 4 : Deux canons antichars de 60 mm, 2 affûts réversibles pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 2 phares et d’1 cloche d’observation. Une sortie de secours.

Bloc 5 (Cp Sud) : Un canon antichars de 60 mm, 1 affût réversible pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 phare et 1 cloche d’observation. Bloc 6 : Deuxcanons antichars de 60 mm, 1 affût réversible pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 phare et 1 cloche d’observation. 1 sortie de secours.

Bloc 5 (Cp Sud) : Un canon antichars de 60 mm, 1 affût réversible pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 phare et 1 cloche d’observation.
Bloc 6 : Deux
canons antichars de 60 mm, 1 affût réversible pour 2 mitrailleuses lourdes Maxim, 1 phare et 1 cloche d’observation. 1 sortie de secours.
Fossés antichars : Un fossé humide entre le Bloc 2 et le canal Albert et un fossé sec entre la tranchée de Caster et le Bloc 1.

Autres moyens :

14 trous pour guetteurs sont dispersés sur le fort.
6 postes d’observation de campagne se situent dans les environs du fort.

 

Conclusion

Impressionnant, le fort l’est toujours. Invulnérable, il ne l’était pas. En 15 minutes, une attaque aéroportée comptant moins de 100 hommes l’a mis à genou en le privant de 80% de son potentiel de surface. Les derniers 20% donnèrent énormément de fils à retordre aux attaquants jusqu’à la reddition.
Le drame du fort est autant du à l’application de techniques d’attaque inédites pourtant prévisibles qu’à des causes humaines propres à la garnison du fort taxée d’un certain manque d’aptitude au commandement et d’initiative des échelons supérieurs ainsi qu’au manque de discipline d’une partie de la troupe. De plus, à l’exception de quelques barbelés, de la Cp 120, du hangar et des buts du terrain de football, aucun obstacle n’empêchait l’atterrissage d’avions, de planeurs et de parachutistes.
L’histoire ne doit pas oublier que de nombreux soldats de la garnison ont fait preuve d'acharnement, de courage et d’initiative au combat. De nombreux hommes se sont comportés en héros alors qu’ils savaient leur cause perdue.

NB : Toute erreur constatée peut être signalée pour améliorer le présent article. Malgré sa longueur, nous savons notre article incomplet. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez consulter les livres :
- « CHAMPS DE BATAILLE DE LA BELGIQUE 3 – FORT EBEN-EMAEL – MAI 1940 » de T. Saunders – Editions De Krijger, Dorpstraat 144, B-9420 Erpe - de.krijger@priximedia.be
- « LA POSITION FORTIFIEE DE LIEGE – LES NOUVEAUX FORTS » de E. Coenen et F. Vernier – Editions De Krijger.

Visites du fort : Consulter le site «www.fortissimus.be» ou contacter par mail « info@fortissimus.be ».

Remerciements : Ils s’adressent à André Dalemans, guide de la fortification, pour la patience dont il a fait preuve lors de mes visites. Sa documentation m’a permis de compléter la plupart des plans.
site :www.fort-eben-emael.be  courriel: secretariat@fort-eben-emael.be

Photoscope - © JMBrams - 04-03-2009, 22-03-2009, 27-03-2010, 29-05-2010 et 28-08-2011.

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3428154
Nb de visiteurs aujourd'hui:246
Nb de connectés:23