Japon Les Grandes Batailles de son Histoire

Article écrit par : Jean Marie Mortier

Mis en ligne le 17/08/2011 à 08:27:39



Japon Les Grandes Batailles de son Histoire
English Transaltion
Jean Marie Mortier



LES BATAILLES
:
Elément fort de l'histoire du japon, les batailles ont été très différentes selon les époques et les régions. Derrière cette évolution, c'est un changement important de la société Japonaise qui se reflète.
Les combats de l'élite guerrière restreinte de l'époque Kamakura (1185) traduisent une volonté d'expansion du seul clan. Les affrontements sont le fait principalement de Samouraïs, combattant à cheval et se provoquant en duel singulier.
Au contraire, les grandes batailles de l'unification du Japon (1570) reflètent la volonté de vraies valeurs nationales. Au delà des clans de seigneurs, il s'agit surtout d'armées populaires de fantassins, commandés par des officiers samouraïs, où les armes à feu utilisées massivement conduisent à de véritables batailles rangées.


LA BATAILLE D'ICHI NO TANI (14 Février 1184)


Grande bataille de la guerre de Gempei qui opposa les Taïra et les Minamoto pour le contrôle du Japon après la disparition de Taïra Kyomori, quelques années auparavant. Cette bataille sera l'occasion de démontrer le génie militaire de Minamoto no Yoshitsune, qui remporta la victoire malgré une armée bien moins nombreuse, et moins bien préparée.
Après les violents combats livrés à Kyôto et la fuite des Taira en 1183, ces derniers n'eurent de cesse de préparer leur vengeance et leur retour dans la capitale Impériale. Ayant rassemblé de nombreuses troupes parmi les clans de l'Ouest restés fidèles, il se préparèrent à embarquer leur troupe près de l'embarcadère d'Ichi no Tani pour attaquer les Minamoto.
C'est à ce moment que le jeune Minamoto no Yoshitsune les prit par surprise. Il attaqua les arrières du camp Taira, en descendant d'une crête abrupte. Les forces Taira désorganisées et incapables de manœuvrer dans un espace réduit se sauvèrent par bateau. Taira Tadamori, le chef des Taira fut tué et une partie de son armée décimée. Avec des effectifs bien inférieurs, Minamoto no Yoshitsune fit ainsi la preuve de son génie militaire et de son sens inné de l'action.

DAN-NO-URA : (25 avril 1185


Cet affrontement est l'un des épisodes les plus dramatiques de l'histoire du Japon. Il marque à la fois la fin du règne de la Cour Impériale raffinée et l'avènement des Bushis qui vont régner sur le Japon pour 7 siècles. Il s'agit, également de la seule grande bataille navale pour une nation qui n'était pas fondamentalement une puissance maritime.
En 1160, Taira no Kiyomori bat le clan Minamoto à la bataille de Heiji no ran. Mais quelques rescapés Minamoto vont durant des années reconstruire une armée pour prendre leur revanche. 7 ans après la mort de Taira no Kiyomori, il décident d'affronter le clan Taira sur mer, afin de compenser leur infériorité numérique. Il choisissent la passe de Shimonoseki (détroit qui sépare les îles de Honshu et Kyushu) dont les forts courants de marée vont drosser contre les rochers les barques du clan Taira. Episode tragique, le jeune Empereur enfant Antoku meurt dans les bras de sa grand-mère qui se jette dans les flots pour ne pas tomber aux mains le l'ennemi.
Le clan Taïra est défait et perd ainsi le pouvoir. Le général des Minamoto, Minamoto no Yoritomo, va ainsi devenir le premier Shogun de l'histoire du Japon, inaugurant l'ère de Kamakura, celle des Bushis.



PREMIERE INVASION MONGOLE : (19 Novembre 1274)


Episode traumatisant pour le Japon, celui de la première tentative d'invasion du pays par un peuple étranger : les Mongols. En 1268, après avoir ravagé la Chine des Song et la Corée, Kubilay Khân, empereur des Mongols décide de soumettre le Japon. Après plusieurs ultimatums, il décida d'envoyer une flotte militaire.
Le 19 Novembre 1274, la flotte mongole de 900 bateaux et 44.000 soldats et marins aborde la baie de Hakata (Nord-Ouest de Kyushu). Le combat est très inégal. Aux forces d'infanterie mongoles très entraînées, épaulées par des catapultes et des armes à longue portée sont opposés des samouraïs à cheval, se battant seuls en combat singulier.
La journée fut très lourde en pertes pour les Japonais, et le soir venu, le moral tomba au plus bas. Mais durant la nuit un typhon se leva et obligea la flotte mongole à battre en retraite et à quitter le Japon. Le "Vent des Dieux " (Kamikaze) avait protégé miraculeusement le Japon, mais l'affrontement restait une défaite militaire pour les samouraïs japonais.

DEUXIEME INVASION MONGOLE : (23 Juin - 15 Août 1281)


Comme les Samouraïs le redoutaient, les Mongols reprirent la mer 7 ans après leur première attaque pour envahir à nouveau le Japon. Entre temps, le shogunat s'était préparé : construction d'un rempart le long des côtes Ouest de Kyushu, mise en chantier d'embarcations légères pour attaquer les jonques, larges dépôts d'armes.
Le 23 Juin 1281, une armada bien plus terrible que la première fois, forte de 50.000 mongols et 100.000 soldats chinois arriva en vue des côtes d'Hakozaki. De leur côté, les grands seigneurs Japonais avaient envoyé des armées entières de Bushis. Le premier choc fut violent. Les Japonais attaquèrent tout de suite les navires, en les incendiant et en coulant certains. Une partie de l'armée Mongole ne réussit pas à débarquer.
La bataille terrestre eut néanmoins lieu, et dura environ 50 jours. Sans réussir à prendre d'avantage décisif dans la bataille, les Mongols savaient que le temps jouait contre eux, les forces Japonaises étant constamment ravitaillées en guerriers et en nourriture. Et pour la deuxième fois, un typhon se leva et se déchaîna durant deux jours (15 et 16 Août 1281). Une fois de plus les Kamis (Dieux) du Japon avaient protégé le pays en envoyant ce vent divin (Kamikaze)
Kubilai Khan perdit cette fois presque toute son armée d'invasion. Il songea à attaquer une troisième fois, mais les seigneurs Mongols s'y opposèrent farouchement. Le japon était préservé de toute attaque extérieure pour les 7 siècles à venir

 



OKEHAZAMA (12 Juin 1560):


Premier fait d'armes spectaculaire de Oda Nobunaga, alors seigneur d'un petit domaine, sans valeur stratégique. Cette bataille devait révéler les talents stratégiques et l'esprit d'audace et d'initiative que le futur maître du Japon allait utiliser dans ses campagnes.
Un grand seigneur de la guerre Imagawa Yoshimoto ayant pris la direction de Kyôto pour la soumettre militairement, traversa le petit domaine des Oda. Le jeune Seigneur ne disposait que de 3.000 hommes (Bushis, paysans) mal équipés face aux 25.000 Bushis d'Imagawa. Plutôt que de livrer un combat frontal défavorable, Oda Nobunaga préféra la ruse. Il attaqua de façon préventive son ennemi dans ses cantonnements, en utilisant une tempête pour masquer son avance. L'irruption au petit matin dans le camp adverse, la capture immédiate d'Imagawa Yoshimoto et sa mort provoquèrent la déroute de ses soldats.
Cette victoire permit à Oda Nobunaga d'agrandir tout d'un coup son domaine, et de débuter sa course du pouvoir. Cette bataille par son aspect téméraire et audacieux est restée très connue au Japon. De nombreux contes et pièces de théâtre ont raconté cet exploit.



KAWANAKAJIMA (1553-1564) :


Série de batailles restées célèbres entre deux des plus grands généraux du Japon : Takeda Shingen et Uesugi Kenshin. A une époque où l'unité du pays restait à faire, chacun des chefs de clan voulait être le maître militaire du Japon. Pour cela la prise de la capitale, Kyôto, s'imposait.
Takeda Shingen pour agrandir la puissance de son clan, et parvenir à réunir une armée puissante attaqua son voisin, Uesugi Kenshin. La force similaire des troupes de chaque camp, et les tactiques de combat très proches, vont faire durer les affrontements durant......11 ans ! En 1553, 1555, 1557, 1561 et 1564, les deux hommes vont se combattre sur les champs de bataille sans véritablement se départager.
La dernière bataille de Kawanakajima en 1564 va enfin voir la victoire de Takeda Shingen sur son adversaire, après un affrontement direct (et physique) entre les deux généraux. Mais cette période de combats épuisants eut surtout comme conséquence l'affaiblissement des deux camps, leur barrant ainsi la route du pouvoir suprême du Japon au bénéfice d’Oda Nobunaga.


ANEGAWA (30 Juillet 1570):


Autre grande victoire d’Oda Nobunaga qui lui permit de consolider son pouvoir après son installation à Kyôto deux ans auparavant. Encore une fois le génie militaire de Nobunaga allait lui permettre de défaire des ennemis plus nombreux et mieux organisés que lui.
Parmi les grands Daimyos du pays, Asakura Yoshikage contestait le nouveau seigneur du Japon. Cela donna un prétexte à Nobunaga pour l'attaquer dans son fief d'Echizen. Mais pour atteindre cette province il devait traverser l'Ômi. Cette province était dirigée par son propre beau-frère, Asai Nagamasa, qui contre toute attente prit le parti de Asakura. Oda Nobunaga se retrouva alors pris au piège, coincé entre deux armées puissantes. Pour s'en sortir, il décida alors de diviser son armée en de nombreux groupes qui rentrèrent à Kyôto par des chemins tous différents.
Arrivé à Kyôto sans encombre, Nobunaga rassembla autour de lui ses deux plus grands généraux, Toyotomi Hideyoshi et Tokugawa Ieyasu et affronta le 30 Juillet 1570 à Anegawa ses deux ennemis : Asakura Yoshikage et Asai Nagasama. Ce fut Tokugawa Ieyasu qui décida de la bataille en lançant une violente offensive sur le flanc de l'ennemi. Les clans Asakura et Asai doivent conclure une trêve qui durera 3 ans.

 

NAGASHINO : [29 Juin 1575]


La bataille de Nagashino, est célèbre pour la percée technologique qu'elle représente, et donc la nouvelle stratégie qu'elle emploie. La première utilisation massive de l'infanterie et de mousquets face à des troupes utilisant traditionnellement la cavalerie va changer les règles du combat au Japon.
En Juin 1575, Oda Nobunaga réalisant l'unification du Japon, se heurte au fils du brillant général Takeda Shingen. La position géographique qu'occupe le clan Takeda est stratégique pour le plan de Nobunaga. Se dernier s'allie donc avec un jeune général Tokugawa Ieyasu, et fort de 40.000 hommes, affronte la célèbre cavalerie lourde du clan Ikeda.
Le trait de génie de cette bataille va être l'utilisation massive de 3.000 mousquets en 3 vagues complémentaires qui vont décimer les charges de cavaliers Ikeda, et anéantir le clan entier. Pour la première fois, une armée composée de fantassins (Ashigarus) va triompher d'une force de Bushis à cheval. La bataille de Nagashino a été racontée dans le film "Kagemusha" d'Akira Kurosawa (1980).

LA BATAILLE DE MIKATAGAHARA (22 Janvier 1572) :


Epique bataille qui vit s'affronter deux grands généraux de la période "Sengoku" : Tokugawa Ieyasu et Takeda Shingen. Ce dernier souhaitait s'emparer de la province de Tôtômi. Pour mener à bien son projet, il choisit d'isoler Tokugawa Ieyasu pour ensuite le vaincre. Il divisa donc son armée en deux. La première tint tête aux troupes d’Oda Nobunaga et la deuxième se dirigea vers le château de Hamamatsu, quartier général d’Ieyasu.
Après avoir pris le château de Futama, les troupes de Takeda Shingen arrivèrent dans la plaine de Mikata, située au nord du château de Tokugawa Ieyasu. Ce dernier effectua alors une sortie et plaça ses troupes en ligne face à son adversaire. Takeda Shingen possédait 30.000 hommes, et son adversaire seulement 11.000. Dés 16 Heures les combats commencèrent. Shingen choisit de briser l'aile gauche de son adversaire et lance sa légendaire cavalerie lourde. Seul Honda Tadakatsu parvient à résister, mais une partie des troupes d’Ieyasu est déjà désorganisée. Avec des troupes fraîches, Shingen repart à l'assaut du corps principal désormais privé de flanc gauche.
A la tombée de la nuit, la bataille est perdue pour Tokugawa Ieyasu. Il ne doit son salut qu'au courage d'un de ses lieutenants, Natsume Yoshinobu, qui se sacrifie pour lui permettre de rentrer au château de Hamamatsu. Pour éviter la chute de son château, Ieyasu utilise une ruse. Il laisse les portes de son château ouvertes, et fait sonner un immense Taîko (tambour de guerre). Ses poursuivants redoutant un piège préfèrent rebrousser chemin. Cette bataille couronna le génie militaire de Takeda Shingen, et révéla la ruse de Tokugawa Ieyasu

LE SIEGE DU ISHIYAMA HONGAJI (1576-1580)


Plus qu'une bataille, la campagne de 4 longues années menée par Oda Nobunaga contre les sectes religieuses Ikko-Ikki d'Osaka décrivent la formidable résistance qu'opposèrent les moines fanatiques à la volonté d'unification du pays. Dés 1576, le nouveau maître du Japon essaya de réduire la forteresse de l’Ishiyama Hongaji, temple fortifié installé sur plusieurs petites îles, dans la baie d'Osaka.
Après une première défaite, en Mai 1576, Nobunaga décida d'isoler la forteresse de ses alliés du sud d'Osaka, dans la province de Kii. Dans le même temps, il reprit la conquête des voies maritimes grâce à la victoire de Kizugawaguchi. Isolée par terre comme par mer, la citadelle du Hishiyama Hongaji ne pouvait plus compter que sur elle-même.
Shimotsuma Nakayuki, le prêtre-général défendant la citadelle, décida de tenir le plus longtemps possible. Jour après jour, les assauts et les contre-attaques se succédèrent, et ce durant des mois. Mais le niveau des provisions et des munitions faiblissant dangereusement, Shimotsuma accepta de se rendre, finalement, en Août 1580. Avec la chute de l’Iishiyama Hongaji, se terminait la longue résistance des sectes Ikko-Ikki.


LA BATAILLE DE YAMAZAKI (13 Juin 1582) :


Cette bataille va consacrer la prise en main du pouvoir par Toyotomi Hideyoshi et par la même son accession au pouvoir pour 16 ans. Si la bataille est équilibrée au niveau des troupes, elle ne l'est pas au niveau des généraux. Au brillant Hideyoshi s'oppose un général d'armée courageux et intelligent, Akechi Mitsuhide, mais auquel il manque le génie de la stratégie propre à son adversaire.
Tout commence le 01 Juin, avec l'assassinat d’Oda Nobunaga, premier unificateur du Japon, par un de ses généraux : Akechi Mitsuhide. Ce dernier aurait agi par vengeance pour le meurtre de sa mère provoqué par Nobunaga et les humiliations répétées de ce dernier. Son seigneur assassiné, Mitsuhide se fait proclamer Shogun et cherche à asseoir son pouvoir. Mais Toyotomi Hideyoshi réagit rapidement. Aidé par les clans Oda et Niwa, il bloque l'armée de Akechi près de Kyôto, à proximité du mont Tennu.
La stratégie de Hideyoshi est de bloquer son adversaire le long de la rivière Enmeiji, en contournant son flanc droit. La manœuvre d'encerclement réussit parfaitement. Encerclés, les troupes d'Akechi Mitsuhide se démoralisent. La bataille ne dure que deux heures. A 5 heures, comprenant que tout est perdu, Akechi Mitsuhide s'enfuit en direction de son château de Sakamoto. Mais bloqué par les nombreuses de Hideyoshi, sa fuite s'arrête au bout du deuxième jour dans un champ, où reconnut par des paysans, il succombe sous leurs coups.


LA BATAILLE DE SHIZUGATAKE (11 Juin 1583)


Un an après la mort de son maître, Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi, va pouvoir revendiquer totalement l'héritage du clan Oda, en battant Shibata Katsuie à la bataille de Shizugatake. Avec la disparition de ce dernier opposant, l'ensemble des domaines et des vassaux du clan Oda tombe définitivement dans les mains de Hideyoshi, terminant ainsi la guerre de succession.
Pourtant, c'est Shibata Katsuie qui déclenche les hostilités, après une période de forte tension entre les deux hommes. Il envoie son neveu, Sakuma Morimasa, attaquer les forteresses que Hideyoshi a fait construire face au clan Shibata. Le jeune général réussit à capturer une première citadelle, Iwasaki-Yama, mais se heurte à une forte résistance à celle de Shizugatake. Il doit alors tenir un siège au pied de la forteresse. Ce temps perdu permet à Hideyoshi d'arriver avec 20.000 hommes.
Le 15 Juin 1583, Hideyoshi lance ses troupes, et 7 généraux vont se distinguer particulièrement : Katô Kiyomasa et Fukushima Masanori resteront parmi les plus connus. En quelques heures, les troupes du clan Shibata sont bousculées et préfèrent prendre la fuite en abandonnant armes et armures. Shibata Katsuie voit arriver quelques jours plus tard, au pied de son château de Kita No Shô, les fuyards. Il comprend alors qu'il a perdu et préfère se faire Seppuku plutôt que d'être pris par Toyotomi Hideyoshi


LA BATAILLE DE NAGAKUTE (14 Avril 1584)


Symbole de la rivalité entre deux des plus grands généraux du Japon de l'ère Momoyama, cette bataille va opposer Toyotomi Hideyoshi et Tokugawa Ieyasu. Deux ans après la mort de son maître Oda Nobunaga, le pouvoir absolu de Hideyoshi n'est toujours pas totalement établi. Devant lui se dresse le plus grand des seigneurs de guerre : Tokugawa Ieyasu qui n'entend pas abandonner tous les pouvoirs à son adversaire.
Commencée quelques semaines plus tôt à Komaki, la bataille de Nagakute débute par une attaque surprise de l'arrière garde des troupes de Hideyoshi en route vers la province de Mikawa. Hori Hidemasa, commandant la troisième armée de Hideyoshi, décide de faire face aux 9.000 hommes d’Ieyasu. Mais il prend de plein fouet toute la puissance de feu des arquebusiers Tokugawa.
Peu de temps après, l'un des grands généraux de Hideyoshi, Môri Nagayoshi, tentant une diversion est fauché avec son état-major par une salve de mousquet, précédant de peu la mort de son commandant en chef, Ikeda Nobuteru. Démoralisée et décimée par les tirs de mousquets l'armée de Hideyoshi se retire laissant la victoire à Ieyasu. Celui-ci, en fin stratège, s'en servit pour négocier son allégeance à Hideyoshi, quelques semaines plus tard.



LA BATAILLE D'OKITA NAWATE (5 Mars 1584)


Même si cette bataille n'est pas très connue, elle n'en est pas moins importante. Par ses conséquences, elle va permettre d'incorporer l'île de Kyushu dans la nouvelle nation Japonaise unifiée par Toyotomi Hideyoshi.
L'île de Kyushu échappait depuis très longtemps à l'autorité de Kyôto. Devant l'unification menée par Oda Nobunaga dans l'île principale de Honshû, le clan Shimazu, le plus puissant de Kyushu, décida à son tour d'unifier son île. Pour cela, il devait soumettre deux clans : celui des Otomo et celui des Ryuzoji. La guerre débuta avec ce dernier, conduit par Ryuzoji Takanobu.
Abritées dans des tranchées, les troupes de Shimazu, assistées du clan Arima, menèrent une guerre très moderne face à une attaque frontale très traditionnelle des Ryuzoji. Ceux -ci malgré une forte supériorité numérique furent hachés par le feu des mousquets (Teppô) et perdirent rapidement la bataille. Mais cette victoire attira l'attention de Toyotomi Hideyoshi sur la nouvelle puissance du clan Shimazu. Trois ans plus tard, prétextant une aide au clan Otomo, Hideyoshi envahit Kyushu avec ses troupes, bien décidé à venir à bout de la nouvelle menace que représentait le clan Shimazu.

.



LE SIEGE D'ODAWARA (5 Juillet 1590)


Dernière étape de l'unification du Japon par Toyotomi Hideyoshi, ce siège est resté l'un des plus surprenants de l'histoire du Japon. La forteresse d'Odawara fut conquise en 1494, par Hôjô Nagauji et resta la propriété du clan après la mort d’Uesugi Kenshin, maître de la région. Si la famille Hôjô s'était bien entendu avec Oda Nobunaga, ce ne fut pas la même chose avec son successeur Toyotomi Hideyoshi.
En 1589, Hideyoshi demanda au chef du clan, Hôjô Ujimasa, de se soumettre et de le reconnaître comme suzerain. Devant le refus qu'il lui fut opposé, Hideyoshi décida d'en finir avec le dernier clan qui lui résistait encore. Il réunit tous ses vassaux et encercla le grand château d'Odawara avec 200.000 hommes, par terre, comme par mer. Les 50.000 défenseurs de la garnison résistèrent longtemps, mais la patience de Hideyoshi fut exemplaire. Décidé à attendre aussi longtemps qu'il le faudrait, il fit venir les épouses de ses guerriers, mais également des jongleurs, des musiciens, des danseurs pour passer le temps.
Au bout de 3 mois de siège, un tunnel creusé par des mineurs fit s'écrouler une partie des remparts permettant aux troupes de Hideyoshi de s'engouffrer dans la brèche. Hideyoshi ordonna aux seigneurs Hôjô de se faire Seppuku et donna la forteresse à Tokugawa Ieyasu. Ainsi disparaissaient ses derniers opposants et se terminait l'unification du Japon menée en seulement 8 ans.


LA BATAILLE DE HANSANDO (8 Juillet 1592)


Cet engagement est l'une des nombreuses batailles navales entre les marines Japonaises et Coréennes au cours de la première campagne de Corée en 1592. Tous ces combats furent gagnés par l'amiral Coréen Yi Sun et ses fameux bateaux "tortues" (Kobukson). Ils démontrèrent ainsi la faiblesse navale du Japon et son inadaptation à une guerre maritime moderne.
Après le débarquement réussi de la première armée Japonaise à Pusan, dû en partie à l'effet de surprise, les lourds vaisseaux de transport Japonais furent attaqués par les navires d'attaque Coréen au cours d'une dizaine de raids mortels. Alors que les Japonais n'utilisaient pas de canons sur leurs immenses bateaux, les Coréens, eux, détruisaient à distance de nombreux vaisseaux Japonais.
La bataille de Hansando fut particulièrement meurtrière. Ayant attiré les bateaux Japonais en haute mer, Yi Sun lança ses bateaux tortues (appelés Mekurabune par les Japonais). Se faufilant entre les gros navires, ces embarcations hermétiques, équipées de 20 canons, semaient la destruction autour d'eux. La flotte Japonaise sous le commandement de Wakizaka Yasuharu fut totalement détruite ou capturée, soit 60 navires. Même s'ils ne décidèrent pas du sort de la guerre, ces défaites navales affaiblirent gravement les renforts et l'approvisionnement des troupes Japonaises présentes en Corée


SEKIGAHARA [20 Octobre 1600]
:


Cette bataille est la plus décisive de l'histoire du Japon, car elle achève l'unification du Japon. Elle oppose d'un côté Tokugawa Ieyasu aux partisans de son ancien maître Toyotomi Hideyoshi, après la mort de celui-ci. L'enjeu était le pouvoir militaire, économique et social sur un Japon enfin unifié.
Le 20 Octobre 1600, 210.000 hommes sous une pluie battante vont s'affronter. D'un côté les troupes de Tokugawa appuyées par les clans Sanada, Kuroda, Matsudaira, Naomasa et Ikeda. De l'autre les troupes du fils de Hideyoshi, Hideyori, appuyées par les clans Konishi, Ankokuji, Kobayakawa, Môri, Ukita et Shimazu.
La bataille est très incertaine, et va durer plus de 24 heures. C'est la défection du clan Kobayakawa en faveur de Tokugawa Ieyasu qui va faire basculer la victoire dans l'après-midi du 21 Octobre. Après cette victoire Ieyasu devint le maître incontesté du Japon et instaura une dynastie qui allait durer presque 3 siècles.


LA BATAILLE D'OSAKA (04 Juin 1615)
:


Voici la bataille finale de l'unification du Japon, et ainsi l'avènement sans partage du pouvoir des Tokugawa. 15 ans après la bataille de Sekigahara, Ieyasu Tokugawa s'il a conquis tout le Japon, est toujours tenu par un serment d'allégeance au fils de son ancien maître, Toyotomi Hideyoshi. Ce jeune homme de 22 ans, même s'il a peu de puissance militaire, reste un obstacle moral pour la domination totale, dont rêve Tokugawa Ieyasu.
Le maître du Japon va s'en débarrasser, comme d'habitude, par la ruse. Il laisse passer plusieurs années durant lesquels les anciens fidèles d'Hideyoshi (Asano Nagamasa, Katô Kiyomasa, Maeda Toshinaga) disparaissent. En 1614, il décide d'agir. Devant la menace, le jeune Toyotomi Hideyori reçoit l'appui de milliers de rônins, dont les seigneurs avaient été battus par les Tokugawa. Presque 115.000 Bushis assurent ainsi la défense de la citadelle d'Osaka. La première campagne a lieu durant l'hiver 1614. Les troupes d’Ieyasu ont du mal à pénétrer cette citadelle redoutable, mais la véritable intention de Tokugawa Ieyasu est surtout de signer rapidement un traité de paix, visant à neutraliser les défenses du château.
En Mai 1615, Ieyasu revient avec 200.000 hommes, et encercle la dernière enceinte remise en fonction hâtivement par les défenseurs. Après quelques batailles de position, une offensive majeure a lieu le 06 Juin. Les défenseurs tentent de sortir du château et de percer une brèche dans les troupes assiégeantes. Sanada Yukimura y parvient presque, mais il est tué dans la bataille. Dés lors les troupes d’Ieyasu investissent la forteresse d'Osaka et assiègent le donjon. Le lendemain Toyotomi Hideyori se fait seppuku. Inoue Yasushi raconte parfaitement cette bataille à la fin de son livre "La Dame de Yodo ".









.



 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3464193
Nb de visiteurs aujourd'hui:670
Nb de connectés:24