Hawk (MIM 23)

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 07/05/2010 à 17:57:57



Le Hawk MIM 23
English Translation

 


Historique du HAWK Europeen

Les études consacrées au Hawk (Homing All the Way Killer tueur guidé tout au long de son vol ou aussi Faucon) ont débuté chez Raytheon-Northop sur demande de l'US Army Ordnance Corps aux USA en mars 1953 Les premiers travaux de développement commencent eux environ un an plus tard sous la direction technique de l'Army Rocket and Guided Missile Agency avec un premier tir avec Le prototype XSAM-A-18 réalisé en juin 1955 à White Sands Missile Range en juin 1955.
Le premier bataillon américain est constitué en août 1960.
Entre temps en 1958 les États-Unis proposent aux pays européens de l'OTAN( France, RFA Italie, rejoints ultérieurement par la Belgique et les Pays-Bas ) de fabriquer ce système sous licence en Europe pour l'équipement de leurs forces.
En décembre 1958 se réunit une conférence industrielle, qui se conclut par une proposition contenue dans le document HK 42, ou la charte du Hawk pour l'Europe. Ce document
propose une organisation comprenant :
Un contractant européen (PCE) , la Société européenne de téléguidage
(SETEL), société de droit français, établie à Paris, avec actionnaires des cinq firmes jouant le rôle de premier contractant national ;
Une firme chargée, par mandat rémunéré du PCE, de la direction technique centrale et de la coordination de la production, le futur « Mandat»
Cinq contractants nationaux (PCN).
Ce document fixe également une répartition des fabrications quant aux intentions de commandes des gouvernements.
Les propositions de ce document sont rapidement entérinées par le groupe de
travail de l'OTAN et par les gouvernements intéressés et le 11 juin 1959, le Conseil de l'Atlantique Nord, cautionne la création de l'Organisation de production de l'engin Hawk, qui constitue une agence, organisme subsidiaire autonome de l'OTAN.
Mais il faut attendre le Conseil de l'Atlantique Nord de mai 1962, qui a adopté le Règlement des organisations de production et de logistique de l'OTAN (OPLO),
L'organisation comprend essentiellement un Comité de direction (CD) et un Bureau de gestion (BG), qui est l'exécutif du comité.
L'organisation industrielle a été elle été étudiée par une conférence industrielle en
décembre 1958

 


Les cinq partenaires sont:
Telefunken Gmbh, pour l'Allemagne;
les Ateliers de construction électrique de Charleroi, pour la Belgique;
Thomson-Houston (CFTH) , pour la France;
Finmeccanica, pour l'Italie;
NV Philips, pour les Pays-Bas.
Le nombre des sous-traitants principaux a été très variable d'un pays à l'autre:
RFA 25
Belgique 7
France 12
Italie 12
Pays-Bas 4 (dont 2 filiales de Philips)
Pour la France, on note, outre le rôle du Service des poudres, déjà mentionné, la participation de l'Atelier de construction de Tarbes (ATS) de la DEFA, chargé de la .fabrication de certains éléments et du montage des rampes de lancement. La répartition des fabrications posait des problèmes complexes.
Néanmoins, pour des raisons tenant autant à la politique propre des firmes qu'au désir de sécurité des organismes gouvernementaux, trois chaînes de montage de missiles furent mises en place en France, en Allemagne et en Italie. La chaîne
française fut installée à Salbris. Un seul centre fut retenu pour la recette des batteries complètes en état de marche, le Hawk assembly system check out (HASCO) près de Milan, et deux champs de tir furent utilisés pour les essais: la base Béatrice du CIEES à Hammaguir, au Sahara, et Salto di Quirra, en Sardaigne
Le  Hawk Français

 401e RAA   402e RAA   403e RAA


La France, qui s'était engagée en 1958 sur la base d'un programme de 10 bataillons Hawk, dont 4 pour l'armée de Terre et 6 pour l'armée de l'Air, soit 40 batteries et 2000 missiles, réduisit en fait sa commande à trois bataillons, mais obtint de produire une partie de la commande allemande, d'où une charge de travail nettement plus importante que ne l'aurait permis son financement. Les Pays-Bas, de leur côté, augmentèrent légèrement leur commande initiale. Ces deux modifications nécessitèrent un réajustement de la répartition initiale
La France, devait recevoir quatre bataillons Nike, destinés à l'interception des  avions volant à haute altitude
L'armée de Terre décide de créer, à partir du Centre d'instruction du 485e Groupe d'artillerie antiaérienne, le 721 e Groupe d'artillerie guidée (GAG) à trois bataillons Nike, le quatrième bataillon devant être mis sur pied par l'Armée de l'Air.
Mais sur proposition du SHAPE, il est ensuite prevu que la France reçoive deux bataillons Hawk en lieu et place de deux des bataillons Nike. L'armée de Terre prévoit de les affecter au 721 e GAG de Stetten, déployé au titre de la participation française à la barrière antiaérienne de l'OTAN, et accepte de laisser les Nike à l'armée de l'Air.  Le 721 e GAG prend forme en août 1959, au retour des officiers partis en stage d'instruction sur le Hawk aux États-Unis. Il comporte une participation Air, dans sa
batterie de commandement et de services, dont l'Inspection de l'artillerie souhaite voir précisées les responsabilités, ainsi que la nature de la subordination du GAG au CATAC.
Les matériels sont livrés à Karlsruhe en août et perçus en septembre et octobre.
Néanmoins, le premier tir eut lieu au CIEES le 28 avril 1962, suivi de 10 autres au cours de cette même année et de 17 en 1963. Au total, dans cette phase initiale du programme, 165 tirs d'essai furent effectués, dont 130 au CIEES et 35 à Salto di Querra, en Sardaigne.
Le Hawk est livré aux 401 e, 402e et 403e régiments d'artillerie antiaérienne entre 1963 et 1966.
Le 1er janvier 1963, le 401 e RAA, premier régiment Hawk, part pour Fort Bliss, Texas, suivre, pendant six mois, un stage d'entraînement à l'US Army Air Defense Artillery School.
Les Hawk français font d'abord partie intégrante de la barrière OTAN déployée  en RFA.  Après le retrait français de l'organisation militaire de l'OTAN en 1966, le Hawk assume un rôle essentiel dans la défense du corps de bataille contre l'ennemi aérien.
L'artillerie antiaérienne légère, avec ses canons de 40 mm Bofors et ses bitubes de  30 mm, n'a plus qu'un rôle complémentaire.  Ensuite les deux régiments Hawk vont participer à la défense antiaérienne des bases des Forces aériennes stratégiques : En 1969, des expérimentations tactiques sont menées au 403e RAA sur l'emploi décentralisé du système. Il s'agit de donner plus de souplesse à ce système de défense de zone
Le système d'armes demeure identique jusqu'en 1973 mais l’'évolution de la menace  Entraine une certaine obsolescence du système insuffisance du nombre de missiles sur rampes; missiles non prêts au tir immédiatement; temps de réaction trop long ;
calculateurs analogiques trop lents; vulnérabilité aux brouillages électromagnétiques; manque de fiabilité des iIIuminateurs. Une modernisation du système est alors proposée par Raytheon, sous le nom de Hawk improvement program (HIP), et pour l Europe Hawk european Iimited improvement program (HELlP).
Les programmes HIP et HELlP, qui ont pour but de maintenir la capacité opérationnelle du système au-delà de 1978 avec comme modifications  szq missiles prêts au tir sans préparation (wooden round),  portée et efficacité supérieures à celles des anciennes munitions; nouveau radar d'acquisition à basse altitude, avec un dispositif de traitement des données associé (ICWAR) ;introduction d'un poste de tir de section doté d'un IFF, remplaçant l'ancienne console;automatisation des processus d'engagement, accompagnée de l'adjonction d'un centre de coordination des informations simulateur remise à hauteur des équipements au sol de la batterie.
Le 15 janvier 1974, la France signe l'accord de lancement du HIP, les autres signataires étant la RFA, les Pays-Bas, l'Italie, ainsi que la Grèce et le Danemark.  Les premiers Hawk HIP sont livrés en février 1976.
Le 401° RAA est déclaré opérationnel en février 1977, après une série de tests qui démontrent que, si les délais de réaction ne sont guère raccourcis par rapport à ceux du Hawk de base pour le premier engagement, le HIP apporte des améliorations notables dans la rapidité de mise en œuvre, la fiabilité et la maintenance Sept ans plus tard est conduite une seconde modernisation du Hawk : le Product Improvement Program (PIP).
Le Hawk est retiré en France depuis 2008 Il avait retiré du service des États-Unis en 2002.
Il fut utilisé par les forces françaises au Tchad,où le 7 septembre 1987, il abat un Tupolev-22b libyen à quelques kilomètres de Ndjamena qu'il s'apprêtait à bombarder.

   
  Tu 22 Blinder Internet    Tu 22 Blinder Internet


C’est le seul tir réel d'un système d'arme anti-aérien français depuis la fin de la deuxième guerre mondiale
Les principaux éléments d'une batterie Hawk sont:
Poste de commandement, abri aménagé et climatisé facilement transportable, ou Battery Control Center (BCC) ;

  Internet


Radar d'acquisition à impulsion - Pulse Acquisition Radar (PAR) -, fournissant la détection à grande distance des cibles de grande surface équivalente radar et volant à altitude élevée ;



Radar spécial de télémesure opérant sur une autre fréquence - Range Only Radar (ROR) -, permettant dans certains cas d'intervenir en ambiance de brouillage électronique;

   Internet





Radar de dectection , à faible puissance (200 W) dans la première version (LPIR), à grande puissance (2000 W) à partir de 1963 (HPIR)
- Continuous Wave Acquisition Radar (CWAR) -, assurant la détection des cibles volant à basse altitude et fournissant, par effet Doppler, la vitesse radiale de l'objectif; Interrogateur IFF

LPIR   Internet  HPIR   Internet


2 sections de tir comprenant chacune:3 rampes de lancement à trois missiles chacune;

 
   Internet


Véhicules de transport et de manutention palettes de stockage pour missiles appareils de contrôle pour missiles et équipements au sol.


Un bataillon est constitué de quatre batteries et de réserves

   Internet


Le missile .


Le missile, il a une masse de 570 kg et d'une longueur de 5,1 m, présente un empennage cruciforme de quatre ailes en delta équipées à leurs bords de fuite de larges gouvernes pour le pilotage en tangage et lacet et la stabilisation en roulis.
La tête conique contient l'autodirecteur semi-actif, derrière lequel trouvent place le calculateur électronique de guidage, les équipements inertiels, gyroscope et gyromètres, la source d'énergie, puis la charge explosive et enfin le moteur fusée à poudre à deux étages.
Les missiles Hawk sont livrés à la batterie dans des conteneurs dans lesquels le corps du missile est fixé sur un châssis coulissant, alors que les ailes et gouvernes sont placées dans un cadre installé dans la partie supérieure, et le détonateur et le
dispositif d'allumage du propulseur dans le couvercle.
La portée d'engagement minimum de 2 km, une portée maximale de 25 km, et possédait un volume d'interception de 60 m jusqu'à 11 000 m ..
Le missile est guidé en navigation proportionnelle par l'autodirecteur semi-actif à
onde continue, dès son lancement.
Caractéristiques
Type : Missile antiaérien à guidage radar
Raytheon
Poids : 626 kg
Longueur : 5 120 mm
Diamètre : 356 mm
Envergure : 1 220 mm
Plafond : 30 m – 11 580 m
Vitesse mach 2.4
Portée : 2 /25 kms
Plafond 11 kms
Charge HE de 52/136 kg


Hawk MIM 23
History European HAWK 

 


Studies on the Hawk (Homing All the Way Killer killer guided throughout their flight or as Falcon) started at Raytheon-Northop request of the U.S. Army Ordnance Corps in the U.S. in March 1953 The initial development work starting them About a year later under the technical direction of the Army Rocket and Guided Missile Agency with a first shot with the prototype XSAM-A-18 conducted in June 1955 at White Sands Missile Range in June 1955.
The first U.S. battalion was formed in August 1960.
Meanwhile in 1958 the United States proposes to European countries of NATO (France, Germany Italy, later joined by Belgium and the Netherlands) to make this system under license in Europe to equip their forces.
In December 1958 meets an industry conference, which concludes with a proposal contained in document 42 HK, or the charter of the Hawk for Europe. Retrieved offers an organization comprising:
A contractor Europe (PCE), the European Society of remote control
(SETEL), French company, based in Paris, shareholders with five firms acting as prime contractor national
A responsible company, paid by warrant of PCE, the central technical direction and coordination of production, the future "Mandate"
Five contractors (NCPs).
This document also sets a division of fabrications about the intentions of government orders.
The proposals in this document are quickly endorsed by the group
work of NATO and the governments concerned and June 11, 1959, the Council of the North Atlantic, endorse the creation of the Organization of production of the Hawk missile, which is an agency independent subsidiary body of the NATO.
But it was not until the Council of the North Atlantic in May 1962, which adopted the rules of organizations of production and logistics of NATO (NPLO) The organization essentially comprises a Steering Committee (CD) and a Management Office (BG), which is the executive committee. The industrial organization has been studied by an industry conference in December 1958


The five partners are:
Telefunken GmbH, in Germany;
Workshops electrical Charleroi in Belgium;
Thomson-Houston (CFTH) for France;
Finmeccanica of Italy;
NV Philips for the Netherlands.
The number of main contractors has varied from one country to another:
RFA 25
Belgium 7
France 12
Italy 12
Netherlands 4 (including 2 subsidiaries of Philips)
For France, we note also the role of the Department of powders, already mentioned, participation of the workshop building Tarbes (ATS) of the DEFA, responsible for . manufacture of certain components and assembly of launchers. The distribution of manufacturing posed complex problems. However, for reasons having much to policy of the firms that own desire for security agencies, three assembly lines missiles were introduced in France, Germany and Italy. The chain French was installed Salbris. One center was chosen for the complete recipe batteries in working order, Hawk assembly system checkout (HASCO) near Milan, and two ranges were used for testing: the basis of Beatrice CIEES Hammaguir in the Sahara and Salto di Quirra, Sardinia
French Hawk 

  401e RAA  402e RAA  403e RAA


La France, which had started in 1958 on the basis of a program of 10 Hawk battalions, including 4 for the Army and 6 for the Air Force, 40 missile batteries and 2000, reduced in made his command of three battalions, but got to produce some of the German command, where workload is considerably larger than would be possible financing. The Netherlands, for their part, slightly increased their initial order. These two changes necessitated a readjustment of the initial distribution
La France, was to receive four battalions Nike, designed to intercept  aircraft flying at high altitude
The Army decided to create from the Training Center 485th Air Defense Artillery Group, the 721st Artillery Group tour (GAG) to three battalions Nike, the fourth battalion to be established by the 'Air Force.  But on the SHAPE proposal, then it is anticipated that France receives two Hawk battalions instead of two battalions of Nike. The Army plans to assign them to the 721st GAG Stetten, deployed under the French participation in the anti-air barrier of NATO, and agreed to leave the Nike Air Force.
The 721st GAG takes shape in August 1959, the return of party officers on probation  instruction on the Hawk in the United States. It includes participation Air, in its battery command and services, including inspection of the artillery wishes  specified the responsibilities and the nature of the subordination of the GAG  CATAC.
The materials are delivered in Karlsruhe in August and collected in September and October.  However, the first shooting took place at CIEES April 28, 1962, followed by 10 others during that year and 17 in 1963. Overall, in this initial phase, 165 test shots were made, including 130 at CIEES and 35 in Salto di Querre, Sardinia.  The Hawk is delivered to the 401st, 402nd and 403rd regiments of antiaircraft artillery between  1963 and 1966. On 1 January 1963, the 401st AAR first regiment Hawk departed for Fort Bliss, Texas, followed for six months, a training camp at the U.S. Army Air Defense Artillery School. The
French  Hawk  are part of thefirst NATO deployment barrier  in Germany.
After the withdrawal of French military organization of NATO in 1966, Hawk  plays a key role in defending the body battle against the enemy air.  The light anti-aircraft artillery, with guns of 40 mm Bofors and her twin 30 mm, has a more complementary role.
Then the two regiments Hawk will participate in the Air Defense Forces bases, strategic air: In 1969, experiments were conducted tactical at 403 CEOS Employment decentralized system. These give more flexibility to this system of zone defense
The weapon system remains the same until 1973 but the threath evolution 
Causes some outdated system
insufficient number of missiles on ramps;
Non missiles ready to fire immediately;
response time too long;
analogue computers too slow;
vulnerability to electromagnetic interference;
unreliable iIIuminateurs.
A modernization of the system is then proposed by Raytheon, under the name  Hawk Improvement Program (HIP), and the European Hawk european Iimited improvement program (HELLP).  The HELLP and HIP programs, which aim to maintain the operational capability of the system beyond 1978 with amendments as missiles ready to fire without preparation (wooden round)  scope and efficiency superior to those of old ammunition;  new acquisition radar at low altitude, with a device for processing data associated (ICWAR); introduction of a firing post section with an IFF, replacing the old console; automation process of engagement, with the addition of a center for coordinating information  simulator; reconstitution of ground equipment battery.
On 15 January 1974, France sign agreement to launch the HIP, others  signatories being the FRG, the Netherlands, Italy and Greece and Denmark. The first Hawk HIP is delivered in February 1976.
401° RAA is declared operational in February 1977 after a series of tests that show that if response times are much shortened compared to the basic Hawk for the first commitment, HIP provides significant improvements in rapid implementation, reliability and maintenance
Seven years later is led a second modernization of the Hawk: The Product Improvement Program (PIP). The Hawk is retired in France since 2008 he had retired from service in the United States in 2002.  It was used by French forces in Chad, where September 7, 1987, he shot down a Libyan Tupolev-22b few kilometers from N'Djamena that was preparing to bomb.  It is the only real shot of a system of anti-aircraft gun from the French army since the end o WW2

   
 Tu 22 Blinder  Tu 22 Blinder


The main elements of a battery Hawk are:
Command post shelter constructed and conditioned portable or Battery Control Center (BCC);

   Internet


 Pulse Acquisition Radar (PAR) - providing the  long range detection of targets of large radar and  flying at high altitude;



 

 

Range Only Radar Special radar telemetry operating on another frequency - r (MMR) - in some cases to intervene in atmosphere  electronic jamming; 2 shooting sections, each comprising:

  Internet


Radar tracking and illumination,
Radar acquisition CW - Continuous Wave Acquisition Radar  (CWAR) - ensuring the detection of targets flying at low altitude and providing,  Doppler, radial velocity of the target; IFF interrogator; low power (200 W) in the first version (LPIR), high power (2000 W) from 1963 (HPIR)

LPIR   Internet HPIR   Internet


3 launch ramps at three missiles each;

   Internet


Transport vehicles and material handling pallets for storing missiles control equipment for missiles and ground equipment.

 
   Internet


A battalion consists of four batteries and reserves

    Internet


The missile.

    Internet


The missile has a mass of 570 kg and a length of 5.1 m, has a tail of four cruciform delta wings fitted to their trailing edges of large control surfaces for controlling pitch and yaw and stabilization in roll.
The conical head contains the semi-active homing, which are up behind the electronic guidance, inertial equipment, gyro and gyros, the power source, then the explosive charge and then the rocket engine powder to two floors.
Hawk missiles are shipped to the battery containers in which the
body of the missile is mounted on a sliding sash, while the wings and rudders
are placed in a frame installed in the upper part, and the detonator and
ignition of propellant in the lid.
The scope of minimum commitment of 2 km, a maximum range of 25 km and had an interception volume of 60 m to 11 000 m ..
The missile is guided by proportional navigation in the semi-active homing to
continuous wave, since its inception.
Tecnical data
Type: Air defense guided missile radar
Raytheon
Weight: 626 kg
Length: 5 120 mm
Diameter: 356 mm
Wingspan: 1 220 mm
Limit: 30 m - 11 580 m
Speed Mach 2.4
Range: 2 / 25 kms
Ceiling 11 kms
ET Burden of 52/136 kg

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3626261
Nb de visiteurs aujourd'hui:134
Nb de connectés:18