Réale de France

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 09/01/2010 à 19:32:24



La Réale de France
English Version


D’après le dictionnaire de Marine datant de 1702 c’est le nom de la principale galère d'un royaume indépendant, mais non pas d'un royaume feudataire, qui est annexé à un plus grand. La réale est destinée en France pour le général des galères, elle a l'étendard Royal qui la distingue des autres.
Les galères utilisées depuis l’Antiquité sont en cette fin du XVIIe utilisées pour la protection des côtes méditerranéennes de la France, contre les pirates barbaresques essentiellement. Elles peuvent aussi aider la douane en contrôlant les navires de commerce.
La réale est une galère plus puissante que les Galères ordinaires qui ont normalement 26 bancs de nages . pouvant aller jusqu’à 30 à 32 bancs à 6 ou 7 rameurs Ce nombre supplémentaire de bancs et de rameurs sur une réale fait qu'elle a des dimensions plus importantes qu'une galère ordinaire. Elle et est plus richement ornée et armée Au XVIIème siècle, les galères seront classées ainsi en 2catégories
les galères ordinaires de 26 bancs et galères extraordinaires ayant un nombre supérieur de bancs 29, 30 ou 32 bancs
C’est en 1526 qu’apparait le terme de Réale

Corps des Galères


Arrivé au pouvoir en 1661 Louis XIV crée le Corps des galères, en 1662 Ce corps atteindra son apogée entre 1690 et 1700, le corps des galères comprend douze mille rameurs, trois mille officiers et matelots, quatre mille soldats Il sera dissout en 1748. Il aura à sa tête , Colbert de Seignelay Secrétaire d'État à la Marine, contrôleur général des finances et surintendant des bâtiments du roi

 
 Colbert de Seignelay (1651 1690)


La flotte de galères sera composée de 40 galères avec à sa tête la Réale de France, commandée par le général des galères
La Réale de France

Pavois de la Réale Version 1

Pavois de la Réale Version 2


Ce type de navire désigne a partir de 1526 le bateau-amiral du général des galères, et prend le nom de la Réale. La galère Réale de France est le navire amiral des galères du roi, dont Marseille est le port d'attache, ou travaille dessinateurs et sculpteurs qui rivalisent d’imagination et de talent pour parer de sculptures allégoriques la poupe des neuf réales qui y seront successivement construites de 1662 à 1748
Elle fut lancée en 1697. Il mesure près de 68 m de long hors tout, pour 10 m de large, hors avirons. Le tirant d'eau n'est que de 1,50 m. Elle possède 59 bancs st 59 rames, avec 7 hommes par rame, soit un total de 413 rameurs.
Comme tous les navires importants sa décoration est assez recherchée mais s’agissant d’un bâtiment royal de ce rang il possède une décoration fastueuses qui en cette fin du XVIIe siècle, se concentre un peu sur la proue et surtout sur la poupe. Elle est en bois doré à la feuille d'or, traitement réservé aux navires amiraux. ou peintes.

Internet


Les figures de grandes dimensions, sont assemblées avec des tenons mortaises, collées ou cloutées Les flancs de la coque ont un fond bleu roi sur lequel se détachent des fleurs de lys dorées.
L’équipage
Les galères depuis des temps lointains. Leurs rames ont longtemps été actionnées par les bras de volontaires (Venise Gènes) et de prisonniers de guerre.
Jusqu'au règne de Louis XIV la plupart des galériens sont des volontaires. Ces rameurs professionnels n’ont d’autres choix que ce dur métier à cause de la pauvreté. Ce sont des hommes libres. Car il est un règle depuis l’antiquite dans le Monde Occidental que la chiourme est composée d'hommes libres
Tout change avec Louis VIV
Les Galériens sont pour la plupart des hommes condamnés au galères des prisonniers de droit commun Les condamnés aux galères sont en priorité ceux qui bravent l’autorité de Louis XIV : déserteurs, contrebandiers, faux-monnayeurs. en 1685, de nombreux protestants furent envoyés aux galères. Apres la révocation de l'Édit de Nantes, A cela se rajoutent les opposants politiques
On trouvait aussi quelques esclaves Maures razziés, orthodoxes, Polonais, voire Indiens Iroquois.
Seul le roi peut libérer un galérien et les galères manquent souvent d'effectifs. Ce qui poussera Louis XIV a demander au roi d'Angleterre Jacques II d'envoyer dans les galères françaises ses propres hérétiques. Après leur arrestation et leur condamnation, ils passent de longues semaines au cachot en attendant le passage de la chaîne. Pendant cette période, ils sont maltraités pour les obliger à abjurer. Ils sont ensuite "flétris" : marqués au fer rouge à l'épaule droite des lettres
G A L. Puis, arrivait la chaîne : ou ces malheureux étaient dirigés jusqu'au port où ils devaient subir leur peine sous la responsabilité d'entrepreneurs privés

Internet


Chacun portait un collier de fer, et ces colliers étaient rattachés les uns aux autres par une courte chaîne qui les liait deux à deux et par une autre chaîne beaucoup plus longue qui reliait tous ces couples les uns aux autres ; ces chaînes leur causaient un vrai supplice qui les contraignait à faire ensemble le moindre mouvement.  L'étape se faisait à pied Ils dormaient à la belle étoile et étaient peu nourris .Les galériens ont le crâne rasé et sont vêtus de guenilles écarlates.
Le trajet du centre de la France à Marseille durait entre trente et quarante jours. Arrivés au port, ils étaient répartis et enchaînés sur les différentes galères

Gènes arrivée des Galériens (Internet)


Mais la vie de galérien se déroulait souvent sur terre où la vie était moins dure
Ils sont employés aux travaux de l'arsenal et parfois chez des artisans ou des bourgeois et ils doivent recevoir un salaire  mais que ces sommes doivent être consignées et leur être remises, comme pécule et contre reçu, le jour de leur libération.
Les plus lettrés sont utilisés par l'administration portuaire d’autant qu’une circulaire ministérielle recommandait aux commandants des arsenaux et chantiers de faire en sorte que les personnes instruites, tels que des notaires, soient affectées à des travaux utiles en rapport avec leurs capacités et non à des travaux de force pour lesquels ils n'étaient pas endurcis.
De plus un reglement de Louis XV rappelle que les dimanches et jours de fêtes doivent être observés, que les condamnés ne sont forcés de travailler qu'un jour sur deux afin de contribuer à leur entretien,
En mer la chiourme environ 260 rameurs pour une galère ordinaire, était donc divisée en plusieurs catégories des volontaires libres des galériens et des esclaves
Le terme chiourme vient du latin Celeusma devenu en italien ciurma qui veut dire rythme cadence
A l’avant se trouve, des volontaires les vogue-avant des hommes placés à l'extrémité de la poignée de la rame, volontaires régulièrement payés "bonevoglie". . Le reste de la Chiourme était composée de condamnés et parfois d’esclaves
Au pied de chaque banc est disposée une planche sur laquelle le galérien se couche le soir venu et deux marchepieds auxquels il est enchaîné pour les condamnés.
Les brimades, les rixes, les épidémies, notamment de typhus, entrainent une mortalité de 50 %

Internet Internet


Derrière ces dorures les galères sont des bagnes flottants qui exhalent en permanence des relents de misère. Une flotte de galères se sent à des miles nautiques de distance
L 'équipage
L’équipage comprenait, les officiers, qui étaient logés à la poupe dans le carrosse

Internet Internet


Deux échelles de bord symétriques conduisent au carrosse via une plate-forme Recouvert d'une toile somptueuse, ce local ouvert abrite les officiers et le timonier. On y trouve un fanal, qui surmonte le tableau arrière, haut de 1.7 m qui z besoin de douze livres de chandelles .

Musée de la Marine


Une échelle mène au carré des officiers ,derrière se trouve la cabine du capitaine C’est l’unique cabine du bâtiment elle est donc exiguë sans fenêtre et spartiate, Les officiers y dorment alors que é, les soldats et les matelots dorment sur le pont ou dans la cale et les galériens sur leurs bancs., un garde chiourme avec deux aides qui commandaient la chiourme à coups de fouet de la coursie et un contingent variable de soldats et de canonniers, répartis sur les rambardes
Malgré les efforts, la galère n'avance pas très vite : huit kilomètres par heure.
Les rameurs tirent par groupes de 4 ou 5 sur une longue rame, qui peut défoncer la poitrine si l'on n'y prête garde Il faut savoir qu’une rame de galère ordinaire, en hêtre, pèse environ 120 kg mais elle est fabriquée de manière à être parfaitement équilibrée.
Les rames aussi servent à la mise à l'eau des embarcations, celles qui gênent sont simplement déplacées.

Internet


Quand la galère navigue à la voile, les rames sont "fournelées", c'est à dire qu'on les relèvent un peu au dessus de l'horizontale pour éviter qu'elles ne touchent l'eau. De plus, elles équilibrent la galère sous voile L'apostis est une longue poutre placée sur le bord extérieur d'une galère, il porte les rames
Pour faire voile, la galère était équipée de deux voiles latines ; avant d’engager le combat, les voiles étaient toujours serrées et les antennes étaient bloquées aux mâts par des chaînes pour éviter qu’elles ne s’abattent sur les rameurs sous les coups des canons ennemis. Etant très bas sur la ligne de flottaison, le pont était souvent inonde et en naviguant par vent fort, toute la partie sous le vent, y compris les bancs et les rameurs, se trouvait immergée. Les galères, en raison de leur forme très effilée, virent particulièrement mal et il faut bien anticiper les manœuvres
L' Armement

Internet


L'armement vers la fin du 17°, de toutes les galères quelque soit leur rang se compose de
5 canons :
1 de 33 ou 36,
2 de 8 et
2 de 6.
Au début du 18°, le nombre se réduit à 3 canons avec des formules panachées à base de calibres 36, 24, 18 ou 12.
Ils étaient concentrées à la proue, sous la rambade, sur de affuts spéciaux à coulisse, Il y avait aussi 11petites pièces , réparties tout au long des rambardes.
La galère était en état d’infériorité face à un vaisseau classique car pour modifier le pointage des canons, la galère était obligé de manœuvrer, sans cesse
La seule tactique était l’attaque frontale et l’éperonnage Mais, à cause de leur faible armement, il fallait un grand nombre de galères pour venir à bout d’un vaisseau moyennement armé.


Les décors du Musée de la Marine

Internet


Les éléments décoratifs de la galère Réale sont l œuvre de Charles Le Brun premier peintre du roi, proviennent de l’arsenal de Toulon. C’est un ode à la gloire du Roi-Soleil, avec Apollon, dieu du jour qui règne sur les mois et les saisons.
Nous trouvons de Renommées et des Tritons, figures emblématiques du répertoire maritime qui jouent
Au centre, couronné de la devise de Louis XIV, figure le roi Soleil représenté en Apollon, avec a sa gauche, Jupiter, et son aigle ; au-dessous, Cybèle, munie de la corne d’abondance.
en pendant nous trouvons Junon, et son paon aux mille yeux, et Neptune, avec sa couronne et le trident Ainsi se trouvent les attributs de la puissance du Roi Soleil qui règne sur le ciel la terre et la Mer
Epilogue

 
Bataille de Lépante (1571)


Après avoir connu son heure de gloire à la bataille de Lépante en 1571, la galère est un outil archaïque au XVIIe Elle conserve quelques petits avantages faible tirant d’eau et une maniabilité mais son autonomie limitée et sa faible vitesse de croisière, de 2 nœuds, ne la rendent guère propre qu'au cabotage en Méditerranée ou en Mer baltique
En 1748, le corps des galères disparaît en France et en Espagne. Le 27 septembre 1748, Louis XV publie une ordonnance qui, sans supprimer les galères, organise autrement la gestion des condamnés.
Les 7 000 galériens deviennent bagnards à Marseille, à Toulon ou à Brest, tandis que les bâtiments sur lesquels ils ramaient seront désarmés.
La bataille de Matapan, en 1717, fut la dernière action à la quelle prirent part des galères en Méditerranée Cette bataille qui c’est déroulé le 19 juillet t1717 au large du Péloponnèse en Grèce voit une flotte combinée de Venise, des États pontificaux, de Malte et du Portugal se heurter aux Ottomans.

Bataille Cap Matapan


Les dernières galères russes participèrent pour la dernière fois à des combats dans le conflit de 1808 entre la Russie et la Suède.

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3428970
Nb de visiteurs aujourd'hui:36
Nb de connectés:27