Forts de Liège Aout 1914

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 02/11/2009 à 21:52:47



La ceinture fortifiée de Liège Aout 1914
Le fort de Loncin

English Version(soon)
Photoscopes (Walk Around)    2


Introduction
Liège a été fortifiée entre 1888 et 1891, à l'initiative du général Brialmont

 Internet   Internet   Internet


A une distance 7 kms du centre ville fut construit une série de forts qui forment une ceinture de forts bétonnés matériau inédit pour l'époque, et équipés d’armes modernes .
Leur mission ralentir la progression de l'ennemi le temps de la mobilisation puis tenir le plus longtemps possible
Mais en 1914, les forts étaient totalement obsolètes et ne pouvaient faire face à une artillerie allemande performante. Mais chose étonnante les forts ne se sont rendus que pour éviter que les soldats ne périssent asphyxiés par les gaz et la fumée des explosions et la poussière
L’air étant devenu irrespirable car sauf à Loncin, les forts n’étaient pas équipés de système de ventilation forcée
Histoire
La Belgique est une ancienne province des Pays-Bas et elle joue le rôle de barrière entre la France, les Pays-Bas et l’Allemagne. Sa neutralité est garantie par le traité de 1839, signée par tous les pays
Dans les dernières décennies du XIXe siècle la Belgique s’est enrichie grâce à sa position comme un lieu de commerce international, et les grandes sources de richesses naturelles de son sous sol riche en charbon et fer
Mais l'opinion diplomatique a échoué à alerter le gouvernement sur le fait que la société belge était plus intéressée par le mode de vie germaniques Les Flamands catholiques sont ainsi très impressionnés par la discipline et la morale allemandes.
l'opinion publique Belge est les années qui précèdent la 1e Guerre Mondiale, très pro-allemande. Une seule catégorie demeure résolument pro-française la Classe des Officiers
L'armée belge en 1914
C’est une armée mal préparée

I
Internet  Internet Internet
SM  Albert I° 1875 1934


Léopold II et Albert II sont les pères de l'armée belge. Le roi est constitutionnellement le commandant en chef des forces armées. En 1870, Léopold II, après la défaite française voit la menace montante allemande en Europe, aussi il commencé la construction d’une ligne de forteresses de la Meuse à Liège et Namur, et il a décide un accroissement de l'armée à 100.000 hommes par un système de service national. Mais les belges ne sont pas très militaristes, et les partis politiques sont divisés Les démocrate-chrétien soutiennent l'expansion militaire, alors que le parti catholique, non

Photos P Gris


En 1909, une nouvelle loi sur le service militaire limite l’incorporation à un fils par famille qui effectue son service de 15mois dans l'infanterie 21 mois dans l’artillerie et 24 mois dans la Cavalerie 24 mois
L'armée belge est forte de 33.000 hommes (théorique) Tous les hommes passent ensuite dans la réserve active, pendant 15 ans. Mais en 1912, le leader du gouvernement catholique, Charles de Broqueville face à l'expansion de l'armée allemande annonce que la réforme de l'armée est nécessaire et en 1913, la clause d’un fils par famille est abrogée.
Il était prévu alors une armée de 340.000 hommes formés, chiffre qui est le nombre minimum requis pour défendre le pays contre une attaque sérieuse. Mais la réforme ne pourra être effective qu’ 1918 au moins
En Juillet 1914 l'armée belge était forte d’environ 190.000 hommes avec six divisions, ainsi que les garnisons des forteresses centrées sur Anvers, Liège et Namur.
L'armée de terre de 118.000 hommes était renforcée par 14.000 soldats professionnels ce qui donnait un chiffre total de 144.000 hommes. Mais 40000 hommes ne sont pas disponibles en août 1914 pour diverses raisons. Nous pouvons ajouter les garnisons des forts de Liège, Namur et Anvers avec 5.000 hommes et 60.000 hommes des classes 1899-1905 .
L'armement et l'équipement de l'armée reflète des décennies de restriction budgétaire
L'armée possède 93.000 fusils et 6000 épées, 324 canons de campagne obsolètes, et 102 mitrailleuses.
En Décembre 1913 en réaction à la montée des tensions et afin de montrer sa stricte neutralité Albert I° passe commandes pour un matériel d'artillerie lourde moderne à Krupp. Mais Krupp a du retard dans ses livraisons et l'armée belge entame la guerre avec seulement des canons d’artillerie légère
L'armée n’est pas mécanisée et elle ne possède pour la traction que le cheval et le chien.

Photo P Gris


Enfin la Belgique possède un système de milices armées locales, ainsi que 'une gendarmerie.
Mais peu de personnes croient dans le respect de la neutralité de la Belgique par l'Allemagne ou la France. En Belgique au printemps 1914 le pays est divisé sur cette affaire
Le chef d'état-major de Selliers de Moranville, en place seulement depuis le 25 Mai, axe toute sa stratégie sur le positionnement de l’armée sur une ligne Anvers, Liège et Namur en laissant seulement comme un écran retardateur, Alors que l'adjudant-général de Ryckel prône une stratégie sur la tenue des frontières, en particulier en face de Liège, afin de repousser toute attaque et pouvoir retraiter vers Anvers, si nécessaire.
Le roi Albert I° tranche le 2 août, l'armée se concentrera sur la rive gauche de la Meuse, et doit préparer une deuxième ligne de défense le long de la Gette, avec comme point fort Anvers. Mais les Allemands sont déjà au Luxembourg
Un autre problème se pose pour l'armée belge celui de la langue Les ordres sont donnés en français ,à des soldats dont une grande majorité ne parlent que le flamand
Et les officiers n'ont jamais commandé de telles masses d'hommes sur le terrain et en pluspour  finir plus de 10% des soldats sont analphabètes.
La Belgique sera dont le théâtre d'une lutte entre le Plan Schlieffen allemand et le Plan XVII  français
La position militaire de la Belgique a donc été inévitablement dicté par sa position géographique et politique, prise entre les deux superpuissances.


Les forces en presence(Wikipedia)


D'abord le Plan français ou plan XVII
Le plan français était d'une grande simplicité extreme indépendamment de certains détails, Il est inchangé par rapport à celui de la fin du XIX° siecle La dernière révision, date de 1912, c’est le plan XVII. Les Renseignements allemands connaissaient les grandes lignes des intentions françaises dès 1897
Stratégie militaire français a été basée sur deux doctrines
1 ° Le désir de reconquérir les territoires de l'Alsace et de Lorraine,perdues en 1870, cela permet à la France d'accéder au Rhin et à au cœur de l’ Allemagne
2 °L’ armée française doit adopter une doctrine militaire offensive
Cette idée a été développée depuis 1900 Avant cela, la stratégie avait été défensive avec la création d’une ligne de forteresses partant de la frontière belge via Maubeuge, Belfort, Verdun, Toul, Epinal (système Serre de Rivières)
Les Français massent de troupes en position pour attaquer l'Alsace et la Lorraine, avec le centre de gravité de l'armée face à Metz. Les 1er et 2e, armées avec les généraux Dubail et de Castelnau, ont pour cibles Colmar, Strasbourg et Metz.
Les Français, ont délibérément laissé un passage nommé Trouée de Charmes - entre la 2ème et la 3ème armée du général Ruffey face à Longwy et Luxembourg. Il a été supposé que les Allemands seraient incités s’y engouffrer pour être fixés et ensuite détruits par les forts de la place forte de Verdun
Le reste de l'armée prend position le long de la frontière belge au nord jusqu'à l'ancienne forteresse de Maubeuge, sur la défensive alors que les 1e et 2e Armées attaqueront
Le plan allemand ou Plan Schlieffen
En 1893, Von Schlieffen, chef d'état-major général allemand avait élaboré un plan d'invasion suite à l'alliance franco-russe
Comptant sur l'inorganisation, traditionnelle russe et sur leur incapacité à mobiliser en masse rapidement suite à l’absence d'un système ferroviaire performant, les Allemands bénéficient d’une courte période de temps pour battre les Français.
Les Allemands peuvent tirer le plus grand profit de leur réseau ferroviaire parfaitement adapté aux déplacements des troupes qui une fois la France battue pourront rapidement basculer sur le front de l’ Est russe pour y battre les Russes à leur tour
La frontière franco-allemande n'était pas idéale pour une attaque en force car elle laisse le flancs exposés et vulnérables aux contre-attaques françaises. La solution était de passer par la Belgique, et ensuite foncer sur Paris.
Von Schlieffen justifié cette action par l'isolement politique de l’Empire Allemand par la Triple Entente.
La planification française ne prend pas en compte le passage des Allemands par la Belgique, pour deux raisons
Les distances à parcourir sont trop longues et bien sûr, et ce plan est une violation de la neutralité
La machine de propagande allemande a commencé par laisser entendre au grand public allemands , et à ceux des pays non encore alignés, que Français et les Britanniques n'hésiteront pas à utiliser la Belgique comme leur base de départ (aufmarschgebiet ), pour un assaut sur l'Allemagne elle-même. D’où cette attaque préventive et défensive de l’ Allemagne en Belgique
Ce plan prévoit donc une attaque éclair et puissante en Belgique sur le flanc des troupes alliées et ensuite par un mouvement tournant ils se dirigent vers Paris Ensuite l'armée allemande poursuivrait son mouvement vers la gauche et tomber sur les arrières des la majeure partie de l'armée française attaquant la Lorraine.
Seulement un écran de troupes serait laissé au sud de Metz.
Schlieffen a également prévue une attaque en Hollande, Pour contrer cette menace,l’armée néerlandaise prépare la démolition de tous les ponts de chemin de fer au sud de Maastricht dés le 26 Juillet 1914, et ce n’est seulement que par manque d'artillerie et des munitions suffisantes que von Moltke abandonne ce plan
Le plan d’invasion était simple
Attaque des forts de Liège et de Namur Capture de Bruxelles et d'Anvers en tant que port supplémentaire très utile pour 'avoir accès à la mer du Nord.
Les six divisions de l'armée belge, mal équipées et organisées, ne pouvaient pas résister aux 'armées de Von Kluck, von Bülow et von Hausen Ensuite Les allemands se dirigeront vers Paris.
Mais les Allemands ne prennent pas en compte le British Expeditionary Force (BEF) présent, déployé en face de Maubeuge sur la gauche du front français.
Quatre divisions britanniques hautement aguerries sont positionnées ici pour faire face à la menace d’une attaque
Dès le 27 Juillet 1914 la Belgique rappelle 33.000 hommes de la classe 1913, et le 31 Juillet la, mobilisation générale a été prononcée, après l'annonce allemande de la mise en alerte de ses unités(Kriegsgefahrzustand )à 1.30 de l’après-midi.
L'invasion allemande de la Belgique
Le 2 août, les Allemands occupent le Luxembourg, le jour même, l'ambassadeur allemand à Bruxelles, se présente au ministère des Affaires étrangères Belge avec une lettre. Sous le prétexte que la France était sur le point d'attaquer la Belgique, les Allemands exigent le libre passage par le territoire belge. . Il a été rejeté à l'unanimité

  Internet   Internet


Les ordres sont été envoyer à tous les postes frontaliers le long de toutes les frontières belges, d'ouvrir le feu sur des troupes ennemies tentant de passer en Belgique.
Le 3, les Français commencent les hostilités contre l'Allemagne, Joffre ordonna au VII°Corps du général Bonneau de capture Mulhouse.
Le 3 août le GQG belge décide finalement de déployer son armée.
La 3e Division du général Leman à Liège, et la 4ème, du général Michel, à Namur, doivent tenir coute que coute leurs positions
La 1ère division est à Gand, la 2e division se déplace d’Anvers vers Louvain, la 5e de Mons à Perwez, et le 6ème se déplace sur Wavre, et la capitale.
Le 4 août, les ordres allemands sont envoyés avec la mission de détruire ou capturer Liège. Les Unités Allemands traversent la frontière Belge, en six endroits différents.

  Internet   Internet


La 34e brigade est attaquée à Gemmenich
La Bataille de Liège

 


Liège était entourée par 12 forts depuis 1892. Les Fortifications ont été établies selon les théories allemandes qui recommandent des fortifications de 6 à 10 kms de distance
Les forts doivent pouvoir se protéger les uns les autres

Tourelle à éclipse Photo P Gris Canon de 57 mm Photo P Gris
30,5-cm Belagerungsmörser


Nous trouvons 6 grandes forteresse Pontisse Barchon Boncelles Flemalle Fleron et Loncin qui sont des forts en forme triangulaire ou quadrangulaire construits en béton avec deux obusiers de 210 mm, deux canons de 150 mm Quatre canons de 120mm à éclipse quatre tourelles avec 57 canons mm et des canons de 57 mm et mitrailleuses pour la défense des fossé et l'entrée du Fort
Tous les forts ont des stocks de munitions, mais ils possèdent un système de ventilation insuffisants
dans les intervalles à côté de ces grands forts nous trouvons des forts parfois deux plus petits Ceux de Liège sont Liers Evegnée Chaudfontaine Embourg Hollogne et Lantin

  Internet


Ces forts ont seulement un 210 mm Howitzer deux canons de 150 mm, deux canons de 120 mm et des canons de 57 mm ainsi que des Mitrailleuses
Pour Liège, nous avons un total de 400 canons, mais obsolètes
Les Allemands sont au courant de cela car les forts ont été équipés par Krupp !!!
La bataille de Liège a été une victoire morale pour les Alliés car pendant douze jours du 5au -16 août 1914, les forces belges résistent à l'armée allemande en dépit de lourdes pertes et l'infériorité numérique, tout en infligeant à l’armée allemande des pertes terribles
La bataille de Liège fut également la première bataille terrestre de la 1e Guerre Mondiale
Liège était protégée, par une ligne de fortifications construites entre 1888 et 1892 sous la direction de l'ingénieur militaire de Brialmont. Namur avait également sa ligne de forts
Les forts de Liège

 La Bataille de Liège


Liège était entourée de douze forts lourdement armés, construits sur des hauteurs dans les années 1880, six de chaque côté de la Meuse, à 3 à 5 km d'intervalle, et à 6 à 10km de la ville elle-même.
Composés chacun d'une couronne en béton massif, entouré d'un fossé large et profond et, pour la plupart enterrés chaque fort avec son un armement lourd (deux obusiers de 210 mm, deux de 150 mm et quatre canons de 120mm. en tourelle rotative à éclipse ) semblait puissant Il y avait aussi d’autres armement de calibre inférieur Les fossés étaient protégés par du fil de fer barbelé et des mitrailleuses, Toutefois, les espaces entre les forts ont été la cible évidente de l'avance allemande Les forts étaient occupés par les soldats des classes les plus anciennes comme les 9e 11ème, 12ème et 14ème régiments avec quelques ingénieurs et le train des équipages soit 15000 hommes (dont 5000 dans les forts) Tout ces unités sont placées sous le commandement du Général Leman (4e division avec 34.500 hommes et 207 canons) avec mission la défense de cette fortification.
Les forces allemandes
Les Allemands ont prévu d'éliminer un à un les forts de Liège et de capturer la villes en
trois jours avec le corps del Armée de Meuse aux ordres du général von Emich avec 55 000 hommes, 80 canons, un escadron d'avions de reconnaissance de Zeppelin (Z VI Köln).
Les unités avancées de 2e et 4e divisions de cavalerie ont d'abord attaqué Visé, où il y avait un important pont sur la Meuse. La 9e division de cavalerie se déplace vers le Sud, entre Huy et Liège. Six brigades d'infanterie, un bataillon de jägers de la Garde , plus des cyclistes, des pionniers, l'artillerie et autres formes de soutien font mouvement sur la berge est de la rivière. Un escadron d’avions monoplan ( Eindecker ), et le Köln Zeppelin fournissent une couverture aérienne et l'observation nécessaire.
Cette stratégie d'enveloppement permet de saisir des forts situés au nord/ ouest et sud de la ville Les Allemands ont sous-évalué la Garnison belge Ils croyaient avoir à faire à 9000 hommes en fait il y en avait 50 000 .
Les premières attaques (4 au 6 Août Echec allemand)
Les Allemands, sous le général Emmich avec 30.000 hommes, a attaqué dans la nuit du, 5 août,

  Internet   Internet


Au nord de Liège  les Jaeger allemand fort d’un bataillon attaque le QG du général Leman à Sainte Foi Donc, après cette attaque le général Leman décider de replier son QG au Fort de Loncin le 6 août.
Mais le fort de Loncin n'a pas de standard téléphonique complet militaire et toutes les communications militaires doivent transiter par le réseau civil
L’attaque a été un échec pour les 'Allemands qui perdent beaucoup de monde. Sur six brigades seule la 14e commandée par le général Ludendorff, remporte un succès. Elle passe entre Evegnée et les forts Fleron
Le 6 août la situation est confuse et la ville est pilonnée . A 7h30, la 3e division se regroupe entre Lantin et à Rocourt, et de la gare à Ans.
A 6 heures le 7, la 14e Brigade entre dans la ville. Partout les Allemands avancent prudemment, ils font face de manière inattendue une résistance féroce de la part des forts belges . Les allemands reprennent leur attaque ets’emparent du fort de la Chartreuse désarmé et mis hors service depuis 1891. De la Chartreuse, les hommes de Ludendorff se dirigent vers la Meuse, franchissent les deux ponts intacts et entra dans la ville intérieure. Ludendorff est conforté dans l'illusion que la ville était déjà complètement entre les mains de ses hommes
Peu de temps après, les autres brigades atteignent le centre-ville, et la résistance belge cesse. Le gouvernement se transfère, sous les ordres du roi Albert, à Anvers.
Les Troupes belges fatiguées mais victorieuses se retirent à Hannut Pendant ce temps, la cavalerie de Von Marwitz essaye d'encercler les troupes belges au Sud et l'Ouest, mais les forts ont continué à tirer et refusent de se rendre.
Les troupes allemandes franchissent les frontières dans la région d'Aix la Chapelle, Eupen et Malmédy et se dirigent vers la forteresse.
L'ensemble des 7e, 9e et 10e Korps font fonction. Le plan allemand était d'ouvrir la route au nord de la ville, après quoi le 1er Korps foncerait sur Bruxelles. Le 7 août les forces allemandes tiennent la ville de Liège mais pas les fortifications Les Forts sont maintenant seuls.
La bataille des forts
Les forts sont seuls et sous le feu constant et croissant de l’artillerie allemande
Les forts sont condamnés à la reddition
Le 8 août, après un bombardement par des mortiers de 210mm Skoda le Fort Barchon fut le premier à se rendre. Immédiatement Allemands ouvrent le feu contre Evegnée.qui hisse le drapeau blanc le 10
Le 12 août, les mortiers de 420mm ouvert le feu après sur le fort de Pontisse Les bombardements guidés d'un ballon font capituler le fort, peu après, l'après-midi du 13.

Obus de 420mm (photos  P Gris) Phare Cuirassé à Eclipse


Le même jour, Embourg et Chaudfontaine se rendent.
50% de la garnison de ces forts a été tuée
Le Fort Liers aidé par le tir d'artillerie belge de Milmort résiste jusqu’au 14. Les Allemands ont le contrôle complet de la rive droite. A Qui c'est le tour maintenant?
Le 15, à Loncin Leman et son Etat major ne peuvent plus s’échapper Le Fort est bombardé depuis le 10. Le 14 il reçoit des obus de 420mm et le 15e sa soute à munitions explose
Tout l’intérieur est soufflé par l'explosion, qui blesse beaucoup d'hommes ont été touchés par des débris. Peu de temps après l'infanterie allemande atteint les murs du fort . Leman, et certains soldats et officiers, sont retrouvés inconscients Le dernier fort à se rendre sera le fort de Boncelles le 16 Août
Le lendemain, 17 août, les 1ère et 2ème armées allemandes en liaison avec la Troisième Armées, commencent à mettre en œuvre la prochaine étape du plan Schlieffen, celui de s'engager dans un vaste mouvement tournant à travers la Belgique, obligeant l'armée belge a retraiter vers Anvers. Bruxelles elle-même est prise sans résistance par la Première Armée du général von Kluck de, le 20 août ,la 3e Armée capture Dinant, la 4ème marche sur Sedan et la 6e sur Verdun.
Histoire de la chute du Fort de Loncin
Le général Magin dira « Douaumont et Vaux, c'est beau, mais Loncin, c'est sublime, "
Le commandant Naessens le 4 août declare à ses hommes Personne ne se rendra Vive la Belgique; Ce serment sera tenu
Depuis le 5 le fort sera prêt à repousser toutes les attaques allemandes, en dépit des bombardements
Canons et mitrailleuses font feu sur le fort. Mais le 14 signe d’une attaque imminente les bombardements augmentent
L'après-midi du 14 Aout sera terrible Chaque minute 3 ou 4 obus frappent le fort .Le bombardement dure 25 heures dans un fracas du tonnerre
Des flammes et de la fumée sortent du fort Toute la garnison à l'exception des sentinelles sont dans la galerie centrale protégée par 2 à 3 mètres de béton. Mais Loncin a un système de ventilation faible et les obus de gros calibre vont faire leur œuvre de mort
Pendant la nuit, une inspection des tourelles a été effectuée. Elles ont subi peu de dommages et le fort peut résister
Le 15 à l'aube, le bombardement reprend. Général Leman pense que les infiltrations ennemies ont eu lieu durant la nuit
Mais à 17 heures, la poudrière du fort explose dans un bruit terrible

Chute de Loncin (internet)


La partie centrale du fort s’écroule. Apres cette explosion un silence de mort s’établit . Les allemand arrêtent les bombardements et l’infanterie allemande pénètre à l'intérieur du Fort
Le Général Leman a été découvert blessé, mais en vie. Un officier allemand a déclaré le général vous avez fait un bon travail
Les survivants sortent du fort aux cris de Dieu sauve le Roi et Vive la Belgique
C'est la fin
Sur 500 soldats présent au début du siège 350 sont morts 100 sont gravement blessés 50 sont légèrement blessés. Seuls 50 étaient indemnes

Internet


Conclusion
La résistance de Liège entraine le ralentissement de la progression allemande. Ce ralentissement va permettre de sauver la situation des armées Alliés sur le front Occidental
Liège va recevoir après la 1ère Guerre Mondiale de la France la Légion d Honneur pour sa résistance héroïque

 

Légion d'Honneur

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3359872
Nb de visiteurs aujourd'hui:692
Nb de connectés:30