Allemagne Flakscheinwerfer Allemands 1939 1945

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 27/06/2009 à 19:26:06



Les  Flakscheinwerfer 1939 1945
English Translation

 Luftwaffe  Flak

 

 

Après les expériences de WW 1 et après les expériences menées au cours de la Guerre civile espagnole, immédiatement avant WW 2 l’Allemagne a mené de nombreuses expériences et des tests visant à produire des armes AA efficaces

  Projecteur US Internet  Projecteur français  Internet


La conséquence fut une augmentation de canons AA allemands et à l'activation et l'équipement d’un nombre d’unités AA sans précédent. Avec le déclenchement de la guerre, la formation de nouvelles unités AA pour la défense des villes et des unités sur le terrain augmente.
Goering chef de la Luftwaffe est chargé de la défense du Vaterland ce qui implique la défense des villes importants, y compris celles des pays occupés.
Un inspecteur de chaque spécialité de la Luftwaffe est directement sous les ordres de Goering Il est directement responsable de l'état de la formation et de l'efficacité des différents éléments composant l'arrière-zone de défense.
Districts de Défense aérienne ou Luftgaue.


L'Allemagne et les territoires occupés sont divisés en zones territoriales aériennes connues sous le nom de Luftgaue.
En 1939, 15 de ces districts territoriaux sont situés en Allemagne. En outre, il y avait deux Luftgaue pour des zones particulièrement ouvertes à des attaques aériennes ennemis.
Ils comprennent la Zone de défense aérienne, de l'Ouest, qui est presque identique à la zone couverte par la ligne Siegfried et la Zone de défense aérienne, maritime, qui couvre en général la mer du Nord la zone côtière et les îles de la région. A la suite de la Campagne de France la première zone a été dissoute
Mais d’autres Luftgaue sont organisés dans les pays occupés, en liaison avec le système central de défense aérien du Reich.
Le commandant d'un Luftgaue est subordonné à Goering. Même si son Luftgaue correspondent à une zone de corps d'armée, il n'est en aucun cas subordonné au commandant de cette zone de corps d’armée. Le commandant Luftgaue est à l'origine, un officier de la Luftwaffe mais il peut être aussi un officier d'artillerie AA, ou même des transmissions . Il n'y a pas de règle en la matière sauf que celui-ci doit être issu du corps d’officier de la Luftwaffe.
Le Luftgaue coordonne la défense avec les autres districts conformément aux règlements
Le commandant d’un Luftgaue a des spécialistes qui agissent respectivement comme commandants pour la recherche et l'interception, comme tous les commandants de l'artillerie AA de la région, y compris ceux des projecteurs de DCA D'autres spécialistes, travaillent aussi sous le contrôle direct du commandant du Luftgaue, notamment les commandants des unités de barrage de ballon et des unités de contre mesures et ceux chargés de la défense passive Ces unités d'exploitation bien que travaillant dans un cadre précis en coopérant peuvent aussi agir de leur propre initiative quand l'occasion exige, à l'initiative de leur commandant d'unité.
Dans certain districts il existe des commandement de défense aérienne. Celles-ci couvrent les régions d'une importance capitale dont la défense doit être assuré avec un maximum de moyens de défense. Dans ces commandements nous trouvons des villes comme Berlin et de Hambourg, et le bassin de la Ruhr,
Y sont concentrées sous un commandement unique la défense anti aérienne suffisante afin de prévenir les attaques contre les forces ennemies lors des raids.
Les projecteurs

  Internet   Internet


Les canons AA sont considérés comme le pivot de la défense statique, mais le fonctionnement du système requiert une coopération étroite avec les unités de projecteurs ainsi que dans certaines zones les unités de ballons qui sont utilisés encore très largement utilisés de même avec les unités aériennes amies présentes sur zone
Mais ces unités de projecteurs qui font partis de la Luftwaffe joue un rôle très important surtout dans le système d’alerte Ces mesures font parties du système de défense dans son ensemble.
Luftgaue
Groupes et sous-groupes
Un groupement de Flak, dans un district aérien est divisé en "Groupes" connu sous le nom de Flakgruppen. Les groupes sont à leur tour divisés en sous-groupes »appelés Flakuntergruppen. Ces types sont normalement des divisions territoriales. Par exemple, une des grandes villes industrielles de l'Allemagne est divisée en deux groupes connus comme Nord et Sud group , et chacun de ceux-ci a à son tour deux sous-groupes. En outre, il existe un sous-groupe pour la banlieue est et les approches nord-ouest.
Centres de Contrôle
Ces groupes sont sous l’autorité d’un Centre de Contrôle qui est un état major avec diverses branches Il peut coordonner par exemple la défense d’un point en concentrant les moyens de défense comme un feu de barrage. Le Centre de contrôle est également utilisé en tant que Centre de communication .Cela implique une liaison étroite entre tous ces organismes (Flak service d'alerte, et unités de chasse.
Unités opérationnelles
Les unités opérationnelles sont les bataillons, régiments et Grandes unités .L’organisation des unités se trouvant au dessus du niveau de bataillon n'est pas uniforme La composition exacte de l'unité est fonction des missions qui lui sont dévolues dans la défense anti aérienne.
Ainsi, les régiments peuvent être constitués entièrement unités de projecteurs ou de pièces de AA comme on peut trouver des bataillons mixtes de canons ou de projecteurs (Schéma avant guerre standard). Même les batteries peuvent être bâties sur ce schéma, aussi nous pouvons trouver des unités ayant six pièces au lieu de quatre Bien que le bataillon (Abteilung) soit considéré comme l'unité de base, la nécessité de déployer les batteries, rend impossible la tache du commandant de bataillon d'exercer partout un contrôle détaillé aussi chaque unité est elle un peu autonome.
Les Projecteurs
Les Allemands ont utilisés un grand nombre de projecteurs dans le cadre de la défense Anti aérienne de l'Allemagne et des centres stratégiques en pays occupés. Toutefois le projecteur n’est pas très efficace contre les avions évoluant à haute altitude aussi les Allemands ont appris à utiliser les projecteurs à d'autres fins. Les équipes de pièces ont mis au point un système qui indique la position supposée de l avion ennemi afin de guider la chasse dessus. Ils peuvent aussi servir de barrages de lumière afin de d’aveugler les équipages des avions ennemis Il est maintenant établi que ces utilisations ont été d’une grande aide pour les Allemands dans la protection des villes et des centres stratégiques.
Équipement
Les principaux projecteurs utilisés par les Allemands ont été des projecteurs de 150 cm (lourd) et de 60 cm (léger)
Ce dernier type est essentiellement mobile est utilisé avec les batteries légères de Flak En plus de ces deux types de projecteurs les Allemands ont aussi utilisés mais en nombre limité des projecteurs de 200 cm et de 230 cm français (Capturé ).Mais ces projecteurs lourds ne sont utilisé qu’en relation avec des équipements de localisations des sons
Il convient de noter que les unités de projecteurs cherchent leur cible et les localiser par des méthodes qui leur sont propre.
Emplacement des projecteurs
Les projecteurs sont concentrés à la périphérie des villes auprès des cibles stratégiques ou sur de couloirs aériens emprunté par les bombardiers. Les batteries de Flak sont toujours à proximité. Ils aident les pièces d artillerie et la Chasse amie pour l’interception des avions ennemis.L'espacement (théorique) des projecteurs est le suivant
Ceinture de projecteur
Une ceinture est généralement constitué de 10 à 15 ou 20 à 30 projecteurs, répartis sur 900/1800 mètres Le reste des projecteurs sont repartis à l extérieur de cette ceinture à une distance de 4500/5500 mètres
Concentration de projecteur
Lorsqu'il est utilisé de cette manière, les projecteurs sont généralement espacés de 1820/2700 mètres en formation triangulaire, ou circulaire ou dans deux cercles concentriques.
Défense de zones stratégique
pour la défense de ces zones la disposition normale est un espacement de 2700 à 3600 mètres en dehors de cette zone auxquels il faut ajouter des petits groupes des projecteurs situés à 1350 metres plus loin.
La Tactique
Nuits nuageuses
Les projecteurs entrent en action en nombre limité lorsqu’un avion traverse une couche de nuages de basse altitude Ils tentent de suivre le parcours de l'avion le long de la couche des nuages afin d'indiquer aux canons la position approximative de l’avion. Parfois la silhouette de l avion se dessine à travers la couche de nuages permettant le tir des canons AA
Nuits avec de gros nuages ou du brouillard artificiel
Lorsque le faisceau du projecteur ne peut pas de pénétrer les nuages.Les projecteurs sont orientés à un faible angle d'élévation Ils peuvent ainsi provoquer un halo de lumière mortel pour l avions qui est ainsi découvert.
Nuits noires sans nuage
,La plupart des missions sont dans les zones d’interception :Illuminer le ciel par divers projecteurs afin de créer un mur de la lumière qui rendra à un moment donné l’avion ennemi visible . Cette tactique oblige l’avion à descendre et a se rendre plus vulnérable car il devient visible à partir du sol
Lorsque les projecteurs sont espacés certains projecteurs agissent comme pointeur au profit des chasseurs de nuit. Dans les zones fortement défendues domaines, certains groupes de projecteurs en produisant le maximum de l'éblouissement,par des mur de lumière Les projecteurs sont pointés presque verticalement et éclaire le ciel à intervalles réguliers . Ils peuvent aussi balayer le ciel de façon hasardeuse
D autres projecteurs travaillent en coopération avec la Flak. Si l'avion est éclairé les canons font feu sinon, la Flak ouvre le feu au niveau de zone éclairée
Nuit claire avec clair de lune
Ce type de condition climatique réduit grandement l'action des projecteurs.
Les méthodes sont les mêmes que pour les nuits claires sans nuage sauf que moins d'attention est accordé à la tactique par éblouissement.
L’aveuglement et l'éblouissement
L’aveuglement (en anglais Dazzle) est l action de prendre un avion dans le filet de plusieurs projecteurs. Cette tactique aveugle l’équipage
Cette tactique est conditionnée à la hauteur de l'avion, le nombre des projecteurs en action ,les conditions météorologiques, la direction des faisceaux lumineux, et la réaction de l’équipage de l’avion.
L’aveuglement et l'éblouissement créés par les projecteurs réduisent grandement la précision du bombardement et de plus un avions prit dans le faisceau des projecteur est à la merci des attaques des canons AA ou des chasseurs
Les Projecteurs
Les projecteurs lourds
  Le matériel utilisé se compose de quatre unités principales:une unité de repérage sonore ,un projecteur, une unité de direction de tir, et un générateur. Par contre nous savons peu de choses sur les recherches sur les projecteurs allemands. Certains projecteurs de 200 cm, ou plus, ont été mis au point, et la détection par le son a sûrement été améliorée par grâce au progrès sur les technique de l'amplification électrique.

  Internet   Internet
 200 cm  Internet   Internet


Pour les allemands le projecteur standard est celui de 150 cm (60 pouces)
Le Richtungshorern tire son nom de la forme de l’engin qui est constitué de quatre trompettes ou cornes réunies sur un anneau .D’ordinaire le stéthoscope possède 2 auvents l'un pour l'azimut et l'autre pour le site La longueur de base est de 135 cm (53,1 pouces), ce qui donne une précision théorique d'environ un demi degré.
Dans des conditions météorologiques moyennes, la portée est d'environ 6600 mètres. Les auvents peuvent tourner sur 360 ° en azimut et de 0 ° à 108 ° en site
Le «décalage calculatrice se situe à la base du localisateur. La distance et la vitesse sont ainsi calculées . l’ensemble de données sont introduitd dans le calculateur qui reconstitue en permanence une triangulation formée par les données sonores visuelles qui se subdivisent en données constatées et celles prévues de la trajectoire L'azimut et le site sont transmis par un signal électrique au détecteur et au projecteur qui reliés par un câble.
Le projecteur de 150 cm (60 pouces) possède un verre réflecteur parabolique de 150 cm de diamètre. La longueur de la focale est de 650 mm. La lampe à arc (haute densité) est monté en position inversée dans le projecteur le baril possède une régulation automatiques
La puissance de la lampe est de 990 millions de bougie et par conditions météorologiques il peut porter jusqu’à 8800 mètre et à une altitude de 3960 m à 5000 mètres. La consommation est de 200 ampères à 77 volts. Le projecteur peut être tourner sur 360 ° en azimut, et de -12 ° à +12 ° en site Le mouvement du projecteur en azimut est possible manuellement de même pour les mouvements en site grâce à des poignées situées de part et d’autre du berceau du projecteur
Le faisceau peut aveuglé par un volet style vénitien. Les modèles de Projecteurs les plus récents peuvent être automatisés. L’ensemble des manœuvres est dirigé à partir d’un central opérations.
Le central guidant l’ensemble comprend une paire de jumelles nocturnes à fort grossissement monté sur un trépied. Il est équipé d'un rétroprojecteur avec des graduations, en azimut et en site. Il se transforme en station de contrôle lorsqu’il est placé de à 30 à 45 mètres du projecteur
Le générateur est constitué d’un moteur 8 cylindres de 51 chevaux tournant à la vitesse de 1500 tours/ . Il délivre 24 kilowatts (courant de 200 ampères à 110 volts) La longueur du câble est de 200 m de long.
Tous les éléments sont mobiles car montés sur des remorques standart à 2 essieux tractées par un camion. Ainsi pour chaque section il faut trois camions
La section qui met en œuvre le projecteur est composée de 14 personnes
Section de commandement
1 soldat préposé au mouvement en site
1 soldat préposé au mouvement en azimut
1 soldat préposé au fonctionnement de la lampe
1 observateur préposé à l unité de repérage
1 soldat préposé au groupe électrogène
1 soldat préposé à la maintenance des moteurs
1 soldat préposé au calculateur de tir
1 soldat affecté à l’écoute en azimut
1 soldat affecté à l’écoute en site
1 soldat observateur affecté au Richtungshorern
3 conducteurs
La section communique par des téléphones de campagne .Chaque batterie comportant trois réseaux avec suffisamment de matériel pour connecter toutes les pièces Les communications avec l’Etat major du bataillon se font normalement par téléphone. Chaque batterie est doté d’un camion radio pour les liaisons vers le haut avec le bataillon, et deux radios portables pouvant être utilisées dans le secteur de la batterie.
Les projecteurs légers

 Internet   Internet   Internet


Ce sont des projecteurs de 60 cm (23,50-pouce) associés à un générateur. Ce projecteur très mobile facile à manipuler est conçu pour être utilisé Richtungshorern contre des avions volant à basse altitude
Il semble avoir donné entièrement satisfaction dans ce rôle là. Nous ne possédons pas de Il n'y a pas d'indications que les modifications apportées à la conception sont envisagées.’informations sur des modifications qui ont pu être apportées
Les projecteur de 60 cm (23,58-inch) ont a un verre réflecteur parabolique de 60 cm de diamètre. La longueur focale de 250 mm. Comme sur les projecteurs lourds La lampe à arc (haute densité ) est monté en position inversée dans le projecteur La lumière diffusée est de 135 millions de bougie et peut porter dans des conditions météorologiques favorables à 5200 metres une altitude de 1500 m, avec toutefois une dispersion du faisceau à une distance de 3500 mètres. La consommation est de 90 ampères à 60 volts. Le projecteur peut être dirigé en site et en azimut manuellement grâce à des poignées mise en ouvre par le chef de pièce assis derrière le projecteur le faisceau peut être obturé par un volet vénitien
Le générateur délivre du courant à 85 volts et il est relié au projecteur par un câble 1100 mètres de long.
Le projecteur est monté sur une remorque à 2 roues tractée par un camion. Le même camion transporte le générateur, qui peut être mis en œuvre soit sur le platerau du camion soit à terre
Le projecteur est mis en œuvre par une section de cinq personnes
Chef de pièce (donne les ordres )
1 soldat préposé au contrôle du projecteur (cherche l emplacement pour le projecteur et se charge de la mettre en œuvre si le faisceau se brise il est aux ordres du Chef de pièce
1 soldat préposé à la mise en œuvre du projecteur( lampe) et pointe le faisceau vers la cible
1 soldat préposé à la génératrice
Le conducteur de camion
La section communique comme la section de projecteurs lourds Ils sont reliées avec la batterie de FlaK légère qui travaille à ses cotés.



Les Flakscheinwerfer en 1940
Flakscheinwerfer in 1940

type Mobiles Fixes Total
60 flakSw36 5582 794 6376
150 flakSw 5675 1636 7311
150 quad Flak Sw   61 61
200 Flak Sw 40/43     2262
total 11257 2491 13748

Historique unites de Flaksheinwerfer History of Flaksheinwerf units   ICI HERE
 

The German Searchlight 1939 1945
( Flakscheinwerfe )

Luftwaffe  Flak


 



Following the experiences of WW 1 and after the experiments conducted during the Spanish Civil War, immediately prior WW 2 Germany conducted many experiments and tests designed to produce satisfactory AA weapons.

 US troops Internet French Troops Internet


The consequence was the the increase of AA guns German proceeded to provide activation and equipping of AA units in unprecedented numbers. With the outbreak of war, the formation of new AA units for local defense as well as for field service proceeded apace.
Goering Chief of the Luftwaffe is responsible for the defense of Vaterland and also important installations and cities of the occupied countries.
An inspector for each separate arm of the Luftwaffe directly under Goering is responsible directly to Goering for the state of training and efficiency of the separate elements comprising the rear-area defenses.
Defense Districts or Luftgaue.


Germany and occupied territories are divided into air territorial areas known as Luftgaue.
In 1939, 15 of these air territorial districts lay within the borders of Germany. In addition, there were two separate air territories established for areas especially open to hostile air attacks.
These comprised the Air Defense Zone, West, which was almost identical with the area covered by the West Wall fortifications, and the Air Defense Zone, Sea, which covered in general the North Sea coastal and island area. Following the French Campaign, the first zone was eliminated. Other Luftgaue were organized within the occupied countries, however, to tie in with the general scheme of defense against air attacks.
The commander of a Luftgau is subordinate to Goering alone. Even though his Luftgau may correspond in extent and nomenclature to a geographical army corps area, he is in no way subordinate to the army corps area commander. The Luftgau commander may have been originally an air officer or an AA artillery officer, or even an air signal officer. There is no rule on the matter other than that he must be an Air Force officer.
Luftgaue coordinate their defenses with each other, in accordance with regulations published by the Chief of the Air Force. The commander of the individual Luftgau has specialists who act respectively as commanders of the interception, pursuit, and other aviation; commanders of all AA artillery of the district, including searchlights; and commanders of the signal service employing warning and communication facilities. Other specialists, functioning directly under the district commander, include the commanders of barrage balloon units and of units responsible for carrying out so-called passive-defense measures. The operating units function under the specialist commanders both on direct orders from these commanders, and, when occasion demands, upon the initiative of the unit commander. In actual operations, in most cases the commands above the actual operating units act mainly in a coordinating capacity, feeding information to the operating units who act in turn on their own initiative in accordance with prescribed standing operating procedure.
Within certain of the air districts there are special air defense commands. These cover regions of vital importance whose defense must be insured with a maximum of defense facilities. In these defense commands, of which the cities of Berlin and Hamburg, and the Ruhr district, are typical examples, there are concentrated under a single command sufficient defense facilities of all kinds to prevent the attacking hostile air forces from carrying out their mission.
The searchligth

Internet Internet


The AA guns are considered the backbone of the static defense, but the operation of the system calls for close cooperation with friendly aircraft, especially fighter planes. Searchlight units as a part of Flak proper play a very important part in the German scheme of air defense, and in certain areas barrage balloons are used quite extensively. The Aircraft Warning Service is a part of the Air Force, and as such has the mission of providing adequate warning of hostile aircraft. Certain passive measures form a very important part of the defense system as a whole; these measures must be considered a definite though intangible weapon, so closely tied in with the entire defense system that they must be considered in this discussion.
Command in an Air District
Groups and Sub-Groups
The Flak, or AA, command in an air district is divided into "Groups" known as Flakgruppen. The Groups in turn are divided into "Sub-Groups" called Flakuntergruppen. These types are ordinarily territorial divisions. For example, one of the large industrial cities of Germany is divided into two Groups known as the North and South Groups, and each of these in turn has two Sub-Groups. In addition, there is a Sub-Group for outlying territory east of this town, and one for the northwest approaches.
Control Centers
The control center of the Flak defenses is the Group. The Group operates downward through sector controls, which in most cases are the Sub-Groups. These sector controls are the operational headquarters for various purposes—such as, for example, for fire control involving the ordering of barrage fire. The sector control is also used as a communication center. Close liaison is maintained between the Flak organizations and the warning service, and between Flak and air fighter-interception units.
Operational Units
Operational units are the battalions, regiments, and higher units. Organization of the individual units above the battalion is not uniform, the exact composition of the unit depending upon the part which it is expected to play in the defense scheme. Thus regiments may be found which consist entirely of searchlight units, entirely of gun units, or even of two mixed gun battalions and one searchlight battalion (the pre-war standard). Even batteries may vary in organization, as in the case of gun batteries where the fire unit is composed of six instead of four guns. Although the battalion (Abteilung) is considered the basic unit, the necessity of deploying batteries makes it impossible in most cases for the battalion commander to exercise detailed control, and the heavy gun battery is normally the fire unit.
Employment of Searchlights
General
The Germans use a large number of searchlights in connection with the AA defense of Germany and important installations of occupied countries. The searchlights have not been particularly successful in illuminating high-flying hostile bombardment planes at night for the sole benefit of gun units. The Germans have learned, however, to use their searchlights for other purposes. Searchlight crews are known to have been dipping their light beams to indicate to their fighter planes the direction in which hostile bombers are flying. Searchlights have also been used successfully to produce "dazzle" and "glare" in efforts to blind and confuse hostile pilots, bombardiers, and gunners. There is now no doubt that all these uses are proving a big help to the Germans in protecting their cities and strategic centers.
Equipment
As has already been indicated, the main searchlight equipment used by the Germans consists of the 150-cm (heavy) and the 60-cm (light) searchlights. The latter type is primarily for mobile employment with light Flak batteries. In addition to these two main items of equipment, the Germans also have a limited number of 200-cm and a few French 230-cm lights which are used to supplement the main equipment. Except for mass employment, initial data for the heavy searchlights are usually obtained through the use of sound-locators.. It should be noted that the light searchlights use no sound locators, picking up their targets by definite searching patterns.
c. Location of Searchlights
Searchlights may be laid out in belts or in concentrations on likely lines of approach to important targets, and around or near gun-defended areas. German searchlights are used to aid night-fighter interception, and those at or near gun target areas are also used to cooperate with Flak. In gun-defended areas, searchlights are used to illuminate aircraft for Flak and for dazzle effect. The spacing of searchlights is as follows:
In a belt usually consists of 10 to 15 or 20 to 30 searchlights, 900/1800 meters apart along the course of the belt. The remainder of the lights are 4500/5500 meters.
In concentrations.—When used in this manner, searchlights are usually spaced 1820/2700 meters apart in the shape of a triangle, a circle, or two concentric circles.
In gun-defended areas.—Normal disposition is an even spacing approximately 2700/3600 meters yards apart. In some special areas, there are small groups with searchlights not more than 1350 meters apart.
Searchlight Tactics
cloudy nights
Unless a hostile airplane breaks through low-hanging clouds, only a limited number of searchlights, in belt or otherwise, go into action. They attempt to follow the course of the aircraft along the base of the clouds in order to indicate its course to fighters or in order to produce an illuminated cloud effect against which the aircraft might be silhouetted for the benefit of fighters or the AA artillery.
nights with considerable ground or industrial haze
When the searchlight beams are unable to penetrate the haze, searchlights occasionally go into action at a low angle of elevation on to the haze. They thus diffuse and produce over the target area a pool of light through which the crews of attacking aircraft find identification and orientation extremely difficult.
clear dark nights
When in belts to aid fighter interception, the most usual functions are: to illuminate the target; to permit a limited degree of searching in "cone" formation; and, by exposing vertically, to produce ahead of the hostile bomber a wall of light against which it may at some time be visible to fighters attacking from the rear, or to compel the hostile bomber, as it runs the gantlet of lights, to fly so close to one of the beams or group of beams that it becomes visible from the ground, thus enabling other lights to engage. In the parts of belts where the lights are more openly spaced, some beams act as pointers for the benefit of night fighters. In gun-defended areas, some groups of searchlights produce the maximum degree of dazzle, by exposing (almost vertically) and dousing at fairly regular intervals, and even by waving about in the sky.
Other groups of searchlights possessing a "master" light cooperate with Flak. If illumination is obtained, the guns engage; if not, fire is sometimes directed at the point of intersection of the beam over the target area or just outside the bomb-release line, beams being held stationary until a suitable target presents itself.
clear moonlight nights
This condition greatly reduces the efficiency of the searchlights. In target areas, tactics are adopted similar to those employed on a clear dark night, except that less attention is paid to dazzle. When attempted, this method has not been able to prevent crews from bombing accurately. In belts, tactics are similar to those employed on a clear dark night, except that a larger number of lights are detailed to indicate the course of hostile aircraft.
Dazzle and Glare
"Dazzle" is the blinding of persons in a plane caught in the direct light rays of one or more searchlights. "Glare" means obscuring the target from the plane crew by a light beam played between the plane and the target.
The extent of dazzle is dependent on the height of the plane, the number of searchlights concentrated on it, weather conditions, the direction of the light beams, and to some degree on the reactions of persons in the plane.
Dazzle or glare created by AA searchlights greatly lowers the ability of an aviator to adapt his eyes to seeing at night. Either dazzle or glare makes the location of targets difficult and lessens the accuracy of bombing. Also, keeping beams directly on a plane helps defending fighter-craft to approach the plane unobserved and to attack it more effectively.
Searchlights
Heavy Searchlights

Internet Internet
Internet(200 cm) Internet


Equipment
The equipment used with a heavy searchlight consists of four main units: a sound locator, the searchlight, an optical director, and the generator. Beyond the introduction of remote control, little is known of recent developments in German searchlight equipment. Some searchlights of 200-cm, or larger, diameter have been developed, and the sound locator has possibly been improved by the introduction of some form of electrical amplification. The standard heavy searchlight, however, is the 150-cm (60–inch) size
The Richtungshorernderives its name from the construction of the four trumpets or horns as a single unit of ring shape. Ordinary stethoscopic listening by two listeners, one for azimuth and one for elevation, is employed. The base length is 135 cm (53.1 inches), giving a theoretical accuracy of about one-half degree. In average weather conditions, the range is about 6,600 yards. The trumpets can be moved through 360° in azimuth and from 0° to 108° in elevation. The "lag calculator" is in the base of the sound locator. Estimated target and sound speeds (the latter based on weather conditions) are set into the lag calculator, which continuously reconstructs the triangle formed by the line of sound reception, the line of sight (present position), and the target course. The azimuth and elevation of the line of sight are shown electrically both at the sound locator and at the searchlight. The Richtungshorernand the searchlight are connected by a cable.
The 150-cm (60-inch) searchlight has a glass parabolic reflector of 150-cm diameter. The focal length is 650 mm. The high-current-density arc lamp is self-regulating and is fitted in an inverted position in the projector barrel. The light is of 990 million candle power and has a range in favorable weather of 8,00 metres at a height of 3900 to 5000 meters The current consumption is 200 amperes at 77 volts. The projector can be moved in azimuth through 360°, and in elevation from -12° through the vertical to -12° on the other side. The movement of the projector in azimuth is by means of a control arm, which is normally manipulated by hand; its movement in elevation is by means of either of two handwheels, one on the control arm and one on the opposite side of the projector. Electrical receivers for azimuth and elevation show the azimuth and elevation of the line of sight calculated by the sound locator. The beam is exposed and covered by a shutter of Venetian-blind type. More recent models are believed to be equipped with azimuth and elevation driving-motors which can be operated by automatic remote control from the sound locator or from the optical director; the exposing and covering of the beam on these models is controlled from the optical director. It is understood that the driving motors have three or four speeds, 1 degree and/or 1.5, 4, and 16 degrees per second
The optical director consists of a pair of night glasses of ample magnification mounted on a tripod. The director is fitted with an overhead, open sight and with scales showing the azimuth and elevation to which the night glasses are pointing. When employed with remote-control equipment, it is believed that the optical director is located 30 to 45 yards from the searchlight, thus becoming in effect a control station.
The searchlight generator is driven by an 8-cylinder internal-combustion engine which develops 51 horsepower at 1,500 revolutions per minute. The 24-kilowatt generator gives a direct current of 200 amperes at 110 volts at 1,500 revolutions per minute. The cable to the searchlight projector is 200 m long.
Mobility.—The sound locator, searchlight, and generator are each mounted on a detachable four-wheeled trailer of standard pattern, towed by a truck. Each section or unit therefore requires three trucks for transportation purposes.
Personnel.—The individual searchlight section is composed of 14 individuals with duties as follows:
Section Commander
Searchlight layer for elevation
Searchlight controller and layer for azimuth
Lamp attendant
Optical director spotter
Generator attendant
Engine attendant
Lag-calculator operator
Azimuth listener
Elevation listener
Sound locator spotter Richtungshorern
3 truck drivers
Communications.—Field telephones are the normal means of communication, each battery having three telephone-erection parties, with sufficient equipment to connect the searchlight sections to platoon headquarters, which, in turn, are connected to battery headquarters. Communications with battalion headquarters are also normally by telephone. Each battery has one small truck equipped with voice radio for communication with the battalion, and two details with pack voice-radio for use within the battery as required.
Light Searchlights

Internet Internet Internet


Equipment
The equipment consists of a 60-cm (23.50-inch) searchlight and a generator. This highly mobile and easily handled equipment, designed for use without a sound locator against low-flying targets, appears to have given satisfaction in the limited role for which it was intended. There are no indications that any changes in the design are contemplated.
The 60-cm (23.58-inch) searchlight has a glass parabolic reflector of 60-cm diameter. The focal length is 250 mm. The high-current-density arc lamp is self-regulating and is fitted in an inverted position in the projector barrel. The light is of 135 million candle power and has a range (in focus) in favorable weather of 5200 m at a height of 1500 m with dispersed beam the range is 3,200 m. The current consumption is 90 amperes at 60 volts. The projector is moved in azimuth and elevation by handwheels operated by the searchlight controller, who is seated behind the projector barrel. The beam is exposed and covered by a shutter of Venetian-blind type.
An 8-kilowatt searchlight generator gives the required current at 85 volts. It is connected to the searchlight by a cable 100 m long.
Mobility.
Te projector is mounted on a detachable two-wheeled trailer, towed by a truck. The same truck carries the generator, which can either be operated in the body of the truck or be unloaded on the ground.
Personnel
Te individual searchlight section is composed of five individuals with duties as follows
Section Commander
1 Searchlight controller
1 Lamp attendant
1 Generator attendant
Truck driver
No. 1 lays the searchlight as ordered, and puts the light into action with a dispersed beam. The section commander gives directional orders and orders a search, if required. The search is carried out in S-shape light-tracks across the target course. If No. 1 gets on target, No. 2 puts the beam in focus. No. 1 shuts off the beam on the section commander's orders. Communications.—Since light searchlights normally operate directly with light-gun platoons, the light-searchlight section from the communication point of view is normally serviced by the light Flak battery or platoon with which the light-searchlight section is operating.

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3464447
Nb de visiteurs aujourd'hui:924
Nb de connectés:14